JO - Les Bleus enfin à l'eau

P1022438Jérémy Florès ce mardi à l'entraînement.


Après un long périple pour rejoindre Chiba, à 100km à l'est de Tokyo, Johanne Defay, Pauline Ado, Michel Bourez et Jérémy Florès se sont mis à l'eau ce mardi, à Tsurigasaki beach, le spot de la compétition olympique. Les Français ont passé la journée à tester leurs planches dans des vagues minuscules tout en scrutant les prévisions qui annoncent du gros pour la semaine olympique (25-28 juillet, voire jusqu'au 1er août si nécessaire).


« J'avoue que ça faisait très longtemps que je n'avais pas surfé de si petites vagues. Mais bon, j'ai de très bonnes planches pour ces conditions et je me suis fait plaisir. » Jérémy Florès avait le sourire après cette première journée d'entraînement. Une satisfaction peu commune chez le leader du surf français, plus habitué aux grosses vagues et à pester quand celles-ci sont d’une taille aussi minime.

Le lac de Chiba
Le Japon, en été, ressemble davantage à la Méditerranée en juillet, et les 40 surfeurs qualifiés pour cette première olympique ont tous pris du matériel adapté. Aucun n’était donc déçu de ne pas être équipés. Même si certains se réjouissent de l'annonce du passage prochain de deux typhons au large du sud du Japon et, donc, de vagues bien plus conséquentes la semaine prochaine. A commencer par Michel Bourez, peu à l'aise aujourd'hui sur le lac de Chiba. « Les vagues étaient très minuscules. C'était très dur pour moi. J'ai eu du mal à trouver les bonnes vagues pour faire des manœuvres. Mais ce n'est pas négatif car la houle arrive et je sais que mes planches marchent très bien. »
P1022514Bourez : « L'impossible est en train de se produire ! »
Tout comme Florès, le Tahitien est plus à l'aise dans de la taille. « Je n'attends que ça ! Il vaut mieux surfer les petites vagues en free surf et arriver en compétition avec de la houle. On rêvait d'un typhon. L'impossible est en train de se produire. Je vais avoir plus de chance pour m'illustrer dans de vraies vagues. »
Un Florès qui, lui, a semblé retrouver ses sensations du kid de 15 ans quand il fracassait sur le QS. « J'avoue que je m'attendais à de petites vagues mais pas aussi petites, tout juste 30 cm. Mais avec la nouvelle technologie de planches sur lesquelles j'ai travaillé, j'avance vraiment bien. C’est positif même si tout va sans doute changer avec les vagues annoncées pour la semaine prochaine. En tout cas, je me suis bien amusé. »
Petites vagues jusqu'à samedi
Conscient qu'il aura toutefois davantage de choses encore à montrer dans des vagues plus imposantes, Florès attend toutefois la confirmation de cette houle cyclonique qui agite le site olympique de Chiba. « Je serai bien sûr plus confiant dans de plus grosses vagues, ça sera mieux pour moi. Même si les prévisions changent beaucoup. On nous a dit que ce serait gros, puis très gros, puis pas si gros, qu'il y aurait du vent, pas de vent, … On se prépare à tout en sachant que ce sera déjà mieux que ce que l'on a surfé aujourd'hui. » Et qu'ils surferont tout au long de la semaine, jusqu'à samedi au moins. L'entrée de la houle générée par le passage d'un premier typhon au sud de l'archipel étant prévue pour samedi/dimanche.



P1022413Pauline Ado à l'entraînement ce mardi.


24 heures pour rallier Chiba
Il aura fallu un jour entier pour que l'équipe de France prenne ses quartiers olympiques. Partis dimanche midi de province pour Paris, les Bleus se sont envolés peu avant minuit pour Tokyo. Après un vol de 11 heures sans une secousse, ils ont mis près de 3 heures à passer le sas « Covid - Immigration », un temps moyen pour toutes les délégations qui arrivent au Japon en ce moment. Un peu plus tôt dans la journée, Michel Bourez avait atterri en provenance de Tahiti via Los Angeles, après une grosse frayeur en Californie quand il s'est aperçu que son test n'était pas en Anglais. 1h30 de bus entre Tokyo et Chiba plus tard, les Français étaient enfin à la Villa Sotobou, leur hôtel, situé à une petite dizaine de minutes au sud de Tsurigasaki beach.


La démesure des Jeux
IMG 631310 minutes de marche entre le parking et la plage. C'est dire l'étendue et les méandres du site olympique de Tsurigasaki Beach. Initialement prévu pour accueillir 10.000 spectateurs, « le site de la compétition est énorme », dixit Jérémy Florès. Qui ajoute : « C'est une structure jamais vu pour 40 compétiteurs. On est dans le top niveau, dans de bonnes conditions. » Pour Michel Bourez, « le site est démesuré. Tu vois la différence entre les JO et les CT. Ça fait plaisir de voir que le surf est bien apprécié et bien mis en avant. »

 

LES JEUX EN BREF

4 jours de compétitions et 4 extra days
La compétition de surf se tiendra du 25 au 28 juillet. Quatre jours sont prévus pour aller au terme des compétitions messieurs et dames avec les finales le mercredi 28 juillet. Si les conditions n'ont pas permis la tenue des épreuves, l'organisation prévoit d'ajouter 4 jours supplémentaires, soit jusqu'au 1er août. Attention ! il ne s'agit pas d'une waiting period pour attendre les meilleures vagues. Si vagues acceptables il y a, alors la compétition sera lancée durant des quatre premières journées.

Le beach break de Tsurigasaki
La compétition se tiendra à Tsurigasaki beach, située à Ichinomiya dans la préfecture de Chiba. Le site est à environ 1h30 du village olympique de Tokyo. La vague est un beach break ; elle déferle sur un fond de sable noir. Les vagues, droites et gauches, vont de 30cm à 2m. En cas de typhon au large du Japon, les conditions peuvent devenir optimales avec des vagues de plus de 2m et une longue période.

40 athlètes, 18 pays
40 surfeurs, 20 messieurs et 20 dames, ont obtenu leur qualification pour les premiers JO de l'histoire à l'issue d'un long processus. Ils sont issus de 18 pays et chaque continent aura à moins deux représentants. 18 surfeurs (10 hommes et 8 femmes) se sont qualifiés pour les jeux Olympiques via le Championship Tour 2019 de la WSL. Les 20 autres via les ISA World Surfing Games 2019 et 2021, les deux derniers via les jeux Panaméricains 2019. Les trois Français qualifiés sont : Johanne Defay, Pauline Ado, Jérémy Florès et Michel Bourez. La France est un des 6 pays qui disposent de quatre athlètes.

P1022538Patrick Florès, Michel Plateau et Stéphane Corbinien échangent lors de l'entraînement ce mardi.


Les séries des Bleus au 1er tour
Messieurs
Série 2 : Kanoa Igarashi (Japon), Jérémy Florès (France), Miguel Tuleda (Pérou), Frederico Morais (Portugal)
Série 5 : Gabriel Medina (Brésil), Michel Bourez (France), Leon Glatzer (Allemagne), Rio Waida (Indonésie)
Dames
Série 3 : Stéphanie Gilmore (Australie), Silvana Lima (Brésil), Pauline Ado (France), Anat Lelior (Israël)
Série 4 : Tatiana Weston-Webb (Brésil), Johanne Defay (France), Amuro Tsuzuki (Japon), Sogia Mulanovich (Pérou)


Le format olympique
Le format de la compétition pour les hommes et les femmes est le suivant :
- 1er tour : 5 séries de 4 compétiteurs ; les deux premiers qualifiés pour le 3e tour
- 2e tour : 3 séries de 5 compétiteurs ; les trois premiers qualifiés pour le 3e tour ; les 4es et 5es sont éliminés (17e et 19e places)
- 3e tour : 8 séries de 2 compétiteurs (8es de finale) ; les vainqueurs qualifiés, les deuxièmes éliminés (9e places)
- 4e tour : 4 séries de 2 compétiteurs (quarts de finale) ; les vainqueurs qualifiés, les deuxièmes éliminés (5e places)
- 5e tour : 2 séries de 2 compétiteurs (demi-finales) ; les vainqueurs qualifiés pour la finale, le deuxième en match bronze
- Match bronze : 1 série de 2 compétiteurs ; le vainqueur médaille de bronze
- Finale : 1 série de 2 compétiteurs ; le vainqueur médaille d'or et champion olympique ; le deuxième médaille d'argent


Le programme des Jeux du surf
Dimanche 25 juillet
7h00 - 16h20 (0h00 à 9h20 françaises ; quand il est 13h à Tokyo, il est 6h du matin le même jour en France)
• Hommes - 1er tour
• Femmes - 1er tour
• Hommes - 2e tour
• Femmes - 2e tour
Lundi 26 juillet
7h00 - 16h40 (0h00 à 9h40 françaises)
• Femmes - 3e tour
• Hommes - 3e tour
Mardi 27 juillet
7h00 - 14h20 (0h00 à 7h20 françaises)
• Hommes - Quart de finale
• Femmes - Quart de finale
• Hommes - Demi-finale
• Femmes - Demi-finale
Mercredi 28 juillet
8h00 - 11h35 (1h00 à 4h35 françaises)
• Femmes - Match pour la médaille de bronze
• Hommes - Match pour la médaille de bronze
• Femmes - Match pour la médaille de d'or
• Hommes - Match pour la médaille de d'or
• Femmes - Cérémonie de remise des médailles
• Hommes - Cérémonie de remise des médailles


A la télévision
Les Jeux seront à suivre en direct sur Eurosport et France Télévisions. Plus de précisions à venir sur la retransmission des épreuves de surf.

Pas de spectateurs
Le gouvernement japonais, le CIO et le comité d'organisation des JO de Tokyo 2020 ont annoncé le 8 juillet que le public ne serait pas autorisé à suivre les épreuves olympiques. Les Jeux se disputeront donc à huis-clos.

Les 40 qualifiés
DAMES
Championship Tour 2019 WSL
Carissa Moore (USA)
Caroline Marks (USA)
Tatiana Weston-Webb (BRÉ)
Silvana Lima (BRÉ)
Brisa Hennessy (CRC)
Sally Fitzgibbons (AUS)
Stephanie Gilmore (AUS)
Johanne Defay (FRA)
2021 World Surfing Games
Yolanda Sequeria (POR)
Teresa Bonvalot (POR)
Daniella Rosas (PER)
Leilani McGonagle (CRC)
Mahina Maeda (JAP)
Amuro Tsuzuki (JAP)
Pauline Ado (FRA)
2019 World Surfing Games
Anat Lelior (ISR)
Bianca Buitendag (AFS)
Ella Williams (NZL)
Sofia Mulanovich (PER)
2019 Pan Am Games
Dominic Barona (ECU)

MESSIEURS
Championship Tour 2019 WSL
Gabriel Medina (BRÉ)
Italo Ferreira (BRÉ)
Kolohe Andino (USA)
John John Florence (USA)
Owen Wright (AUS)
Julian Wilson (AUS)
Jeremy Flores (FRA)
Michel Bourez (FRA)
Kanoa Igarashi (JAP)
Leonardo Fioravanti (ITA)
2021 World Surfing Games
Leon Glatzer (ALL)
Miguel Tudela (PER)
Lucca Mesinas (PER)
Manuel Selman (CHI)
Hiroto Ohhara (JAP)
2019 World Surfing Games
Rio Waida (IND)
Frederico Morais (POR)
Billy Stairmand (NZL)
Ramzi Boukhiam (MAR)
2019 Pan Am Games
Leandro Usuna (ARG)

 P1022371Johanne Defay à l'entraînement ce mardi.

 

 

 

Dernière modification le : 20 juillet 2021
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia