Jérémy Florès : « Je suis très frustré… »

Jérémy Florès a tout tenté en partant sur des vagues de série mais qui fermaient toutes. Le Français s'incline logiquement face à un Felipe Toledo qui aura eu la bombe de la journée et qui a ensuite placé un reverse air monstrueux. Jérémy Florès a tout tenté en partant sur des vagues de série mais qui fermaient toutes. Le Français s'incline logiquement face à un Felipe Toledo qui aura eu la bombe de la journée et qui a ensuite placé un reverse air monstrueux.  © Photo FFS

Jérémy Florès n'y arrive décidément pas. Une nouvelle fois, le N.1 Français sort prématurément du Quik Pro France, seule étape française du tour mondial. Il s'est incliné ce midi face au Brésilien Felipe Toledo (18,47 - 2,67 pts).

Pas de chance au grattage, pas de chance au tirage. A « la loterie de la Gravière », Jérémy Florès n'a jamais les bonnes vagues pour s'illustrer. Ou plutôt, on ne l'a plus réellement vu à la fête depuis 2005 et cette série de malade face à Mick Fanning, quand il n'était encore qu'une wild card. Depuis, Florès n'a passé qu'une seule fois le round 3 pour une 9e place en 2011, son meilleur résultat en France. L'année où tous les espoirs semblaient enfin permis pour le Pipeline Master avant qu'il ne se blesse gravement au tendon d'achille. Comme une malédiction, Florès n'arrive donc pas à reproduire en France ce qu'il parvient à faire ailleurs. E si la pression ou les blessures ont parfois été des raisons à ses échecs, il n'y a rien à redire cette édition 2013.
Sa douleur à la cheville appartenant au passé, Florès est parti au combat ce mercredi. Sûr de ses forces de tube rider dans les deux bons mètres solides de la Gravière ce midi. Mais voilà, quand sa première vague a fermé, la suivante de Toledo fut une merveille : le Brésilien s'offrant un tube rapide mais très creux et un 8,50 pts. Puis, alors que Florès cherchait désespérément une vague à potentiel, le Sud-Américain est parti sur une vague moyenne sur laquelle il plaça un alley oop en full rotation pour replaquer dans la vague avant de conclure par un petit reentry. Bilan : 9,97 pts  ! Et un Florès combo. Lequel, plus que jamais frustré, allait même prendre une interférence anecdotique dans les dernières secondes du heat, pour finir avec, sans doute, le plus faible total de sa carrière (2,67 pts).

« La Gravière, c'est la loterie »
Plus tard, face aux micros des médias, Florès confiait sa déception et, surtout, sa frustration. « Il y a beaucoup de frustration car les vagues ne me tombent jamais dessus ici. Et sans les vagues, il n'est pas possible de faire grand chose… » Puis revenant sur le déroulement de la série, le Réunionnais d'analyser : « J'ai eu une première vague mais je suis tombé dans le tube. Peut être que j'aurais pu avoir un score. Mais je n'ai eu que des vagues moyennes par rapport à lui (Toledo). C'est pour ça qu'il n'y a rien à dire, il a très bien surfé. »
Comme résigné, Florès de lâcher : « J'aimerais que la roue tourne un peu. Encore une fois, je suis très déçu. Déçu de ne pas pouvoir m'exprimer. C'est frustrant. La Gravière, c'est la loterie. Je n'ai jamais eu de chances ici. Et contrairement à ce que pensent les gens, ce n'est pas un avantage d'être local à la Gravière. Ici, les vagues changent beaucoup. Sur les autres spots du tour mondial, les vagues sont toujours les mêmes et les locaux peuvent alors être avantagés. Pas ici. » Six ans que ça dure…

Jérémy Florès au Quik Pro France
2008 : 17e
2009 : 33e
2010 : 13e
2011 : 9e
2012 : 13e
2013 : 13e

Vidéo associée

Dernière modification le : 03 octobre 2013
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia