Jérémy Florès : « L’Euro junior booste une carrière ! »

Membre de l'équipe de France depuis une douzaine d'années, Jérémy Florès assure que l'Eurosurf junior est une étape incontournable dans la carrière d'un jeune surfeur européen. crédit: BravoP/Quiksilver Membre de l'équipe de France depuis une douzaine d'années, Jérémy Florès assure que l'Eurosurf junior est une étape incontournable dans la carrière d'un jeune surfeur européen. crédit: BravoP/Quiksilver

L'actuel N.9 mondial adresse ses encouragements à l'équipe de France engagée sur le melty Eurosurf junior 2012 et parle de l'importance du championnat d'Europe.

De passage chez lui à Capbreton pour quelques jours, Jérémy Florès n'a pas le temps de venir encourager les juniors français à Lacanau. Mais le champion d'Europe minimes (2000) a souhaité les assurer de son soutien. « Ils ont tous une belle occasion de surfer contre les meilleurs européens et de se faire connaître dans les pays alentours. Je leur souhaite d'aller le plus loin et de représenter dignement la France. Cette compétition a une grande importance. Je me souviens que mon titre européen en minimes avait été davantage relayé en Europe que mes victoires en Australie au début des années 2000. » Et le N.1 Français d'avancer que « le championnat d'Europe booste une carrière ! »
Au-delà du résultat sportif, le Réunionnais insiste aussi sur « l'esprit d'équipe unique » qui se crée « à l'occasion de ces compétitions où l'on représente son pays. » Surfer pour la France, « c'est pour nous un peu comme faire les Jeux Olympiques. Il y a la tenue, le drapeau bleu-blanc-rouge. On dit souvent que les surfeurs sont égoïstes et c'est l'occasion de démontrer toute la solidarité qui existe au sein de chaque équipe. Ça apporte énormément à tout le monde. On se forge une personnalité au cours de ces rencontres internationales. »
« Des moments exceptionnels »
Pour le vainqueur du Pipeline Masters 2010 « chaque surfeur, qu'il soit Français ou d'un autre pays européen, devra faire preuve d'engagement, de courage, de cœur, pour représenter au mieux son pays. » Outre son titre européen minimes à l'âge de douze ans, Jérémy Florès a surtout remporté le titre mondial ISA en 2009, faisant flotter le drapeau tricolore dans le ciel du Costa Rica. « Ce sont des moments exceptionnels dans une carrière, une expérience unique, une ambiance particulière. Je me répète mais surfer pour son pays est quelque chose de très fort. »
Demandez plutôt aux Portugais, Espagnols, Anglais qui courent derrière les titres européens mis en jeu cette semaine à Lacanau. « Pour certains pays, un titre individuel est tout bonnement extraordinaire. » Le surf européen étant en pleine expansion, car désormais reconnu par les Américains, Australiens et Brésiliens qui ne sont plus aussi dominateurs, la scène junior est donc un véritable tremplin vers le haut niveau. « Certains surfeurs présents à Lacanau seront un jour sur le circuit mondial, peut être même sur le World Tour », assure Florès. Lequel va plus loin en parlant de la solidarité européenne que l'on retrouve sur les compétitions ASP : « Il y a trois ans, sept surfeurs européens étaient qualifiés pour le championnat du monde ASP. L'union faisant la force, on s'est regroupé pour se faire entendre. On est depuis davantage écouté et respecté. Ç'a fait évoluer les mentalités comme avaient déjà réussi à le faire les Eric Rébière, Micky Picon, Patrick Beven, Frédo Robin... »
De retour de Tahiti où il a pris la 5e place du Billabong Pro de Teahupoo, Jérémy Florès sera en début de semaine à Trestles (Californie), site de la 6e étape du tour mondial (16-22 septembre).
Stéphane Sisco, www.surfingfrance.com

 

Le live de la compétition !

 

Dernière modification le : 11 septembre 2012
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia