Les surfeurs QS en situation de compétition

Tristan Guilbaud FFSurf Arthur Picard DSC01561Tristan Guilbaud sous l'œil de Stéphane Corbinien, directeur de la performance de la FFSurf.
(Photos FFSurf/Arthur Picard)

La Fédération a mis en place cette semaine deux journées de mise en situation de compétition pour certains des meilleurs surfeurs QS français, actuellement présents en France, à quelques semaines de la reprise, espérée, du tour professionnel en Europe. D’autres sont à venir. 

« Le but de ce stage de mise en situation de compétition est de se rapprocher le plus possible des conditions réelles de compétition. On sait très bien que l’attitude du surfeur en situation de compétition n’est pas du tout la même qu’en situation d'entraînement », explique Stéphane Corbinien, le directeur de la Performance, qui a animé ces deux journées en compagnie de Patrick Florès, head coach des équipes de France, Nicolas Berthé, conseiller technique national, et Frédéric Robin, entraîneur préparation olympique. 
La WSL a reporté le début de la saison QS en Europe en raison de la pandémie, et espère un possible lancement fin avril au Portugal. Dans cette optique, la Direction Technique Nationale de la Fédération a proposé aux surfeurs actuellement présents en France cette mise en situation. Juges, chrono, lycra, adversaires, conditions de vagues différentes… le cocktail était idéal pour préparer la reprise. Pauline Ado, Vahine Fierro, Cannelle Bulard, Tessa Thyssen, Maxime Huscenot, Tristan Guilbaud, Marc Lacomare, Enzo Cavallini et Mathis Crozon ont ainsi répondu présent pour ce premier rassemblement. 


Tessa Thyssen FFSurf Arthur Picard DSC00821Tessa Thyssen sur une belle droite durant une des séries matinales mises en place par la DTN.


La pression de la compétition
« L’idée est de mettre une certaine pression pour que l’athlète soit capable de s'y adapter et de rester lucide, continue Stéphane Corbinien. Certains ont reconnu qu'ils avaient sans doute fait des erreurs stratégiques liées à la pression de la série en 20 minutes, et c'est exactement ce qu'on recherchait. »
A l’entraînement, les compétiteurs prennent des habitudes en se libérant de cette pression de la compétition. « Ils peuvent prendre les vagues qu’ils veulent sans contrainte de temps, et sans la recherche du technico-tactique » avance Stéphane Corbinien. 
En situation de compétition avec des juges, un chrono, des priorités, comme celle recréée cette semaine, « on prend une vague et on s’aperçoit qu’on a laissé la bombe à l’adversaire. » Les techniciens de la FFSurf ont ainsi travaillé avec les athlètes sur la reconquête de leurs automatismes de compétiteurs. 
Lacomare : « Tout le monde voulait gagner »
Avec deux juges qui officient sur des épreuves QS en Europe, Pierre Amouroux et Paul Cassagne, les surfeurs ont pu adapter leur surf sur une échelle et, surtout, pu échanger en direct avec les juges sur les attendus. 
Vainqueur de deux séries avec son surfeur backside toujours aussi explosif, Marc Lacomare a apprécié : « Ça dérouille après tout ce temps sans série, sans enjeu, sans objectif de compèt. Il me tarde que la saison reprenne et c’était super de se préparer avec ces entraînements. On refait tous les petits réglages et, mine de rien, tout le monde voulait gagner. » Et s’il avoue avoir « un peu perdu les automatismes » et qu’il faudra « d’autres regroupements comme celui-là pour me remettre dans le bain », Lacomare confie qu’il a pris « plaisir à remettre le "lycra". »

Marc Lacomare FFSurf Arthur Picard DSC00883Marc Lacomare déterminé sur ce regroupement organisé par la Fédération.


D’autres regroupements à venir
Patrick Florès, lui, a aimé ces retrouvailles. « Ça fait plaisir de de revoir certains de nos pro sur une « mini compétition » en interne. Je pense qu'il en avait besoin, ils le demandaient. Malgré les restrictions et l’arrêt des compétitions, nos surfeurs n’ont absolument pas perdu leur motivation. Vahiné (Fierro) est venue de Tahiti, Tessa (Thyssen) est rentrée en France pour ce regroupement. J’ai vu des filles et des gars morts de faim ! C’était motivant pour le staff car on a vu des vrais compétiteurs, qui sont à mon avis, au top niveau. »
A peine ce premier regroupement terminé, les surfeurs en ont déjà redemandé. « On va continuer avec eux sur ces exercices-là jusqu’à la reprise des compétitions professionnelles, précise Stéphane Corbinien.  Et on a prévu d’autres regroupements avec plus de surfeurs d’ici la fin avril. » Certains blessés (Joan Duru, Paul-César Distinguin, Charly Quivront ou encore Maud Le Car) et les ultramarins (Jorgann Couzinet, Gatien Delahaye, Charly Martin) pourraient ainsi compléter la liste des athlètes regroupés ces prochaines semaines. 
La WSL et le Portugal doivent faire une annonce prochaine sur les deux premiers QS européen de la saison à Caparica (27 avril-2 mai, 1.000) et Santa Cruz (4-9 mai, 3.000).

 

Mathis Crozon FFSurf Arthur Picard DSC01332Mathis Crozon (au premier plan) et Tristan Guilbaud lors d'une série mise en place cette semaine par la DTN de la FFSurf.

 

 

Dernière modification le : 26 mars 2021
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia