Justin Bécret : « Wild card d'un CT, c'est énorme ! »

Justin Bécret : « Wild card d'un CT, c'est énorme ! »  © WSL/Laurent Masurel et FFSurf/We Creative

Justin Bécret vit un mois de février enchanté. Après le stage national à Tahiti, le jeune landais (20 ans) a remporté le Challenge Rip Curl La Nord mercredi à Hossegor. Avant de prendre, aujourd'hui, la route pour le Portugal où il participera à la 3e étape du Championship Tour en tant qu'invité du MEO Peniche Pro, et seul Français du tableau masculin. 

Deux fois invité aux trials du Billabong Pipeline Masters, Justin Bécret va -enfin- goûter au plus haut niveau du surf mondial. A tout juste 20 ans, il a reçu une des deux wild cards délivrées pour le MEO Peniche Pro (3-13 mars).  « La wild card, c'est énorme ! C'est incroyable. Je vais faire un CT ! » Les boards chargées dans la voiture, Justin Bécret est sur le départ pour le Portugal ce vendredi matin. Avant de mettre la clef dans le contact, il a répondu à nos questions.

Réalises-tu que tu vas faire ton premier CT ?
Non, j'ai encore du mal à réaliser pour l'instant. Je pars aujourd'hui, j'ai quelques jours pour me préparer. Je vais aborder ce CT comme une autre compétition. J'espère que je surferai au mieux. Je veux être performant. On verra bien ce que ça donne.

Forcément, en tant que wild card, tu tombes au premier tour sur un Top seedé. En l'occurrence le Brésilien Filipe Toledo, vice-champion du monde. Il y aura aussi Connor O'Leary, vainqueur à Hossegor en octobre dernier…
Toledo, O'Leary, ce sont des grands noms, oui. Mais à ce niveau, regarder les noms ne sert à rien. Ils sont tous monstrueux. Si tu commences à regarder les noms, c'est du stress pour rien. Je ne veux pas me mettre la pression inutilement. Je veux juste me concentrer sur ce que je sais faire, sur moi-même, sur le spot.

Parlons d'ailleurs de cette vague de Supertubos…
Je ne la connais pas trop. J'y suis allé quelques fois mais pas autant qu'à Ericeira par exemple. Maintenant, Supertubos est un beach break avec des tubes. Et ça, j'aime bien ! L'idéal pour moi serait qu'il ait de la taille et des gros tubes. Mais s'il faut faire des turns, je ferai des turns (rires).

Justin Becret (FRA) durant le Collectif France Messieurs Janvier 2022 organisé par la Fédération Française de Surf. Photographié par Antoine Justes, le 09/02/2022, à L'embouchure, à Papenoo.© FFS / we_creative / Antoine Justes - 2022

On imagine que cette expérience peut beaucoup t'apporter pour la suite de la saison, non ?
Oui, faire un CT va m'apporter beaucoup. Ça peut me servir pour la suite, oui. Dans la foulée du Portugal, j'irai en Israël pour le QS de reprise (15-27 mars, QS 3.000). Maintenant, ça va être mon tout premier CT, je vais l'aborder tel quel. Je vais faire en sorte de sortir mon meilleur surf, c'est l'occasion. Je vais bien le savourer. Je remercie Rip Curl car c'est une super opportunité. Je suis ravi. Mon objectif est d'être un permanent du CT en me qualifiant et de ne pas avoir besoin de wild card pour en faire (sourire).

Tu seras le seul Français du tableau masculin puisque Jérémy Florès a arrêté et Michel Bourez ne s'est pas maintenu. Pression ou pas pression ?
Pas de pression. Que de la fierté. Je suis fier d'être Français et ça me rend fier de représenter mon pays sur une telle compétition. Je ne pense pas trop au fait d'être le seul Français. Jérémy et Michel ont fait des trucs énormes ces 15 dernières années sur le CT. Ils ont très bien représenté la France. Joan Duru aussi. J'étais présent sur la plage quand il a fait sa finale à Peniche en 2018. J'ai vu tout ce qu'il a fait pour y arriver. Tiens, je vais peut-être l'appeler pour qu'il me donne quelques conseils (rires).

Revenons à ces dernières semaines de fou. Tu étais à Tahiti au début du mois pour le stage national…
Ce stage était top. C'était une très bonne préparation pour la saison qui arrive. Avec des mises en situation de compétition sur des beach breaks, de la préparation physique, du kiné et quelques sessions à Teahupo'o. J'arrivais de Hawaii où je m'étais blessé à la tête (37 points de suture, ndlr). A la fin du stage, j'ai décidé de rester quelques jours car une autre houle arrivait. Bon choix car on s'est gavé ! Avec moins de monde à l'eau, et les boys. Evidemment, ce n'était pas un vrai gros Teahupo'o. Ça n'avait pas grand-chose à voir avec ce que ça peut être quand c'est immense. En tout cas, je prends mes repères là-bas. Je commence à prendre plus de vagues. Tahiti, c'était top ! J'ai d'ailleurs sorti une vidéo sur ces trois bons jours de surf.

Justin Becret (FRA) durant le Collectif France Messieurs Janvier 2022 organisé par la Fédération Française de Surf. Photographié par Antoine Justes, le 30/01/2022, à Teahupoo, à Teahupoo.© FFS / we_creative / Antoine Justes - 2022

Dans la foulée du retour de Tahiti, tu as enchaîné avec le Challenge La Nord. Pas trop fatigué ?
Je suis arrivé samedi dernier à la maison. Ça a enchaîné effectivement avec la Nord. C'était censé être le samedi de mon arrivée, mais les organisateurs l'ont reporté. Sans ça, je ne le faisais pas. Après trois semaines à Tahiti, 24 heures d'avion et le décalage, j'étais un peu fatigué. J'ai surtout ressenti le jet lag sur la fin de la finale. Mais ça a été, j'étais là depuis quelques jours et j'avais un peu récupéré.

Pour continuer dans la belle série, tu finis par t'imposer sur cette compétition de grosses vagues. Peux-tu nous raconter ta journée ?
Ce n'était pas immense, mais clean. Dans ma première série, je fais un 10 sur un beau tube. En finale, je prends une vague au début, puis plus rien. J'étais loin derrière les autres. Je prends une dernière vague sur la fin, une gauche bien au Nord. Pas grand monde l'a vu, sauf les juges. Je pars sur cette grosse gauche, je tube, je sors et je prends un 9,33 pts qui me permet de doubler les autres. Je suis vraiment heureux d'inscrire mon nom au palmarès de cette compétition. Il y avait du beau monde avec Duvi (Vincent Duvignac), PC (Paul César Distinguin), Kylian (Guérin). Ça fait plaisir car c'est une victoire à la maison. Et surtout une belle journée avec les copains.



MEO PENICHE PRO, PORTUGAL

Le 1er tour messieurs :

(les 2 premiers qualifiés pour les 16es de finale, le 3e en repêchage)
Série 1 : Jordy Smith (AfS), Jake Marshall (USA), Jackson Baker (Aus)
Série 2 : Kelly Slater (USA), Samuel Pupo (Bré), Imaikalani deVault (Haw)
Série 3 : Seth Moniz (Haw), Lucca Mesinas (Per), Owen Wright (Aus)
Série 4 : Italo Ferreira (Bré), Jadson Andre (Bré), Vasco Ribeiro (Por)
Série 5 : Filipe Toledo (Bré), Connor O'Leary (Aus), Justin Bécret (Fra)
Série 6 : Kanoa Igarashi (Jap), Callum Robson (Aus), Afonso Antunes (Por)
Série 7 : Conner Coffin (USA), Frederico Morais (Por), Caio Ibelli (Bré)
Série 8 : John John Florence (Haw), Ezekiel Lau (Haw), Matthew McGillivray (AfS)
Série 9 : Ethan Ewing (Aus), Deivid Silva (Bré), Barron Mamiya (Haw)
Série 10 : Jack Robinson (Aus), Leo Fioravanti (Ita), Joao Chianca (Bré)
Série 11 : Morgan Cibilic (Aus), Miguel Pupo (Bré), Ryan Callinan (Aus)
Série 12 : Griffin Colapinto (USA), Kolohe Andino (USA), Nat Young (USA)

Le 1er tour dames :
(les 2 premières qualifiées pour les 8es de finale, la 3e en repêchage)
Série 1 : Johanne Defay (Fra), Bettylou Sakura Johnson (Haw), Courtney Conlogue (USA)
Série 2 : Brisa Hennessy (CRi), Isabella Nichols (Aus), Bronte Macaulay (Aus)
Série 3 : Carissa Moore (Haw), Stephanie Gilmore (Aus), Tia Blanco (USA)
Série 4 : Tatiana Weston-Webb (Bré), Gabriela Bryan (Haw), Molly Picklum (Aus)
Série 5 : Malia Manuel (Haw), Tyler Wright (Aus), Luana Silva (Haw)
Série 6 : Sally Fitzgibbons (Aus), Lakey Peterson (USA), India Robinson (Aus)


LIVE
Le MEO Pro Portugal est à suivre en direct sur le site de la WSL


CLASSEMENTS
Top 5 mondial messieurs
1. Barron Mamiya (Haw) 13,320 pts
2. Kanoa Igarashi (Jap) 12,545 pts
2. Seth Moniz (Haw) 12,545 pts
4. Caio Ibelli (Bré) 12,170 pts
5. Kelly Slater (USA) 11,330 pts
Top 5 dames
1. Brisa Hennessy (CRi) 14,745 pts
2. Malia Manuel (Haw) 12,545 pts
3. Moana Jones Wong (Haw) 11,045 pts
4. Carissa Moore (Haw) 10,410 pts
5. Johanne Defay (Fra) 9,490 pts


CLAENDRIER
Championship Tour 2022
29 janvier - 10 février : Pipeline, Hawaii
11 - 23 février : Sunset, Hawaii

3 - 13 mars : Peniche, Portugal
10 - 20 avril : Bells Beach, Australie
24 avril - 4 mai : Margaret River, Australie
-- CUT --
28 mai - 6 juin : G-Land, Indonésie
12 - 20 juin : Surf City, Salvador
23 - 30 juin : Saquarema, Brésil
12 - 21 juillet : Jeffreys Bay, Afrique du Sud
11 - 21 août : Teahupo’o, Tahiti
-- Finale --
8 - 16 septembre : Rip Curl WSL Finals, Trestles, USA


La saison en bref
La saison 2022 du CT a commencé à Hawaii avec 36 hommes et 18 femmes. Elle sera réduite à 22 hommes et 10 femmes après le cut de mi-saison à l'issue de la 5e manche à Margaret River (Aus). Les surfeurs les mieux classés continueront à participer à la seconde moitié du CT (où ils seront rejoints par deux wildcards hommes et deux wildcards femmes) et se requalifieront automatiquement pour le CT 2023.
Le Top 5 après la dernière étape de la saison régulière participera à la finale en septembre à Trestles pour l'attribution du titre mondial 2022.
Les surfeurs qui ne passeront pas le cut seront relégués en Challenger Series, lesquels commencent immédiatement après la 5e étape du CT en Australie, où ils auront la possibilité de regagner leur place pour le CT 2023.

 

Dernière modification le : 25 février 2022
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP