Jeux Olympiques : qui seront les 40 ?

Jeux Olympiques : qui seront les 40 ?  © FFS, WSL, ISA

L'International Surfing Association a (un peu) levé le voile il y a trois semaines sur les modalités de qualifications pour l'épreuve de surf des Jeux Olympiques de Tokyo-2020. Des indiscrétions ont depuis laissé davantage entrevoir à quoi pourrait ressembler le plateau messieurs et dames.
Au Comité International Olympique d'entériner le système proposé par l'ISA et la World Surf League, ce qui sera fait à l’occasion du bureau exécutif, le mois prochain. Date à laquelle on connaîtra avec exactitude toutes les modalités.
D’ici là, nous avons imaginé à quoi pourrait ressembler le plateau des Jeux si ceux-ci avaient lieu demain.

 

Combien d'Australiens, d'Américain, de Brésiliens, de Français participeront aux JO de Tokyo ? Et qui ? Et comment les surfeurs seront-ils sélectionnés ? Y aura-t-il d'ailleurs un quota par pays ? Autant de questions soulevées après le communiqué de presse commun de l'ISA et de la WSL du 20 décembre dernier.

CE QUI A ÉTÉ ANNONCÉ
Ichinomiya open Japan 28th MAY 2016 by Pedro Gomes PED 4238- Dans 30 mois, ils seront 20 messieurs et 20 dames à participer à la première compétition olympique de l'histoire du surf.
- On sait aujourd'hui que le Comité d'organisation des JO japonais a retenu le spot d'Ichonomiya, à Chiba (80 km de Tokyo) pour une compétition dont la période d'attente s'étirera du 24 juillet au 9 août 2020.
- Le 20 décembre 2017, l'ISA a annoncé un accord avec la WSL sur les principes de qualification, assurant la participation des meilleurs surfeurs du monde issus du Championship Tour (CT).
- En principe, l'accord verra jusqu'à 18 des 40 places aux Jeux réservées aux surfeurs du CT (10 hommes et huit femmes), les 22 places restantes seront déterminées lors des ISA World Surfing Games 2019 et 2020, des Jeux panaméricains de 2019 à Lima et deux wild cards seront attribuées aux pays hôte.
- Avec le soutien de la WSL, les règles d’admissibilité ISA pour la participation olympique exigeront que les surfeurs se rendent disponibles pour leurs équipes nationales afin de participer aux ISA World Surfing Games en 2019 et 2020 s’ils sont sélectionnés par leur fédération nationale.

CE QUE L’ON A APPRIS
7FEE4A0E 537D 4CB3 B866 AC038783E27F- Depuis le communiqué ISA/WSL, plusieurs sites web bien informés ont donné davantage d'informations. Infos que l'ISA n'a pas démenti sur les réseaux sociaux.
- On sait notamment qu'il y aura un maximum de deux athlètes messieurs et deux athlètes dames par pays; par exemple : 2 Américains et 2 Américaines au maximum.
- Si trois surfeurs du même pays figurent dans le Top 10 messieurs ou Top 8 dames de la WSL, alors le 3e libère sa place pour un autre pays, toujours dans la même proportion de deux places maximum.
- On sait aussi que Hawaii et Tahiti, reconnus comme « pays » par l’ISA et la WSL, ne le sont pas par le CIO. Les surfeurs issus de ces deux archipels concourront aux JO (s’ils sont sélectionnés) sous les couleurs des Etats-Unis et de la France.

CE QUE L’ON NE SAIT PAS ENCORE
IMG 5621- Le surf est un sport individuel mais, comme cela est déjà le cas dans d'autres disciplines olympiques, les places qualificatives pourraient ne pas être nominatives mais attribuées au pays représentés. Exemple : en tant que n.1 mondial, John John Florence « offrirait » une place aux Etats-Unis qui pourraient l'attribuer à tout autre surfeur américain de leur choix.
- Idem pour les ISA World Surfing Games : les individualités qualifieraient leur pays, lequel pourrait attribuer la ou les places à d'autres surfeurs.
- Mais quid du pays qui a déjà ses deux qualifiés via le CT, on pense notamment aux Etats-Unis, à l'Australie et au Brésil ? A moins que le "quota" de deux places par pays ne soit finalement pas la règle !…
- On ne connait pas encore les modalités en cas d'égalité, notamment via le processus de qualifications par les ISA World Surfing Games. Le classement des nations (ranking) pourrait ici jouer un rôle déterminant. Le surfeur dont le pays est le mieux classé serait qualifié. Reste à savoir sur quel ranking on se base ? Celui de l'année de la compétition ou le dernier en date ?


PROJECTIONS

Les tableaux de qualifications messieurs et dames pour Tokyo-2020 pourraient être les suivants :

Messieurs
Top 10 Championship Tour 2019
4 finalistes des ISA World Surfing Games 2019
4 finalistes des ISA World Surfing Games 2020
Vainqueur des Pan American Games de Lima 2019
1 wild card Japon

Dames
Top 8 Championship Tour 2019
5 finalistes des ISA World Surfing Games 2019
5 finalistes des ISA World Surfing Games 2020
Vainqueur des Pan American Games de Lima 2019
1 wild card Japon

 

SI LES JEUX AVAIENT LIEU DEMAIN
Afin de mieux comprendre et rêver du plateau des Jeux Olympiques, imaginons que les Jeux se déroulent demain. Les 20 messieurs et 20 dames seraient donc :

++ Messieurs
Top 10 Championship Tour 2017
John John Florence (USA)
Gabriel Medina (Brésil)
Julian Wilson (Australie)
Jordy Smith (Afrique du Sud)
Matt Wilkinson (Australie)
Kolohe Andino (USA) Adriano de Souza (Brésil)
Frederico Morais (Portugal)
Jeremy Flores (France)
Kanoa Igarashi (Japon)*
4 premières places des ISA World Surfing Games 2016**
(hors surfeurs qualifiés via le CT)
Leandro Usuna (Argentine) ou 1 place pour l’Argentine
Lucca Messinas (Pérou) ou 1 place pour le Pérou
Noe Mar McGonagle (Costa Rica) ou 1 place pour le Costa Rica
Francisco Bellorin (Venezuela) ou 1 place pour le Venezuela
4 premières places des ISA World Surfing Games 2017**
(hors surfeurs qualifiés via le CT)
Jhony Corzo (Mexique) ou 1 place pour le Mexique
Joan Duru (France) ou 1 place pour la France
Pedro Henrique (Portugal) ou 1 place pour le Portugal
Jonathan Gonzalez (Espagne) ou 1 place pour l’Espagne 41004270 62A5 470D B46E B5C1D164CDF4
Pan Americans 2017

Alonso Correa (Perou)
Wild Card Japon
Hiroto Ohhara (30e QS) ou Yuri Ogasawara ou Daiki Tanaka (17es ex-aequo des ISA 2017) Principaux absents
Filipe Toledo, Owen Wright, Mick Fanning, Sebastien Zietz, Michel Bourez

++ Dames
Top 8 Championship Tour 2017
Tyler Wright (Australie)
Stephanie Gilmore (Australie)
Courtney Conlogue (USA)
Carissa Moore (USA)
Johanne Defay (France)
Silvana Lima (Brésil)
Pauline Ado (France)
Bianca Buitendag (Afrique du Sud)
5 premières places des ISA World Surfing Games 2016**
(hors surfeurs qualifiés via le CT)
Dominic Barona (Equateur) ou 1 place pour l’Equateur
Melanie Giunta (Pérou) ou 1 place pour le Pérou
Carol Henrique (Portugal) ou 1 place pour le Portugal
Emily Gussoni (Costa Rica) ou 1 place pour le Costa Rica
Faye Zoetmulder (Afrique du Sud) ou 1 place pour l’Afrique du Sud
5 premières places des ISA World Surfing Games 2017**
(hors surfeurs qualifiés via le CT)
Leilani McGonagle (Costa Rica) ou 1 place pour le Costa Rica
Teresa Bonvalot (Portugal) ou 1 place pour le Portugal
Frankie Harrer (Allemagne) ou 1 place pour l’Allemagne
Ella Williams (Nouvelle-Zélande) ou 1 place pour la Nouvelle-Zélande
Daniella Rosas (Pérou) ou 1 place pour le Pérou
Pan Americans 2017
Ornella Pellizzari (Argentine)
Wild Card Japon
Minori Kawai (21e QS) ou Nao Omura (7e des ISA 2017)
Principales absentes
Sally Fitzgibbons, Lakey Peterson, Tatiana Weston-Webb

Les meilleurs mondiaux seraient tous là ou presque à l'exception de Filipe Toledo (3e brésilien dans la hiérarchie) ou de Sally Fitzgibbons (n.3 mondiale mais 3e australienne dans la hiérarchie).
Côté Français : Jérémy Florès, Johanne Defay et Pauline Ado se qualifieraient par le CT; Joan Duru aurait son billet via les ISA World Surfing Games (2e à Biarritz en 2017); Michel Bourez ne serait pas qualifié

* L'Américain Kanoa Igarashi a la double nationalité et possède un passeport japonais. Il a fait savoir qu'il souhaiterait représenter le pays de ses ancêtres aux Jeux de Tokyo.
** En cas d'égalité de place sur les ISA World Surfing Games, le classement du pays pourrait départager les ex aequo.

Répartition par pays
Etats-Unis : 2 places messieurs et 2 places dames
Australie : 2 places messieurs et 2 places dames
France : 2 places messieurs et 2 places dames
Pérou : 2 places messieurs et 2 places dames IMG 5623Portugal : 2 places messieurs et 2 places dames
Brésil : 2 places messieurs et 1 place dames
Japon : 2 places messieurs et 1 place dames
Afrique du Sud : 1 place messieurs et 2 places dames
Costa Rica : 1 place messieurs et 2 places dames
Argentine : 1 place messieurs et 1 place dames
Venezuela : 1 place messieurs
Mexique : 1 place messieurs
Espagne : 1 place messieurs
Equateur : 1 place dames
Nouvelle-Zélande : 1 place dames
Allemagne : 1 place dames
Total : 40 places (20 messieurs et 20 dames)

Soit 16 pays issus des 5 continents, lesquels seraient ici représentés, et l'universalité de l'Olympisme respectée.
L'Amérique obtiendrait près de la moitié des places avec 19 représentants, dont 15 pour l'Amérique latine (4) et l'Amérique du Sud (11) ; l’Amérique du Nord n’étant représentée que par les Etats-Unis (4).
L'Europe obtiendrait un quart du contigent avec 10 places ; l'Océanie aurait 5 places , dont 4 pour la seule Australie; l'Afrique et l'Asie en obtiendraient 3 chacun.
Quatre pays atteindraient le maximum de 4 surfeurs sélectionnés (2 messieurs et 2 dames) : les Etats-Unis, l'Australie, la France et le Pérou.
Principaux pays absents : Chili, Maroc, Angleterre, Italie

Dernière modification le : 09 janvier 2018
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Plus dans cette catégorie : « Les rendez-vous de 2018
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

Isuzu AF ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu