La Réunion : le Pôle espoir va pouvoir retourner à l’eau

A l'image du filet installé sur la plage de Boucan Canot, des zones d'expérimentations vont être mises en place avec des dispositifs divers permettant un retour à la pratique des activités nautiques sur le littoral ouest de La Réunion. A l'image du filet installé sur la plage de Boucan Canot, des zones d'expérimentations vont être mises en place avec des dispositifs divers permettant un retour à la pratique des activités nautiques sur le littoral ouest de La Réunion.  © Photo DR

Un nouvel arrêté préfectoral a été signé jeudi pour réglementer la baignade et la pratique des activités nautiques à La Réunion. Des zones d’expérimentations réservées aux surfeurs du Pôle espoir devraient permettre d’ici peu le retour de la pratique du surf et des autres activités nautiques. L’interdiction en dehors des zones surveillées et « expérimentales » est reconduite jusqu'au 15 février 2016.

 

« L’arrêté préfectoral interdisant la baignade et toutes les activités nautiques en dehors du lagon et des zones surveillées en raison du risque requins est reconduit jusqu'au 15 février 2016 avec une nouveauté : la mise en place de zones d'expérimentations opérationnelles. » 

L’annonce a été faite ce jeudi lors d’une réunion du Comité de réduction du risque requin à La Réunion (C4R) à laquelle participé le Préfet de La Réunion, le président de la Région Réunion, les élus des communes de Saint-Gilles-les-Bains, Saint-Leu et Saint-Pierre, dont Patrick Florès et Christophe Mulquin. Ces « zones d'expérimentations opérationnelles » seront situées sur ces trois communes. Elles seront exclusivement réservées aux jeunes et aux techniciens du Pôle espoir de la Ligue de surf réunionnaise.

Filets, drumlines, vigies… 

Dans ces zones, les communes vont progressivement mettre en place des dispositifs de protection pour les activités nautiques comme le surf. Interrogé à ce sujet, Dominique Sorain, Préfet de La Réunion, a parlé « de filets, drumlines, vigies, embarcations, moyens acoustiques, etc… » afin de réduire le risque lié à la présence avérée et reconnue scientifiquement de requins bouledogues et de requins tigres aux abords des côtes ouest de La Réunion. A Boucan-Canot (Saint-Gilles-les-Bains), spot où deux attaques mortelles ont eu lieu en 2011, un filet a d’ores et déjà été installé.

« Il y a un progrès dans le sens où l'arrêté absolu est soulagé, a déclaré Christophe Mulquin, élu de la commune de Saint-Leu. C'est un petit pas en avant. Mais pas non plus une révolution. L'arrêté reconduit jusqu'au 15 février 2016 permettra aux communes de pouvoir mettre en place leur dispositif de sécurisation. »

10 M€ débloqués par la Région

Pour Didier Robert, président de la Région, « il faut accélérer sur la réduction du risque requin » et 10 millions d’euros ont ainsi été débloqués pour réaliser des infrastructures lourdes dans les communes côtières. « Nous avons déployé et ne cessons de déployer des moyens importants à la fois pour soutenir la recherche scientifique, sécuriser les zones de baignade, les activités de loisirs, maintenir les vigies requin, accompagner la ligue de surf » a ajouté le président du conseil régional. Le Plan Vigie Requin est constitué de 16 vigies immergés formés. 

Patrick Florès : « Ça nous permet d'envisager sereinement l'avenir »

« C’est une annonce qui nous a fait plaisir sur la commune de Saint-Paul, à notre maire et à moi-même en tant qu’adjoint de quartier de Saint-Gilles-les-Bains, a déclaré sur Antenne Réunion Patrick Florès, élu saint-paulin mais aussi entraîneur national pour la Fédération française de surf. Les retombées économiques, je vais juste prendre un exemple, en piétonisant Boucan Canot, en mettant un filet de sécurisation de baignade, il y a eu 15 CDI de créés, donc vous imaginez bien que cette annonce du président de Région va nous permettre d’envisager sereinement l’avenir. »

Les écoles de surf doivent encore patienter

Si le Pôle Espoir pourra donc retourner à l'eau, ce ne peut encore être le cas pour les professionnels. Ainsi, les écoles de surf ne pourront pas encore bénéficier de ce dispositif. Patrick Florès : « Je comprends leur impatience, je les connais tous, je suis moi-même entraîneur des équipes de France de surf. Il faut juste se rappeler de ce qu’il vient de se passer. C’est-à-dire que ces vigies immergées existaient déjà. Il y a eu un protocole qui a dû être testé. Un avis d’un scientifique parisien a dit que ce n’était pas possible de le tester dans ces conditions-là. On va le faire avec le Pôle Espoir pour répondre aux petites exigences qu’on nous a imposé. Maintenant c’est normal de passer par là. »

Le surf interdit depuis juillet 2013

Le premier arrêté date du 26 juillet 2013. Il portait sur l’interdiction de la baignade, du surf et du bodyboard dans la bande des 300 mètres du littoral de La Réunion, hors du lagon, des zones surveillées et des espaces aménagés. Prolongé le 1er octobre 2013 jusqu’au 15 septembre 2014, l’arrêté étendait l’interdiction à toutes les activités nautiques utilisant la force des vagues. Une troisième prolongation était promulguée jusqu'au 15 février 2015. 

13 attaques, 5 morts en quatre ans

La Réunion est touchée par une vague d’attaques de requins depuis 2011. En quatre ans, on a recensé 13 d’attaques, dont 5 mortelles (4 surfeurs et 1 baigneur) et deux ayant causé de graves mutilations. La dernière attaque remonte au 22 juillet 2014, sur le spot de Saint-Leu. Un surfeur de 51 ans avait été mordu au mollet et au poignet droit. Avant cette série dramatique, les attaques étaient extrêmement rares.

Cette crise requin a fortement touché l’ensemble des usagers de la mer, dans lesquels on trouve les professionnels du surf, mais aussi du tourisme. Selon le rapport remis ce jeudi par le chargé d'étude économique/sociologue, on peut relever que la crise touristique que connaît La Réunion est constituée pour 70% de pertes dues directement au risque requin; 30% d'annulation ont été effectuées suite à une attaque de requin; on estime à 40.000 personne, le nombre d’usagers de l'océan avant la crise.

 

Dernière modification le : 13 février 2015
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP