BAC : 95 candidats se jettent à l’eau !

BAC : 95 candidats se jettent à l’eau !  © Photos FFS

La session du surf au Bac a eu lieu ce jeudi à Biarritz. 95 candidats de toute l’Aquitaine se sont régalés dans des vagues de 1m20 plutôt puissantes et sous un beau soleil de printemps.

 

Il y avait les locaux de Biarritz, d'autres surfeurs du Pays basque, mais aussi des Landais et même des Girondins. L’épreuve facultative du surf au Bac a rassemblé près d’une centaine de candidats (95 sur 104 inscrits), un chiffre qui ne cesse d’augmenter depuis 2008 et la première session. Preuve de l’attraction de la discipline et de l’engouement qu’elle suscite dans les établissements aquitains. L’an dernier, ils étaient ainsi 68 lycéens candidats. Cette épreuve s'inscrit dans le cadre d'un partenariat entre l'Education nationale et la Fédération Française de Surf.

30 minutes à l’eau

Ce jeudi, tous ont pu profiter de conditions (presque) idéales. Tout du moins les plus aguerris car certains ont eu un peu de mal à passer la barre à marée basse en matinée. Reportée de deux jours en raison des mauvaises conditions météo à la date initiale, mardi, l’épreuve aura permis aux candidats de s’exprimer chacun durant 30 minutes sur l’eau (note sur 16 points) et un quart d'heure à l’oral pour évaluer les connaissances de l’activité (4 points). Entre 10 et 20/20, la note finale permettra à chaque lycéen de multiplier ses points par deux (ex : 15/20  permet d’obtenir 10 points). Il faudra par contre attendre le mois de juillet pour les résultats généraux. 

 

Mise en place depuis 2008, l'épreuve facultative de surf attire de plus en plus de candidats.

Jean-Luc Arassus, le président de la Fédération Française de Surf a évoqué le partenariat entre l'Education nationale et la FFS au cours d'une interview pour TF1 ce jeudi matin à Biarritz. 

 

Le surf à l’école

Dès les débuts du surf en France, une fois touchés par le virus, nombres de jeunes ne s’en remettront jamais... Dans les années 70, leurs modèles sont les voyageurs étrangers qui vivent de vagues et d’eau fraiche et suivent un été sans fin. Dans ces conditions, l’école devient rapidement un obstacle pour vivre une vraie vie de surfeur, et la cloche du lycée ne pèse plus très lourd devant le calendrier des marées ou le sens du vent.

Puisque les jeunes désertaient l’école pour aller surfer, la Fédération Française de Surf a mis dans l’école ... du surf ! Ce fût finement joué, car du coup les surfeurs y sont restés.

Le surf est aujourd’hui une matière enseignée à l’école : primaire, collège, lycée et université. Plus besoin de sécher les cours pour faire du surf !

Un sport-études en 1987

En 1987, la création du Sport-Etude officialise le premier acte. L’accompagnement scolaire du haut niveau sera couronné par la labellisation du Pôle France en 1996. Aujourd’hui, quatre Pôles Espoirs complètent le dispositif en région (Aquitaine, Bretagne, Guadeloupe et La Réunion). La pré-filière permet également aux jeunes espoirs d’accéder au haut-niveau avec des sections sportives et classes aménagées. 

Toutes ces démarches visent à accompagner le double projet, sportif et scolaire. En parallèle, le surf devient une matière du baccalauréat suscitant chaque année la curiosité des médias nationaux.

L’exemple Pauline Ado

De son côté, l’UNSS et la FNSU proposent cycle de cours et perfectionnement avec des championnats départementaux, régionaux et nationaux, au niveau des collèges, des lycées et de l’Université. De nombreux clubs ont signé des convention avec les villes afin d’intégrer le surf dans le dispositif d’accompagnement éducatif pour les centres de loisirs et les écoles, durant le temps scolaire en accord avec l’inspection d’académie. Bref, l’école est devenu un nouveau spot pour les surfeurs, avec parfois d’excellents résultats comme Pauline Ado, professionnelle et n.2 française, récompensée par un prix d’Académie qui salue la perfection de son parcours : championne du monde et Bac mention très bien en poche !

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP