surfingfrance.com

Les premiers Mondiaux de surf de l’ère « Olympique » en France

De gauche à droite : Denis Masseglia, Jean-Philippe Gatien, Jean-Luc Arassus, Michel Veunac. De gauche à droite : Denis Masseglia, Jean-Philippe Gatien, Jean-Luc Arassus, Michel Veunac.  © Photo FFS

La conférence de presse des ISA World Surfing Games 2017, les championnats du monde de surf des nations (20-28 mai à Biarritz, France) s’est tenue ce lundi 27 mars au Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) à Paris en présence de Denis Masseglia, président du CNOSF, Jean-Luc Arassus, président de la Fédération Française de Surf, Michel Veunac, maire de Biarritz, Jean-Philippe Gatien, directeur des sports de la candidature Paris-2024, Michel Plateau, Directeur Technique National de la Fédération Française de Surf et Vincent Duvignac, champion d’Europe et de France de surf.

 

Les Championnats du Monde de Surf ISA 2017 auront lieu en France du 20 au 28 Mai. La Fédération Française de Surf a présenté ce matin les contours de cet événement international qui accueillera plus de 40 nations et 300 000 spectateurs à Biarritz.
Denis Masseglia a souligné « l’ambition française illustrée par l’organisation de 5 championnats du monde sur le territoire en 2017, le surf étant le second après les Mondiaux de hand ball ». Le Président du CNOSF a ensuite officiellement annoncé que « France Télévisions sera partenaire des ISA World Surfing Games » mettant un résumé quotidien de l’événement à l’antenne de France O pendant toute la compétition.

« Un enjeu important »
Jean-Luc Arassus, a insisté sur « l’honneur d’entrer dans la famille olympique ». Pour le Président de la Fédération Française de Surf « une nouvelle ère s’ouvre pour le surf et ces Championnats du Monde en sont le premier grand rendez-vous. » Et de poursuivre : « Même si le surf n’est pas encore au programme de 2024, face à Los Angeles, il est important de montrer que la France a les capacités d’organiser les Championnats du Monde de Surf et de gagner à domicile. C’est un enjeu important pour la Fédération qui espère augmenter la notoriété de son sport, accroître son exposition médiatique et le nombre de ses licenciés (80 000 actuellement) ».
Michel Veunac a rappelé que « Biarritz célèbre cette année les 60 ans du surf, un sport qui fait partie de l’ADN de la ville comme de la Côte Basque. Le surf génère » rappelle le maire de Biarritz « une économie importante pour la ville et insuffle un style de vie qui a contribué à moderniser Biarritz. »
Jean-Philippe Gatien a confirmé « le soutien de la Candidature de Paris 2024 et la volonté du comité de mobiliser les Français au travers des grands événements comme les Championnats du Monde de Surf. »

Jérémy Florès, Joan Duru, Johanne Defay et Pauline Ado confirmés 17499485 1334368836655703 2938050162182668924 n
Sur l’aspect sportif, Michel Plateau, Directeur Technique National, a insisté sur « l’arène exceptionnelle que la Grande Plage de Biarritz offre aux compétiteurs comme au public » avant de détailler le format de l’épreuve : « un titre individuel hommes et dames, un titre par équipe et un relais » auquel « près de 50 nations pourraient prendre part avec 4 hommes et 2 femmes inscrits par nation. »
Enfin, grande nouvelle, le DTN a confirmé « la présence de Jérémy Florès et de Joan Duru (les deux Français de l’élite professionnelle) au sein de l’Equipe de France en mai prochain ». Chez les dames, Johanne Defay et Pauline Ado « ont donné un accord de principe pour leur participation sachant que le calendrier est très serré avec les épreuves professionnelles. »
En écho aux déclarations du DTN, une intervention vidéo de Jérémy Florès, enregistrée quelques jours plus tôt en Australie, a été diffusée. Le n.1 français s’est notamment dit « impatient de renfiler le maillot bleu » et « de retrouver cette ambiance unique et cet esprit olympique qui me plait énormément. » Sans oublier « l’envie que l’on gagne le titre par équipes à la maison. »

Vincent Duvignac, à l’affiche des Mondiaux 
Champion de France et d’Europe, Vincent Duvignac, nommé représentant des surfeurs pour cette conférence de presse, a rappelé avec émotion son « bonheur de représenter son sport. » Et l’ancien capitaine de l'équipe de France de confier : « l’Equipe de France, c’est une écoute, une équipe, une équité, une humanité et un partage d’émotions uniques à vivre pour un surfeur ».

IMG 1462
Vincent Divignac (à gauche) et Jean-Luc Arassus, quand le surf est accueilli à la Maison du Sport Français. (Photo FFS)

 

LES ISA WORLD SURFING GAMES
Ce sont les championnats du monde des nations de surf, ils sont organisés depuis 1964 par l’ISA. World Surfing Championship de 1964 à 1986, ils se nomment World Surfing Titles en 1988, de nouveau World Surfing Championship de 1990 à 1992, World Amateur Titles en 1994, puis World Surfing Games depuis 1996. D’abord biennaux, ils sont devenus annuels depuis 2008. Les ISA World Surfing Games regroupaient jusqu’en 2010 d’autres disciplines associées comme le longboard, le bodyboard et le kneeboard, ainsi que la catégorie junior (jusqu’en 2003).
Les ISA World Surfing Games ne concernent que le surf ou shortboard. Ils sont considérés comme des Jeux olympiques du surf. Les médailles or, argent, bronze et cuivre sont décernées, les athlètes sont en compétition pour l'honneur de représenter leur pays et couleurs nationales. Les athlètes, quatre hommes et deux femmes, sont sélectionnés par leur pays. Ce format rappelle celui de la Coupe Davis de tennis.
Le Pérou est champion du monde en titre. La France a terminé 4e de la dernière édition disputée en 2016 au Costa Rica.

 

Vidéo associée

Dernière modification le : 04 avril 2017
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

Isuzu AF Ministère des Sports LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu