Handi Surf au surf Park d'Alaïa Bay en Suisse

Une quinzaine de para surfeurs français ont été invités par Handi Surf à Alaïa Bay (Sion, Suisse), premier surf Park européen labellisé par l'Association Nationale. Durant trois jours (8-10 mai), ils ont pu profiter en toute sécurité d'un équipement sportif exceptionnel et prendre chacun plus d'une centaine de vagues générées par la technologie Wavegarden. L'équivalent de six mois passés dans l'océan mais surtout un gain technique incomparable avec une répétition inégalable et la mise en application efficiente et immédiate de consignes techniques délivrées par les deux techniciens fédéraux présents.

« Alaïa Bay est un équipement sportif exceptionnel pour le développement du para surf et du para surf adapté », a déclaré Jean-Marc St Geours, fondateur et directeur de l'Association Nationale Handi Surf, accompagné de François Gouffrant, président de Handi Surf. Tous deux étaient présents en Suisse pour encadrer la délégation française, participer à la sécurisation des entraînements, évaluer les moniteurs et remettre le label à la structure helvète. 

Le surf park d’Alaïa Bay permet « la pratique du surf dans un environnement sécurisé, délimité, sûr et contrôlé » a précisé Antoine Colombo, superviseur d'Alaïa Bay et responsable des éducateurs. Avec la possibilité de maîtriser la taille des vagues, leur fréquence et leur nombre par session. Jusqu'à 600 à l'heure. Tout en ayant une démarche inclusive puisque selon le type de handicap et le niveau de pratique, il est possible pour des personnes en situation de handicap de partager des sessions avec des personnes valides.

 

cabanne DSC4286

« On a passé trois jours à surfer ici et on a dû prendre chacun plus d'une centaine de vague ; ce qui est impossible dans l'océan » s'est enthousiasmé Maxime Cabanne (photo ci-dessus), représentant des athlètes à la commission para surf de la Fédération Française de Surf et membre de la commission des athlètes du Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF). « C'est un outil extraordinaire et très important quand on est surfeur en situation de handicap, que ce soit pour l'apprentissage en toute sécurité, pour le perfectionnement et pour le haut niveau quand on veut travailler la répétition avec un coach à proximité. »

Présents autour du bassin, Serge Lougarot, cadre technique national en charge du para surf, et Patrick Florès, entraîneur de l'équipe de France de para surf, ont supervisé la quinzaine de para surfeurs dans le bassin à vagues. Ils ont ainsi pu leur donner en temps réel des consignes à appliquer immédiatement sans contrainte de temps d'attente, ni de fatigue. 

« C'est une expérience incroyable. On a fait de gros progrès en seulement trois jours. J'ai hâte de retourner à l'océan ou en Méditerranée pour mettre tout cela en application » a ajouté Cécile Hernandez, 5e des championnats du monde de para surf l'an dernier et elle aussi membre de la commission des athlètes du CPSF.

Spetebroot DSC5391

Thomas Spetebroot (photo ci-dessus), vice-champion de France de para surf dans la catégorie non-voyants, a concédé avoir eu quelques difficultés au début pour prendre ses repères : « C'était assez perturbant de me situer dans l'espace sur ce bassin en triangle. Mais j'ai assez vite compris et je me suis éclaté. J'ai pris de bonnes vagues, j'ai eu de la longueur. Ce qui est bluffant c'est la machine à vagues. Ça défile sans cesse, on prend vague sur vague. » 
Béatrice Duran, amputée des quatre membres et 7e des Mondiaux 2023, est, elle aussi, tombé sous le charme. « J'ai même pris des tubes ! Je n'en avais jamais pris. Je me suis fait un peu surprendre, mais c'était génial. Cet endroit est dingue. On monte en gamme. On comprend tout de suite ce qu'il faut faire, ce qu'il faut changer pour progresser et l'incidence est immédiate. »

Le séjour s'est conclu par la remise du label Handi Surf à Alaïa Bay. « Félicitations aux éducateurs que nous avions formés il y a deux mois : ils nous ont bluffé ! Je suis très fier de vous remettre le label Handi Surf » a ainsi déclaré Jean-Marc St Geours tout en remerciant pour leur accueil chaleureux et professionnel PaulineClerc, General Manager d'Alaïa Bay, et Antoine Colombo, superviseur de la structure. 

 

groupe handi surf DSC4217

--

Formation et labélisation

Ce déplacement en Suisse était inscrit dans le cadre de la formation des éducateurs de para surf d'Alaïa Bay et de labélisation de la structure par l'Association Nationale Handi Surf. Les athlètes para surfeurs français invités ont eu l'opportunité de s'entraîner, de se perfectionner et d'améliorer leur technique grâce à la prise répétée de vagues de tailles et d'aspects différents durant trois jours et un total de 15 heures de session. Ils ont été encadrés dans le bassin par les éducateurs suisses qui ont ainsi se confronter au terrain après avoir reçu les enseignements théoriques de la formation Handi Surf, en mars dernier. Ceux-ci ont alors pu mesurer et s'adapter à certaines difficultés ; et se former au mieux à recevoir des personnes en situation de handicap.

 

Vidéo associée

Dernière modification le : 18 mai 2023
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP