Johanne Defay et Pauline Ado entrent doucement dans les Jeux

DEFAY P1155653Johanne Defay ce mercredi à Chiba lors de la seconde journée d'entraînement.


La deuxième journée d'entraînement de l'équipe de France aura été un copié-collé de la première avec des vagues toujours aussi petites du côté de Chiba, site de la compétition olympique qui doit débuter dimanche. Pour Johanne Defay et Pauline Ado, peu habituées à surfer dans ces conditions, le principal est ailleurs : récupérer du voyage et du décalage et prendre des repères pour être au mieux dans trois jours.


« On a plutôt pris ces deux premiers jours à la cool, et c'est très bien pour entrer doucement dans les Jeux. » Une manière aussi pour Johanne Defay d'évacuer le stress qui va forcément monter peu à peu alors que l'épreuve de surf débute dimanche matin. Les Jeux ? « On y est enfin et tout ce qu'on vit depuis deux jours nous le rappelle. On est très impressionné, il y a d'un côté cette découverte des Jeux qui est très chouette. Et de l'autre, un peu de stress aussi. C'est une grande inconnue pour nous tous. »
La récupération avant tout
Pour l'accompagner dans ce grand bain, la numéro 2 mondiale a retrouvé Pauline Ado avec qui elle a partagé son quotidien du world tour jusqu'en 2017. Les deux Françaises, 27 et 30 ans, ont pour elles la force de l'expérience. « Le plus important sur ces premiers jours et avant tout la récupération, note Pauline Ado. On est arrivé en début de semaine pour une compétition qui débute le dimanche. Personnellement, j'aime bien. Surtout ici, au Japon, car j'ai du mal avec ce décalage horaire. Ça s’est confirmé sur les deux premières nuits. En tout cas, il ne faut pas se surexciter et perdre de l'énergie. Mais, bien au contraire, récupérer de l'influx pour être en forme quand ça va commencer. »

ADO P1022925Pauline Ado sur la vague de Tsugarisaki beach ce mercredi.


L'entraînement dans des conditions minuscules
Quand ça va commencer, ce sera tout autre chose toutefois. Si les vagues arrivent en force en fin de semaine, générées par le passage d'un typhon au sud de l'archipel nippon, elles sont pour l'heure minuscules et à peine "surfable". « Je n'ai pas encore trouvé ma glisse, mais le plus important est de tester les petites planches, confie Johanne Defay, qui ajoute : « On ne sait jamais, si la houle redescend pour les phases finales, il faudra être prête. »
En attendant, les vaguelettes ne s'offrent qu'aux 40 qualifiés, qui ne sont pas tous arrivés. « Il n'y a pas de surfeurs locaux comme c'est le cas sur les étapes du world tour. On est donc tranquille pour s'entraîner, ajoute Defay. Hier après-midi, on était d’ailleurs que nous quatre (Français). » De son côté, et même si elle connaît bien la saison estivale en France, Pauline Ado assure qu'elle ne surfe « rarement aussi petit, ou alors à de très rares occasions quand je suis morte de faim même si généralement je fais autre chose (rires). »
Plus à l'aise dans les grosses vagues
Comme leurs homologues masculins Jérémy Florès et Michel Bourez, Pauline et Johanne sont soulagées de savoir que les vagues auront une taille bien plus acceptable quand va commencer la compétition. « Je serai évidemment plus en confiance et je suis forcément très contente avec cette houle qui arrive, confirme Defay. Je suis sur le world tour et je ne les connais pas la moitié des filles qui se sont qualifiées pour les Jeux. La donne est simple s’il n'y a pas de vague, il y aura beaucoup moins d'opportunité, et ça sera la loterie. Avec de la houle, il y aura plus d'opportunités, et c'est une stratégie que je préfère. De toutes façons, je vais faire ce que je sais faire. Je ne vais pas réinventer autre chose pour les Jeux. »

DEFAY P1155518Johanne Defay sur les vagues japonaises ce mercredi.


Bien accueillis à Chiba
En attendant les vagues, le clan français avance doucement vers le début de l'histoire. « Les logos partout, l'engouement autour de nous. On sait qu'on y est ! lance Ado. On a reçu beaucoup de messages d'encouragement, ça marque. » Sur le site grandiose de compétition, Defay et Ado concèdent vivre quelque chose d'exceptionnel. « Il y a beaucoup plus de contrôle et de sécurité que ce que l'on vit d'habitude, glisse Defay qui revient pourtant d'Australie et des États-Unis. C'est très carré et je comprends évidemment toutes les précautions du Japon dans le contexte actuel. »
Un sentiment partagé par son aînée. « Le huis clos, on l'a vécu aux Mondiaux du Salvador. On est bien accueillis et alors que la population japonaise est mitigée pour les Jeux, elle est très accueillante avec nous. Cela dit, on est excentrés en étant à Chiba. » Excentrés mais pas esseulés. Le surf focalise lui aussi l'attention du grand public avec ses quatre pionniers olympiques.

 

LES JEUX EN BREF

4 jours de compétitions et 4 extra days
La compétition de surf se tiendra du 25 au 28 juillet. Quatre jours sont prévus pour aller au terme des compétitions messieurs et dames avec les finales le mercredi 28 juillet. Si les conditions n'ont pas permis la tenue des épreuves, l'organisation prévoit d'ajouter 4 jours supplémentaires, soit jusqu'au 1er août. 

Le beach break de Tsurigasaki
La compétition se tiendra à Tsurigasaki beach, située à Ichinomiya dans la préfecture de Chiba. Le site est à environ 1h30 du village olympique de Tokyo. La vague est un beach break ; elle déferle sur un fond de sable noir. Les vagues, droites et gauches, vont de 30cm à 2m. En cas de typhon au large du Japon, les conditions peuvent devenir optimales avec des vagues de plus de 2m et une longue période.

40 athlètes, 18 pays
40 surfeurs, 20 messieurs et 20 dames, ont obtenu leur qualification pour les premiers JO de l'histoire à l'issue d'un long processus. Ils sont issus de 18 pays et chaque continent aura à moins deux représentants. 18 surfeurs (10 hommes et 8 femmes) se sont qualifiés pour les jeux Olympiques via le Championship Tour 2019 de la WSL. Les 20 autres via les ISA World Surfing Games 2019 et 2021, les deux derniers via les jeux Panaméricains 2019. Les trois Français qualifiés sont : Johanne Defay, Pauline Ado, Jérémy Florès et Michel Bourez. La France est un des 6 pays qui disposent de quatre athlètes.

Les séries des Français au 1er tour
Messieurs
Série 2 : Kanoa Igarashi (Japon), Jérémy Florès (France), Miguel Tuleda (Pérou), Frederico Morais (Portugal)
Série 5 : Gabriel Medina (Brésil), Michel Bourez (France), Leon Glatzer (Allemagne), Rio Waida (Indonésie)
Dames
Série 3 : Stéphanie Gilmore (Australie), Silvana Lima (Brésil), Pauline Ado (France), Anat Lelior (Israël)
Série 4 : Tatiana Weston-Webb (Brésil), Johanne Defay (France), Amuro Tsuzuki (Japon), Sogia Mulanovich (Pérou)

FLORES P1022840Jérémy Florès particulièrement chaud dans les petites vagues de Tsurigasaki beach.


Le format olympique
Le format de la compétition pour les hommes et les femmes est le suivant :
- 1er tour : 5 séries de 4 compétiteurs ; les deux premiers qualifiés pour le 3e tour
- 2e tour : 3 séries de 5 compétiteurs ; les trois premiers qualifiés pour le 3e tour ; les 4es et 5es sont éliminés (17e et 19e places)
- 3e tour : 8 séries de 2 compétiteurs (8es de finale) ; les vainqueurs qualifiés, les deuxièmes éliminés (9e places)
- 4e tour : 4 séries de 2 compétiteurs (quarts de finale) ; les vainqueurs qualifiés, les deuxièmes éliminés (5e places)
- 5e tour : 2 séries de 2 compétiteurs (demi-finales) ; les vainqueurs qualifiés pour la finale, le deuxième en match bronze
- Match bronze : 1 série de 2 compétiteurs ; le vainqueur médaille de bronze
- Finale : 1 série de 2 compétiteurs ; le vainqueur médaille d'or et champion olympique ; le deuxième médaille d'argent


Le programme des Jeux du surf
Dimanche 25 juillet
7h00 - 16h20 (0h00 à 9h20 françaises ; quand il est 13h à Tokyo, il est 6h du matin le même jour en France)
• Hommes - 1er tour
• Femmes - 1er tour
• Hommes - 2e tour
• Femmes - 2e tour
Lundi 26 juillet
7h00 - 16h40 (0h00 à 9h40 françaises)
• Femmes - 3e tour
• Hommes - 3e tour
Mardi 27 juillet
7h00 - 14h20 (0h00 à 7h20 françaises)
• Hommes - Quart de finale
• Femmes - Quart de finale
• Hommes - Demi-finale
• Femmes - Demi-finale
Mercredi 28 juillet
8h00 - 11h35 (1h00 à 4h35 françaises)
• Femmes - Match pour la médaille de bronze
• Hommes - Match pour la médaille de bronze
• Femmes - Match pour la médaille de d'or
• Hommes - Match pour la médaille de d'or
• Femmes - Cérémonie de remise des médailles
• Hommes - Cérémonie de remise des médailles

A la télévision
Les Jeux seront à suivre en direct sur Eurosport et France Télévisions. Plus de précisions à venir sur la retransmission des épreuves de surf.

Pas de spectateurs
Le gouvernement japonais, le CIO et le comité d'organisation des JO de Tokyo 2020 ont annoncé le 8 juillet que le public ne serait pas autorisé à suivre les épreuves olympiques. Les Jeux se disputeront donc à huis-clos.

 

 

Dernière modification le : 21 juillet 2021
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia