52 nations aux Mondiaux du Salvador

Freesurf Day 3 ISA Ben Reed 220

257 surfeurs représentant 52 nations vont participer aux ISA World Surfing Games du 29 mai au 6 juin à El Tunco, au Salvador. Les 12 derniers tickets pour les Jeux Olympiques (7 pour les dames et 5 pour les hommes) se joueront sur les vagues de la Bocaña et d'El Sunzal. La France, championne du monde en 2017 et une nouvelle fois emmenée par son capitaine Jérémy Florès, voudra redorer son blason après sa 13e place l'an dernier. Mais surtout obtenir une seconde place féminine pour les JO et faire le carton plein de participants olympiques comme les Etats-Unis, le Brésil et l'Australie.


Prévus en mai 2020, les ISA World Surfing Games ont été reportés d'un an en raison de la pandémie.

C'est la première fois que le Salvador accueille les ISA World Surfing Games. Le plus petit pays d'Amérique centrale a accueilli les championnats du monde ISA de Stand Up Paddle en décembre 2019. La France avait été sacrée championne du monde avec les titres individuels de Titouan Puyo, Julen Marticorena, Justine Dupont et Benoit Carpentier.

La Péruvienne Sofia Mulanovich et le Brésilien Italo Ferreira sont les deux champions du monde ISA 2019 et ils défendront chacun leur titre au Salvador.

La France a terminé 13e de la dernière édition, en 2019 à Miyazaki, au Japon.

Comme en 2019, le Brésil, champion du monde en titre, débarque au Salvador avec sa dream team : Italo Ferreira, Gabriel Medina, Filipe Toledo, Tatiana-Weston Webb, Silvana Lima et Júlia Santos.

L'équipe d'Australie est-elle aussi en force avec ses quatre qualifiés pour les Jeux olympiques : Julian Wilson, Owen Wright, Sally Fitzgibbons et Stephanie Gilmore, accompagnée de Ryan Calinnan et de Nikki van Dijk.

John John Florence et Kolohe Andino, les deux surfeurs des Etats-Unis qualifiés pour les JO sont eux forfaits pour blessure. Tout comme le 3e Américain de l'équipe nationale Kelly Slater. En leur absence, les USA ont choisi d'envoyer de jeunes surfeurs. Carissa Moore, Caroline Marks et Alyssa Spencer sont les trois femmes de l'équipe.

La France, championne du monde par équipe en 2017, et le Japon, champion du monde en 2018, ont également de solides effectifs, avec trois futurs olympiens chacun. Les deux nations chercheront à compléter leur équipe olympique par un quatrième membre, car elles disposent d'une place restante pour une potentielle qualification féminine.

Avec la qualification olympique en jeu, certaines stars du surf sont présents au Salvador. L'Italien Leonardo Fioravanti, les Françaises Vahine Fierro, Pauline Ado et Cannelle Bulard, la Japonaise Mahina Maeda, le Costaricain Carlos Muñoz, l'Indonésien Rio Waida et le champion masculin des World Surfing Games 2018, l'Argentin Santiago Muñiz, pour n'en citer que quelques-uns, sont dans la course à la qualification.

Aux côtés des meilleurs surfeurs du monde, l'ISA accueillera également deux nations pour la première fois de l'histoire : l'Algérie et l'Ukraine. L'Ukraine a récemment rejoint l'ISA en tant que 109e nation membre, tandis qu'une nouvelle entité, le Club des Sports de Glisse, a été nommée fédération nationale officielle en Algérie.


D'autres nations non traditionnelles sont également de la partie, illustrant la portée mondiale croissante du surf. Des pays comme l'Afghanistan, les Samoa américaines, l'Iran, le Sénégal et le Guatemala ont envoyé des athlètes pour leurs équipes nationales.

L'équipe du Nicaragua sera composée de trois sœurs qui représenteront leur nation : Valentina, Candelaria et Maxima Resano. Bien que la sœur aînée, Valentina, n'ait que 17 ans, elles ont toutes les trois une grande expérience des événements mondiaux de l'ISA, tant aux World Surfing Games qu'au championnat mondial junior de surf.

 

Les 52 pays

Afghanistan
Afrique du Sud
Algérie
Allemagne
Argentine
Australie
Barbade
Belgique
Brésil
Canada
Chili
Colombie
Costa Rica
Danemark
Equateur
Espagne
Etats-Unis
France
Grande-Bretagne
Grèce
Guatemala
Hongrie
Iles vierges américaines
Indonésie
Iran
Irlande
Israël
Italie
Jamaïque
Japon
Maroc
Mexique
Nicaragua
Nouvelle-Zélande
Panama
Pays-Bas
Pérou
Philippines
Porto Rico
Portugal
République dominicaine
Russie
Salvador
Samoa américaine
Sénégal
Suède
Suisse
Taïwan
Turquie
Ukraine
Uruguay
Venezuela


Les têtes d'affiche


Messieurs
Matthew McGillivray (Afrique du Sud)
Jordy Smith (Afrique du Sud)
Leon Glatzer (Allemagne)
Leandro Usuna (Argentine)
Santiago Muniz (Argentine)
Julian Wilson (Australie)
Owen Wright (Australie)
Ryan Callinan (Australie)
Filipe Toldeo (Brésil)
Gabriel Medina (Brésil)
Italo Ferreira (Brésil)
Cody Young (Canada)
Noe Mar McGonagle (Costa Rica)
Carlos Muñoz (Costa Rica)
Gonzalo Zubizarreta (Espagne)
Andy Crière (Espagne)
Jérémy Florès (France)
Michel Bourez (France)
Joan Duru (France)
Rio Waida (Indonésie)
Eithan Osborne (Israël)
Leonardo Fioravanti (Italie)
Angelo Bonomelli (Italie)
Kanoa Igarashi (Japon)
Shun Murakami (Japon)
Ramzi Boukhiam (Maroc)
Jhony Corzo (Mexique)
Frederico Morais (Portugal)
Vasco Ribeiro (Portugal)

Dames
Rachel Presti (Allemagne)
Camilla Kemp (Allemagne)
Stephanie Gilmore (Australie)
Sally Fitzgibbons (Australie)
Nikki Van Dijk (Australie)
Chelsea Tuach (Barbade)
Silvana Lima (Brésil)
Tatiana Weston-Webb (Brésil)
Paige Alms (Canada)
Bethany Zelasko (Canada)
Leilani McGonagle (Costa Rica)
Brisa Hennessy (Costa Rica)
Dominic Barona (Equateur)
Leticia Canales (Espagne)
Carissa Moore (Etats-Unis)
Caroline Marks (Etats-Unis)
Alyssa Spencer (Etats-Unis)
Vahiné Fierro (France)
Pauline Ado (France)
Cannelle Bulard (France)
Anat Lelior (Israël)
Claire Bevilacqua (Italie)
Emily Gussoni (Italie)
Amuro Tsuzuki (Japon)
Mahina Maeda (Japon)
Shino Matsuda (Japon)
Paige Hareb (Nouvelle-Zélande)
Sofia Mulanovich (Pérou)
Carolina Mendes (Portugal)
Teresa Bonvalot (Portugal)



LES MONDIAUX 2021

Les World Surfing Games 2021 se tiendront du 29 mai au 6 juin au Salvador sur deux vagues particulièrement consistantes.

Les deux spots retenus sont la Bocaña (spot principal) et El Sunzal (repêchages, photo) ; distants d’environ 500m l’un de l’autre, et situés à l’ouest de la ville de La Libertad.
Ces championnats du monde revêtent une importance particulière puisqu’en plus des 4 titres mondiaux chez les messieurs, les dames, le relais et le classement des nations, ils offrent les 12 derniers tickets individuels pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2021 (25 juillet au 1er août). Répartis comme suit : 7 places pour les dames et 5 places pour les messieurs. Elles seront attribuées au regard du classement individuel pour les surfeurs(ses) éligibles. C’est-à-dire sans tenir compte du ranking final des 15 surfeurs et des 13 surfeuses déjà qualifiées, ni celui des surfeurs(ses) ne pouvant plus être qualifié(e)s, comme le(la) 3e surfeur(se) brésilienne, australienne ou nord-américaine, dont les pays comptent déjà le quota maximal de quatre athlètes qualifiés pour les JO.
Chaque sélection nationale comptera 6 athlètes : 3 messieurs et 3 dames. Le format est de 4 surfeurs par série. Le système de double élimination est appliqué sur tous les tours jusqu’à la finale. Il faut donc « perdre » deux fois pour être définitivement éliminé.
Le classement final des nations sera établi grâce aux points que les surfeurs gagneront selon leur classement individuel (ex : 1000 pts pour la première place, 860 pour la deuxième place, etc…). La compétition du relais (Aloha Cup) se disputera par équipe de 4 (2 messieurs et 2 dames).

Dernière modification le : 24 mai 2021
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia