Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 82

[BOP2012] La longue distance pour finir !

de GàD, Greg Closier, Arthur Arutkin et Gaetan Sené by GetUpSupMag.com/FranckD. de GàD, Greg Closier, Arthur Arutkin et Gaetan Sené by GetUpSupMag.com/FranckD.

Si j'avais été un chroniqueur radio, il eusse été possible que je m'époumonasse (si si, on a parfaitement le droit d'utiliser ce type d'entrée grammaticale quand on rentre un brin éméché d'une soirée hype et que l'on se doit de publier un compte rendu important, ndl) en observant transi l'arrivée de la longue distance de l'édition 2012 de la Battle of the paddle.

Tout avait pourtant gentiment commencé. Défilé de 14′, la classe reine pour les hommes sur ce parcours plat de 9 miles.
Quelques unlimited pour entretenir le mythe des planches hors norme que l'on ne voit qu'outre atlantique.

Les journalistes malins et de terrain allaient comme il se doit de stand en stand pour observer la préparation des coureurs en vue.
Danny Ching, vainqueur la veille en beach race, prenait son temps en apposant ses autocollants sur sa 25 1/2 de large.
Plus soucieux était Jamie Mitchell : l'australien se massait une côte douloureuse et étirait une cheville gonflée. Pas à la fête, il semblait fuir les photographes trop intrusifs sans son espace vital et restait à l'abri sous la tente d'un de ses sponsors.

Côté français, Eric Terrien arrivait une bonne heure avant le départ après une nuit un peu agitée. On le comprend, un battle pour le moins cauchemardesque laisse toujours des traces.
Greg Closier se désolait de sa planche, une 28′ de large de l'année dernière sur laquelle il lui serait difficile de tenir la cadence face aux planches fines du moment.
Chez Fanatic Chase Kosterlitz waxait sa 14′ construction creuse : "on ne sait jamais, dès fois que je chope un bump". Lentement, après avoir écouté solennellement l'hymne national, les coureurs, hommes et femmes ont donc rejoint la ligne de départ, Jamie semblait avoir du mal à tenir sur sa planche étroite.
Dans une épreuve parfaitement organisée, une grosse machine demandant de nombreux bénévoles et compétences, le départ restera le maillon faible de cette belle réussite sportive.
Celui de la longue distance 2012 n'a pas dérogé à la règle. Mais enfin, alors que sur la beach race, ce dernier conditionne à 80 % le résultat final, sur la longue distance, il est plus relatif. Dès le coup de pistolet du start, après que les beach marshalls eussent aligner les coureurs, deux lignes de draft se sont organisées.

Dans l'inside, Danny Ching et Jamie Mitchell ont emmené un premier groupe de leaders alors qu'au large, des gars comme Slater Trout, Eric Terrien ou Kai Lenny ont organisé une autre ligne. Ces deux trajectoires ont enfin convergé en un triangle isocèle (pour rappel un triangle isocèle est un triangle ayant au moins deux côtés de même longueur, si si), Pythagore ne nous aurait pas démenti !
Mais comme sin x + cos x font toujours 1, Dany Ching a vite pris les devants.
Le bougre californien, fort de sa puissance, de son geste parfait de son aura et de son intelligence de course, savait bien que son compère Bob Rojas allait imprimer un rythme fort à cette course. Un lièvre parfait de ceux qui donnent des ailes.
Danny avec panache a donc calqué sa course sur la sienne, sachant pertinemment que derrière, les différents trains de drafters allaient se neutraliser. Car si le draft est stratégique, il annihile aussi et paradoxalement les velléité des plus entreprenants.
Simple logique, imparable théorème de mathématique. Car si vous produisez un violent effort pour opérer une cassure, le risque est double : vous emmener des poursuivants dans votre sillage et vous entamez vos réserves pour leur compte, ces derniers restant opportunistes à l'abri derrière vous. Au final, comme dans une course cycliste, les suiveurs sans bénéfice commun, ne génèrent pas assez de vitesse pour revenir sur la tête de la course.
A trop vouloir drafter, ils laissent passer le bon train, celui de la victoire. Avec le développement de ces grandes courses et de teams structurés, il ne serait pas étonnant que des stratégies de team s'instaurent à l'avenir, mais nous n'en sommes pas encore là.

Un gars a su tenir la cadence de Danny Ching. Longtemps, les commentateurs ont eu du mal à...

LIRE LA SUITE SUR GetUpSupMag.com

Dernière modification le : 01 octobre 2012
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia