Le surf est OLYMPIQUE !

Le surf est OLYMPIQUE !  © CIO

L’annonce tant attendue est officiellement tombée cette nuit. A Rio, à l’avant-veille de l’ouverture des Jeux Olympiques, le Comité International Olympique a validé l’inclusion du surf pour les JO 2020.
Après avoir été recalé cinq fois consécutivement - à Sydney, Athènes, Pékin, Londres et Rio -, le surf fera son entrée dans quatre ans aux Jeux Olympiques de Tokyo.
40 athlètes (20 messieurs et 20 dames) représenteront leur pays pour l’obtention des premières médailles olympiques de l’histoire de notre sport.


Le surf sport olympique. La nouvelle était attendue depuis des mois, elle est officielle depuis quelques heures. Ce mercredi 3 août restera à jamais gravé dans l’histoire de notre discipline. La 129e session du CIO, réunie à Rio de Janeiro, a officialisé l’inclusion du surf au programme des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Quatre autres disciplines : l’escalade, le skate, le karaté et le baseball font eux aussi leur entrée. Ces cinq nouveaux sports représentent 18 nouvelles épreuves - dont deux pour le surf avec 20 messieurs et 20 dames. Au total, plus de 470 athlètes sont concernés par l’ajout de ces 5 sports.
22 ans de lobbying
Aux commandes de l’International Surfing Association (ISA) depuis 1994, l’Argentin Fernando Aguerre a donc réussi son pari de faire entrer le surf dans la grande maison de l’olympisme. Vingt-deux ans de lobbying et 5 Jeux consécutifs auront été nécessaires pour parvenir à concrétiser son rêve, initié et inspiré par... le Français Jacques Hèle, son prédécesseur à l’ISA (1990-1994).
Un festival du surf sur 15 jours
La compétition olympique se disputera sur deux semaines lors d’un Festival du surf. Elle se fera dans les vagues de l’océan, et non dans une piscine. Après avoir porté son projet olympique au travers d’une technologie de vague artificielle, l’ISA a fait demi-tour pour revenir au milieu naturel. Il se murmure toutefois qu’un bassin pourrait être construit sur le site de Tokyo afin de parer à l’éventualité du manque de vague durant les 15 jours de fenêtre dont disposera l’organisation.
Trois spots retenus
Les spots éventuels ont déjà été étudiés et sélectionnés; on parle avec insistance de Chiba, Kanagawa et Izu. Les mois d’août à octobre sont considérés comme la meilleure période pour le surf au Japon.
La culture surf sera mise à l’honneur au cours de ce Festival avec une partie artistique (musique, peinture...) et une partie sportive où seront incluses les autres disciplines de la famille du surf comme le longboard, le bodyboard...
L’ISA a d’ores et déjà annoncé que les procédures de sélection seront officialisées d’ici la fin 2016 ou en cours d’année 2017. On sait néanmoins que le(s tournoi(s) de(s) qualification pour les JO-2020 ne se feront pas avant 2018 ou 2019.
Tahiti et Hawaii avec la France et les Etats-Unis
Le président de l’ISA a néanmoins annoncé que les 3 nations majeures du surf : les Etats-Unis, l’Australie et le Brésil, pourraient avoir plus d’athlètes aux JO que les autres pays. Sans doute 2 messieurs et 2 dames chacun. Il est à noter que Tahiti et Hawaii, considérés comme des « nations » lors des Mondiaux de l’ISA et sur les circuits professionnels de la World Surf League (WSL) ne sont pas reconnus comme tel par le CIO. Les surfeurs de Tahiti seront intégrés à l’équipe de France comme ceux de de Hawaii le seront à la sélection américaine.
Et 2024 ?
Il faut enfin savoir que la WSL soutient l’ISA et le projet olympique. Elle a d’ores et déjà assuré de la participation de ses meilleurs surfeurs aux World Surfing Games du Costa Rica qui débutent ce dimanche à Jàco (6-14 août).
Et après 2020 ? L’inclusion du surf, et des autres disciplines, ne concerne que les Jeux olympiques de Tokyo. Selon la réforme de 2014, les villes organisatrices peuvent proposer des sports populaires dans leur pays. La ville organisatrice des Jeux 2024 aura toute liberté de les conserver ou non.


CHRONOLOGIE 1912-2020

REACTIONS

INTERVIEW PRÉSIDENT FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF

INTERVIEW DIRECTEUR TECHNIQUE NATIONAL



LE SURF AUX JO-2020
- Le format pour le surf aux JO de Tokyo 2020 sera de 40 surfeurs (20 hommes et 20 dames).
- La compétition olympique se fera dans les vagues de l’océan, pas dans une piscine à vagues.
- Les spots éventuels ont déjà été étudiés et sélectionnés
- La compétition se disputera sur deux semaines lors d’un Festival du surf
- La culture surf sera mise à l’honneur au cours de ce Festival avec une partie artistique (musique, peinture...) et une partie sportive où seront incluent les autres disciplines de la famille du surf comme le longboard, le bodyboard...
- Les procédures de sélection seront officialisées d’ici la fin 2016 ou en cours d’année 2017.
- Les qualifications pour les JO 2020 ne se feront pas avant 2018 ou 2019.
- Les 3 nations fortes du surf : USA, Australie et Brésil, pourraient avoir plus d’athlètes aux JO que les autres pays.
- Le CIO a déjà décidé d’un maximum d’athlètes par pays.
- La WSL soutient l’ISA et le projet olympique. Elle a d’ores et déjà assuré de la participation de ses meilleurs surfeurs.

LES JEUX OLYMPIQUES
Créés en Grèce en 776 avant JC, ils ont été rénovés à la fin du XIXe siècle par le Baron Pierre de Coubertin. Les premiers Jeux modernes ont lieu à Athènes en 1896. Ils sont organisés tous les quatre ans par le Comité international olympique. 206 pays sont représentés pour un total d’environ 10.500 athlètes amateurs et professionnels, hommes et femmes. 35 disciplines sont au programme.
Site web officiel : www.olympic.org

L’INTERNATIONAL SURFING ASSOCIATION
L'International Surfing Association ou ISA est la Fédération international de surf, seule reconnue par le Comité international olympique (CIO) en tant qu'autorité d'administration mondiale pour le surf. Créée en 1964 sous le nom de l'International Surfing Federation (ISF), elle a été renommée ISA en 1976. Elle organise les championnats du monde de surf depuis 1964, et les championnats du monde juniors depuis 1980.
L'ISA est l'autorité régissant le monde pour le surf et toutes ses disciplines, y compris le bodyboard, le kneeboard, le longboard, le tandem, le skimboard, le bodysurf et le Stand Up Paddle. L'ISA travaille au développement du surf dans ses pays membres (100).



Dernière modification le : 13 mai 2019
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia