surfingfrance.com

L'équipe de France joue gros aux Mondiaux du Japon

Jérémy Florès est un des six Français engagés sur les Mondiaux de surf du 7 au 15 septembre au Japon. Jérémy Florès est un des six Français engagés sur les Mondiaux de surf du 7 au 15 septembre au Japon.  © FFSurf
Au grand complet, comme les 55 autres nations (un record), l'équipe de France débarque à Miyazaki au Japon où se tiennent les ISA Vans World Surfing Games (7-15 septembre), qualificatifs pour les Jeux Olympiques 2020.
Un passage obligé pour les stars du CT : Gabriel Medina, Kelly Slater, Stephanie Gilmore, Carissa Moore, … qui doivent y valider leur billet pour Tokyo.
Sur les vagues de Kisakihama Beach, Jérémy Florès, Johanne Defay, Michel Bourez, Joan Duru, Vahine Fierro et Cannelle Bulard, ont pour mission de se hisser dans le haut de la hiérarchie des nations, assurer les trois places olympiques pour le moment garantie via le CT et, enfin, aller chercher le deuxième ticket féminin pour les Jeux.


L'équipe de France 2019
Johanne Defay, Vahine Fierro, Cannelle Bulard, Jérémy Florès, Michel Bourez et Joan Duru
Staff : Stéphane Corbinien, Patrick Florès, Frédéric Robin, Hira Terinatoofa, Aymeric De Bouyn, Thierry Durantel, Stéphane Sisco

BOUREZ DSC2448DURU DSC3359

 

 

 

 

 

Sixième des championnats du monde l'an dernier, la France doit retrouver son standing. Avec ses stars, elle avait été sacrée en 2017 à Biarritz. Sans ses stars, elle a dégringolé dans la hiérarchie en 2018 à Tahara (Japon). Un classement dans le Top 5 dans 15 jours permettrait aux Bleus de confirmer leur statut de place forte du surf mondial, et pourrait s'avérer très utile l'an prochain lors des World Surfing Games 2020 où seront distribués les derniers tickets pour les JO.

* Le système de qualification olympique
1. Le Championship Tour de la World Surf League (WSL) 2019 - Les 10 premiers hommes éligibles et les 8 premières femmes éligibles (maximum de 2 athlètes par CNO)
2. Les ISA World Surfing Games 2020 - Les 4 premiers hommes éligibles et les 6 premières femmes éligibles
3. Les ISA World Surfing Games 2019 - Les 4 hommes et les 4 femmes sélectionnés en fonction de leur continent (sauf continent Amérique); soit le meilleur surfeur homme éligible et la meilleure surfeur femme éligible originaires d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Océanie. Attention : la qualification d'un(e) concurrent(e) qui termine meilleur surfeur(se) de son continent sera conditionnée par les résultats du CT 2019 et par les ISA World Surfing Games 2020.
4. Les Jeux Panaméricains 2019 - Le premier homme éligible et la première femme éligible dans les compétitions de surf à Lima (Pérou).
5. La nation hôte - Une place pour un homme et une place pour une femme seront garanties pour le pays hôte, le Japon, à moins qu'il ne dispose déjà de cette place via les hiérarchies ci-dessus. Si les athlètes du Japon se qualifient autrement, leurs places seront attribuées aux surfeurs éligibles les mieux classés des World Surfing Games 2020.

BULARD DSC6988FIERRO DSC5666


 

 

 


En fin de semaine à Miyazaki, la France ira aussi chercher le second ticket féminin pour les JO. L'autre billet devrait revenir à Johanne Defay, actuellement 10e du CT féminin et virtuellement qualifiée pour Tokyo-2020 (http://bit.ly/2LeOcch). Vahine Fierro et Cannelle Bulard, sélectionnées par la Fédération pour défendre nos couleurs au Japon, jouent ainsi leur avenir olympique. Parce qu'il s'agit d'une compétition de qualification continentale, les ISA World Surfing Games 2019 offriront aux meilleurs surfeurs de leur continent un ticket pour Tokyo 2020. En clair : si Fierro ou Bulard termine meilleure européenne sur ces Mondiaux, elle aura son billet pour les JO. Enfin… provisoirement, car elle pourrait se voir souffler sa place si une autre Française se classe dans le Top 6 éligible aux Mondiaux 2020. Mais la France aurait, quoi qu'il en soit, la garantie de conserver cette place olympique.

Les trois autres tickets olympiques français (1 dame + 2 hommes) devraient normalement être récoltés via le tour mondial CT de hiérarchie 1. A ce moment de la saison professionnelle, Defay, Bourez et Florès sont dans le bon wagon (lire ici : http://bit.ly/2LeOcch). Sauf accident de parcours, la France devrait donc avoir via le CT une athlète femme (Defay) et deux athlètes hommes (Bourez et/ou Florès et/ou Duru) aux Jeux Olympiques.
L'Europe avant tout
Mais comme accident de parcours (ou blessure) il peut y avoir, nos quatre CT ont plutôt intérêt à assurer une place en finissant meilleur européen sur ces Mondiaux 2019. En fait, de nombreux scénarios sont possibles et, pour comprendre le processus de qualification olympique, on vous recommande de lire notre article ici : http://bit.ly/2MPm94R
A Miyazaki, nos surfeurs devront donc surtout ferrailler avec les Européens. Les Portugais et les Espagnols sont nos rivaux les plus dangereux, d'autant qu'eux aussi ont sélectionné leurs meilleurs éléments. On pense notamment à Frederico Morais, Vasco Ribeiro et Teresa Bonvalot (Portugal), Vicente Romero, Aritz Aramburu, Gonzalo Zubizarreta, Ariane Ochoa (Espagne), sans oublier l'Italienne Claire Bevilacqua ou l'Allemande Frankie Harrer.



L'enjeux des Jeux du Surf
Les ISA Vans World Surfing Games 2019 entrent dans le processus complexe mais particulièrement bien pensé de qualifications pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (24 juillet - 9 août). A Miyazaki, le meilleur surfeur et la meilleure surfeuse d'Asie, d'Afrique, d'Europe et d'Océanie obtiendront ainsi une place pour les JO. Pour l'Amérique, c'est déjà joué, deux tickets ont été distribués lors des Jeux Panaméricains de Lima en juillet dernier (http://bit.ly/2YvC3YJ).
Un résultat qui ne concerne toutefois pas les stars du CT puisque celles-ci visent la qualification via justement le CT, à la condition sine qua non de terminer la saison 2019 dans le Top 10 éligible messieurs et Top 8 éligible dames (cad : un maximum de deux athlètes par pays et par genre). Autrement dit, les Slater, Medina, Gilmore et Moore, ne vont pas gagner leur ticket pour les Jeux à Miyazaki mais doivent participer à ces Mondiaux pour valider une éventuelle future qualification. Les surfeurs du Brésil, des Etats-Unis et d'Australie, les trois superpuissances du surf mondial, ne sont donc pas directement concernés par ces Mondiaux. La France, elle, le sera comme nous l'avons expliqué plus avant.

LES MONDIAUX EN DIRECT
Live : https://isasurf.org/wsg/2019/en/live/
NB : il y a 7 heures de plus sur la France. Quand il est 8h00 à Miyazaki, il est 1h00 le même jour à Paris.

LES STARS ENGAGÉES
http://bit.ly/2kg5zPd

 

 

Dernière modification le : 06 septembre 2019
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz