Le surf interdit jusqu’au 1er octobre

Le surf est désormais interdit à La Réunion afin d'éviter de nouvelles attaques de requin. Sauf à pratiquer du Sup dans le lagon, les Réunionnais vont devoir prendre leur mal en patience. Le surf est désormais interdit à La Réunion afin d'éviter de nouvelles attaques de requin. Sauf à pratiquer du Sup dans le lagon, les Réunionnais vont devoir prendre leur mal en patience.  © Photo FFS

Dans le cadre de la gestion du risque requin, le Préfet de La Réunion a annoncé ce vendredi l’interdiction de la baignade et la pratique du surf et du bodyboard jusqu’au 1er octobre 2013 sauf dans les espaces surveillées comme… le lagon.

 

Dix jours après l’attaque mortelle d’un requin sur un baigneur, l’État a annoncé une série de mesures pour sécuriser certaines activités nautiques dont la baignade, le surf et le bodyboard et ainsi limiter les accidents.

Dans un communiqué diffusé ce vendredi, la Préfecture de La Réunion indique que « la pratique de la baignade et des activités de surf ou de bodyboard est interdite jusqu’au 1er octobre 2013, dans la bande des 300 m du littoral du département de La Réunion, sauf dans le lagon et en dehors du lagon, dans les espaces aménagées et les zones surveillées telles que définis par arrêté municipal. » En dehors des ces espaces, les usagers encourent des amendes (38€) et des poursuites.  

L’État attend désormais les conclusions des études scientifiques pour définir d’autres mesures. Dans le même temps, le Préfet a ordonné le prélèvement de 90 requins (45 tigres et 45 bouledogues) afin de continuer l’étude sur la ciguatera, cette toxine rendant impropre à la consommation ces poissons.

« Ramener le risque à un niveau acceptable »

Reçus à Paris par les représentants du ministre de l’Outre-Mer, les associations Océan Prévention Réunion (OPR) et Prévention Requin Réunion (PRR) ont réagi sur cet arrêté préfectoral.
« L'arrêté de Monsieur le Préfet aujourd'hui va dans le sens d'une réduction du risque d'attaque. C'est une décision courageuse, qui montre s'il était encore besoin, qu'il y a un risque fort lié à une surpopulation de requins. Chaque usager de l'océan devra faire preuve de prudence, durant les quelques mois qui seront nécessaires à ce que les premières mesures, une fois expérimentées, puissent être généralisé », écrit OPR sur sa page Facebook.
Laquelle ajoute : « Nous sommes juste au début d'un long processus qui nous permettra de repartager d'ici quelque temps l'océan à La Réunion. Le risque sera toujours plus fort qu'auparavant car il n'est pas envisageable de supprimer ces prédateurs suprêmes des océans. Cet ensemble de décisions va dans le bon sens, celui d'un engagement significatif et définitif de l'ensemble des acteurs unis dans la perspective de ramener le risque requin à un niveau acceptable. »
Pour PRR : « Le principe d'interdiction temporaire des activités nautiques que l'Etat a retenu, confirme que l'existence d'un risque majeur est maintenant reconnu. L'arrêté d'interdiction soulève beaucoup de réticences et beaucoup d'inquiétudes, particulièrement pour les activités économiques. Cet arrêté autorise la baignade hors lagon quand les municipalités assure une surveillance des sites. Les mairies auront donc un rôle important à jouer. »

 

Dernière modification le : 26 juillet 2013
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia