Bilan des trois semaines à Durban

Le collectif France jeunes est de retour après trois semaines en Afrique du Sud. Stéphane Corbinien, le responsable du stage national d'hiver, dresse le bilan sportif et se satisfait du choix de Durban pour ce genre de déplacement.

 

« Le collectif a répondu présent et j'ai noté un très bon comportement des athlètes sur l’ensemble du stage. » Stéphane Corbinien est un technicien heureux. Le directeur des équipes de France, responsable de ce stage hivernal en Afrique du Sud, est enthousiaste après trois semaines passées à Durban. Pour lui, il y a eu « une émulation très intéressante et une initiation aux routines des équipes de France qui devrait payer en Equateur » durant les championnats du monde juniors de l'ISA, du 5 au 13 avril prochains. Rappelons en effet qu'à l'issue de ce stage sud-africain, six surfeurs U16, quatre garçons et deux filles, ont été retenus pour constituer la moitié de l'équipe de France en Amérique du Sud le mois prochain. 

« Une vraie synergie dans le staff technique »

Mis en situation de compétition lors de la dernière semaine de stage, les jeunes français ont pu s'inspirer de l'expérience et de la maîtrise de l'évènement avec les conseils et l'expertise de Stéphane Corbinien, donc, mais aussi du CTN Nicolas Berthé et du chef-juge français de l'ISA Thierry Vidal, également présent à Durban. « Le format de sélection est de plus en plus abouti et maîtrisé par le staff technique, assure Corbinien. Il existe désormais une vraie synergie entre tous les encadrants mise au service des athlètes, laquelle a permis aux surfeurs de faire d’importants progrès. »
Concernant les différents intervenants, le technicien explique que « les interventions de Christophe Mulquin et de Thierry Vidal ont été une véritable valeur ajoutée pour le stage avec un rôle théorique en fin de journée sur la technique et les critères de jugement. Pitou Gaillard et Vincent Giraud, les préparateurs physiques, ont amené la rigueur indispensable du haut niveau pour le réveil musculaire et le stretching.
« Nous avons avec Nicolas Berthé coordonné le stage en pilotant toutes les mises en place des séries de confrontation, en planifiant les différentes séances techniques, tactiques, physiques, le suivi vidéo, la préparation physique, les briefings et débriefings, l’organisation de toute la logistique, les interventions du staff d’encadrements et le suivi scolaire des athlètes. »
Malgré un séjour de trois semaines, les cours n'ont jamais été oubliés.

« Un choix pertinent et de nombreux avantages »

Enfin, le directeur des équipes de France se félicite du « choix de l’Afrique du sud comme nouvelle destination d’entraînement de nos équipes de jeunes », lequel paraît « vraiment pertinent pour l’ensemble des avantages qu’il offre : qualité des vagues, hébergement et coût des prestations. » Jusqu'à présent, et à quatre reprises, le stage national d'hiver se déroulait en Australie avec un coût bien plus important.
Les kids ont ainsi pu s'entraîner sur des vagues consistantes tout au long du séjour, qui plus est sans trop de monde à l'eau. Deux spots avaient été identifiés : 1. Durban, longue droite à marée basse et gauche à marée haute, « idéal pour la mise en place des situations techniques et tactiques, la répétition des situations et la mise en place des séances à thèmes », certifie Corbinien. 2. Ansteys Beach : situé en face du logement où « les vagues y sont compliquées » mais « permettent d’observer la faculté d’adaptation des surfeurs, leurs capacités à s’engager et leurs sens marins. »

 

Le stage dans le détail

3 semaines de stage réparties selon le planning suivant :
- Semaine 1 : technico-tactique avec Christophe Mulquin
- Semaine 2 physique, technico tactique et test match contre l'Afrique du Sud
- Semaine 3 technico-tactique en situation de compétition avec Thierry Vidal

S1 : Première semaine technique avec des séances à thèmes. Les mises en place ont été très bénéfiques pour le groupe. Les vagues sont restées très consistantes du  dimanche au mercredi. Travail sur des séances avec des consignes individualisées dans un format de compétition. De mercredi à samedi, mise en situation de compétition pour finir dimanche avec une grosse séance technique.

S2 : Lundi : Tag team porté pour lancer le second module. Mardi et mercredi consacrés à des tests physiques. De la technique et de la tactique le jeudi et le vendredi pour préparer l’équipe à son test match contre l’Afrique du Sud du 22 et 23 février. Mise en place particulière de coaching au drapeau afin de tester la capacité des surfeurs à intégrer la communication, les options choisies avec les coachs. L’objectif est de préparer les surfeurs au coaching en situation de compétition.

S3 : Semaine intensive de mise en confrontation, pendant laquelle Thierry Vidal a jugé 140 séries, soit un total de 10 séries par surfeur. Une journée finale, le jeudi dans des grosses conditions qui ont permis de tester la capacité des surfeurs à résister physiquement et mentalement. Vendredi des tests physiques : course de rame et natation.

 

Le Challenge International contre l’Afrique du Sud
Deux jours intensifs de compétition contre l’équipe nationale d’Afrique du Sud et une sélection de la région de Kuala Zulu Natal, les 22 et 23 février. Conditions un peu aléatoires pour le samedi et très bonnes vagues pour les phases finales du dimanche. L’équipe s’est bien comportée dans son ensemble en prenant les 3 premières places en U14, les 4 premières places en filles U16, une 2e et une 4e place en U16 boys.
Les filles ont montré un surf solide tout au long de la compétition avec une belle victoire de Juliette Brice dans une finale de bon niveau. Les U14 ont mis en application les consignes techniques de la semaine de sélection pour offrir une finale de très bon niveau remportée par Erwan Blouin. Marco Mignot s’est même invité au côté de Léo Etienne dans la finale des U16 en montrant une grande maturité dans la gestion de ses séries.
Les cadets sortis prématurément de la compétition ont su se re-mobiliser pour s’imposer largement dans le tag team. Un bilan très positif et une mise en situation de compétition très formative pour l'équipe avant l’Equateur.

 

Dernière modification le : 06 mars 2014
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia