surfingfrance.com

[Rétro] Le projet olympique à grande vitesse

La Fédération s’était fixée quatre objectifs en 2017 pour le début du projet olympique : se rapprocher des surfeurs Élite engagés sur les circuits professionnels​ français, échanger sur leurs routines, étudier le circuit WSL, construire une collaboration individualisée dans le cadre des JO-2020 et 2024. 


Une dizaine de déplacements figuraient ainsi au programme de la saison. De Kiama (Australie) en janvier au Quik Pro (Hossegor) en octobre, la Direction Technique Nationale a multiplié les déplacements pour travailler au plus près des meilleurs surfeurs français. Tous les cadres techniques nationaux ont été concernés par ces déplacements concernant les Collectifs France Élite et France Jeunes.
Suivre les Français sur la saison WSL 20933836 1483847751707810 1901703029868764798 o
Dans le détail : la DTN de la FFSurf a ainsi été présente aux Mondiaux Junior Pro de la WSL en janvier en Australie, a dirigé le stage d'hiver du Collectif France Espoirs au Panama en février, a organisé un regroupement du Collectif France toujours en février en Australie à l'occasion du QS 6.000 de Newcastle puis un second lors de l'ouverture de la saison CT toujours en Australie. Les techniciens fédéraux ont par la suite suivi la totalité des compétitions européennes du circuit WSL et Junior Pro de mars à octobre.
Les espoirs ne sont pas oubliés
Sans oublier, évidemment, le regroupement et la direction de l'équipe de France en mai avant et pendant les World Surfing Games organisés par la FFSurf à Biarritz, avec le succès qu'on connait. En seconde partie de saison, le Centre d’Entraînement de l’Élite a assuré des entraînements réguliers dans une période de transition, entre Hossegor et Biarritz.
Les espoirs n'ont jamais été oubliés puis qu'hormis les Junior Pro, un stage du Collectif France élargi s'est tenu comme chaque été en juillet dans le sud des Landes durant trois semaines. Il a également servi de sélection pour les Mondiaux juniors de septembre au Japon.
Corbinien : « Créer une émulation autour du projet »21950691 1514776745281577 1353094605370871537 o
« Nous avions plusieurs objectifs dans l’année avec une première partie qui concernait l’organisation de l’accompagnement et la création d’une émulation autour de notre projet olympique, explique Stéphane Corbinien, le directeur des équipes de France. Sur les compétitions WSL, il s'agissait de se mettre à disposition des surfeurs Français, de les observer en situation de compétitions internationales. »
Lequel se félicite du succès de l'équipe de France aux World Surfing Games : « Ça va énormément compter. La France sera N.1 mondiale au ranking de l’édition 2018. » Organisée au Japon en septembre, elle servira de ranking pour l'édition 2019, qui sera la première épreuve de qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo-2020.
Une présence utile
A l’heure du bilan sportif, le directeur des équipes de France se félicite de la présence du staff technique fédéral qui coïncide avec des perfs tricolores comme les succès de Johanne Defay à Newcastle, de Marc Lacomare à Lacanau, de Jorgann Couzinet à Pantin. « Même si on amène 1 petit cm de confiance, c’est utile. On dressera un bilan plus approfondi avec les athlètes et entre nous. »
« Une montée en puissance sur les trois années à venir »
2017 aura donc été l’année 1 de la préparation olympique. La DTN a tiré les conclusions de ce travail entrepris avec les Jeux de 2020 en ligne de mire. Corbinien : « L’idée est de construire avec le DTN la planification et l’organisation du suivi du Collectif France Élite pour 2018, 2019 et 2020 avec les premiers Jeux Olympiques de l’histoire du surf.​ Il y aura une montée en puissance sur ces trois années des actions auprès de notre collectif​. »
Tokyo-2020 avant Paris-202419961646 1449094278516491 3689415573409572080 n
Le projet ne s'arrête toutefois pas à Tokyo. « On travaille en deux temps : 1. dans le court terme pour avoir ces surfeurs avec nous dans le projet olympique; 2. dans le long terme en continuant d’observer, d’aider et de travailler avec la relève pour avoir les meilleurs surfeurs aux JO de Paris-2024 » détaille le directeur des équipes de France.
L'accompagnement de l'élite des espoirs français vient en complément de la formation sportive réalisée au sein des 4 pôles Espoir et du Pôle France Jeunes durant les 9 mois de l'année scolaire, en accompagnement du double projet de quelque 60 jeunes espoirs.
Kiama et le Panama au programme de janvier
Deux actions marqueront dans quelques jours le début de l'année 2018 : quatre juniors français seront accompagnés et encadrés sur la finale du championnat du monde Junior Pro de la WSL à Kiama début janvier par Fred Robin (qui a intégré le staff de l'équipe de France junior). Puis la DTN au complet dirigera le stage d'hiver du Collectif France Espoirs du 20 janvier au 4 février au Panama.
Dernière modification le : 13 mai 2019
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz