Le stage du Collectif France olympique à Tahiti aura été « très complet »

Le stage du Collectif France olympique à Tahiti aura été « très complet »  © FFSurf / We Creative

Le directeur de la performance du surf français tire le bilan des 10 jours de stage du Collectif France Olympique sur la vague de Teahupo'o, qui s'est tenu du 4 au 13 juin à Tahiti. Stéphane Corbinien assure que le groupe est « en ordre de marche dans cette première partie de la préparation olympique et doit monter en puissance jusqu'en 2024. »



« On ressort satisfaits de ce stage, il était très complet, avec beaucoup d'échanges entre les athlètes et entre les coachs », explique en préambule Stéphane Corbinien
Après un premier rendez-vous en janvier, uniquement pour les messieurs et principalement axé sur le beach break de Papara afin de préparer les athlètes aux compétitions QS et Challenger Series, le Collectif France Olympique s'ouvrait cette fois aux messieurs et dames. Tous les athlètes présents ces derniers jours à Tahiti faisaient partie du groupe qui intègre les Challenger Séries : que ce soient les qualifiés ou les remplaçants. « Pour accéder à ces stages nationaux, il faut au minimum être en capacité d'accéder aux CS. C'est notre règle dans la filière de l'élite du surf français », précise Stéphane Corbinien.
Plusieurs objectifs, une seule vague
Ce stage de juin avait plusieurs objectifs. Que ce soit pour les athlètes, « en observant leur capacité à s'adapter, à apprivoiser et à comprendre la vague de Teahupo'o et du site olympique » précise Stéphane Corbinien ; Pour le groupe France aussi « dans la continuité de faire évoluer l'état d'esprit avec un côté cohésion de groupe important » ; Et pour le staff technique aussi, « en vue des échéances importantes à venir cette saison », complète le directeur de la performance.
Sur place, principalement à Teahupo'o, le Collectif France a travaillé sur du technico-tactique lié à la préparation des compétitions. Les conditions ont permis de jouer sur différents tableaux : s'adapter aux spécificités de la vague, se retrouver en situation de compétition, échanger avec les techniciens présents, à savoir Hira Teriinatoofa, Frédéric Robin et Alain Riou ; en complément des juges internationaux Pierre Amouroux et Hugo Palmarini.

Tim Bisso (FRA) durant le Stage Olympique organisé par la Fédération Française de Surf. Photographié par Antoine Justes, le 06/06/2022, à Teahupoo, à Teahupoo.© FFS / we_creative / Antoine Justes - 2022


Compétition amicale en conclusion
Il y a donc eu différentes mises en place, du physique aussi. « On est au milieu de la saison, il y a déjà eu beaucoup de compétitions. On avait prévu un suivi médical et de la kiné pur tous les athlètes à Tahiti » ajoute Stéphane Corbinien.
Pour conclure le stage, une rencontre amicale a été mise en place par la Fédération Tahitienne de Surf. La période d'attente s'étalait ainsi sur les 5 derniers jours et ce sont les vendredi 10 et samedi 11 juin qui ont été retenus. Quand bien même les conditions n'étaient pas optimales, il s'agissait des meilleures journées de la semaine. « On s'est adapté, note Stéphane Corbinien. Malgré quelques complexités d'organisation, tout s'est très bien passé sur cette compétition. Les athlètes ont pu s'exprimer et ont réalisé de belles performances. On a vu de la concurrence et aussi de l'émulation avec un très bel esprit sportif. L'idée était qu'ils se poussent les uns les autres dans leurs retranchements. On sait très bien que les championnats du monde ISA ou les Challenger Series se jouent dans les derniers jours. Là où la fatigue se fait le plus sentir. On voulait voir nos athlètes dans cet état physique et mental sur Teahupo'o. »

Gatien Delahaye (FRA), Maxime Huscenot (FRA) durant le Stage Olympique organisé par la Fédération Française de Surf. Photographié par Antoine Justes, le 10/06/2022, à , à Teahupoo.© FFS / we_creative / Antoine Justes - 2022


De retour en août pour le CT
A l'issue de la douzaine à Tahiti, un bilan individualisé a été fait avec chaque athlète pour savoir où chacun en est dans son projet sportif, son organisation et sa propre cellule de performance. « On fera notre bilan d'après stage, pour savoir ce qui a bien fonctionné, ce qu'on doit encore améliorer », ajoute Stéphane Corbinien.
Les prochaines échéances sont connues : les Challenger Series reprennent avec Ballito (Af Sud) début juillet puis l'US Open (Etats-Unis), avec un accompagnement du staff fédéral. « On sera de retour à Teahupo'o pour suivre Johanne Defay sur le Tahiti Pro en mois d'août », fait savoir le directeur de la performance. Viendront ensuite les Mondiaux ISA (17-24 septembre), « avec déjà deux places pour les Jeux Olympiques 2024 à aller chercher » ; une pour les messieurs et une pour les dames, qui ne seront pas nominatives (lire le processus de qualification olympiques ici).
« On est en ordre de marche dans cette première partie de la préparation olympique. On doit monter en puissance jusqu'en 2024 pour arriver dans les meilleures conditions le Jour J. », conclut Stéphane Corbinien.

 

Le Collectif France Olympique
Joan Duru , Kauli Vaast, Maxime Huscenot, Mihimana Braye, Timothé Bisso, Gatien Delahaye, Thomas Debierre, Justin Becret, Pauline Ado, Maud Le Car, Vahine Fierro, Tessa Thyssen
Staff : Stéphane Corbinien, Hira Teriinatoofa, Alain Riou, Fred Robin, Hugo Palmarini

 

 

ATN Brandmark RGB DeepBlue SmallLa Fédération Française de Surf remercie particulièrement la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, transporteur officiel des équipes de France, qui a contribué au déplacement des athlètes et du staff technique de ce stage du Collectif France Olympique.

 

 

 

 

 

Dernière modification le : 01 juillet 2022
Évaluer cet élément
(3 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP