Jérémy Florès : « Quand je réveille le feu en moi alors je peux battre n'importe qui »

Jérémy Florès (FRA) durant le Media Day JO 2020 organisé par la Fédération Française de Surf à Les Culs-Nus, à Hossegor. Photographié par Antoine Justes, le 09/07/2021.© FFS / we_creative / Antoine Justes - 2021Photo FFSurf / We Creative


Jeremy Florès donne de ses nouvelles à quelques jours du départ pour Tokyo. Son forfait au Ranch, son retour à l'eau, sa préparation et ses ambitions olympiques.

Comment te sens-tu après avoir passé près de trois semaines sans surfer après les Mondiaux du Salvador ?
C’est vrai qu'au niveau de la préparation, je pourrais être mieux physiquement. J’ai pas mal poussé ces derniers temps entre les quatre premières épreuves du CT en Australie puis les championnats du monde ISA. Après lesquels, je suis tombé malade. J’ai chopé un truc qui m'a empêché de participer à une épreuve importante dans la piscine à vagues. Du coup, j’ai mis deux à trois semaines à m’en remettre. Ça fait quelques jours que je vais mieux et, petit à petit, je retrouve mes forces et je peux surfer de plus en plus. Je suis sur la bonne voie mais c‘est vrai que ces dernières semaines n’ont pas été faciles.

Que fais-tu dans la dernière ligne droite avant le départ pour Tokyo ?
Je vais continuer à essayer de travailler sur les planches, parce que le matériel c’est le plus important dans une préparation. J’ai toujours su que, lorsque j’avais du bon matériel et que j’avais confiance en ma planche, ça représentait 80% du travail. J’essaie vraiment de trouver la planche magique pour avoir cette confiance au Japon. J’essaie de surfer pas mal, 2-3 fois par jour. Je reprends le rythme petit à petit. On se rapproche des JO et c’est positif parce que, chaque jour, je sens une progression.

S'entraîner en France avant le Japon était-ce l'idéal ?
C’est l’entraînement parfait ! Parce que l’on sait que les vagues sont plutôt petites l’été en France, et ça se rapproche des vagues japonaises. Ça tombe bien, je suis content d'être venu en France quelques semaines avant les Jeux. Déjà, j’adore être en France, en plus, niveau entraînement et pour tester les planches qui me portent et vont vite dans les petites vagues, c’est vraiment le top !

Quel est ton objectif aux Jeux ?
Rapporter une médaille ! J’ai quand même beaucoup d’expérience. Je suis plutôt sur la fin de ma carrière, et ce serait beau de remporter une médaille. Pour moi, pour mon pays, pour mon île ; ce serait une grande fierté. Je ne pars pas favori dans les petites vagues. Mais je sais que, sur une compétition, quand j’ai la confiance, quand je réveille un peu cette motivation, ce feu en moi, alors je sais que je peux battre n'importe qui, peu importe les conditions. Je vais essayer d'être dans un bon état d’esprit, être bien dans ma tête pour montrer la meilleure performance et le meilleur de moi. Il va y avoir un niveau de fou aux Jeux, avec notamment les Brésiliens qui, je pense, sont les favoris de l’épreuve dans ce genre de vagues. Ils vont être les hommes à battre. Mais il y aura aussi toutes les meilleures nations et les meilleurs surfeurs du monde. Il va y avoir un sacré niveau ! 

 

Vidéo associée

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia