Marc Lacomare à Lacanau « pour gagner ! »

Après ses performances au Brésil et à l'US Open, Marc Lacomare est considéré comme un des grands favoris cette semaine à Lacanau. Après ses performances au Brésil et à l'US Open, Marc Lacomare est considéré comme un des grands favoris cette semaine à Lacanau.  © Photo ASP/Cestari

Tête de série n°2 du Sooruz Lacanau Pro (13-18 août), seule compétition WQS messieurs française cette saison, Marc Lacomare débarque dans la cité girondine sans aucune pression mais avec la ferme intention de signer un second succès ASP dans sa carrière, trois ans après le 5-star de Newquay. 

 

Tandis que les pros australiens, sud-africains, brésiliens et européens ont pris d'assaut les hôtels du front de mer de Lacanau, Marc Lacomare, lui, est à l'écart de la station girondine. Chez son coach Yann Martin, à une dizaine de kilomètre du spot de compétition. Loin de l'agitation permanente, le Landais profite de sa semaine canaulaise pour peaufiner les réglages et son entente avec son coach et le Marocain Ramzi Boukhiam, dont s'occupe également Yann Martin. Surf, strech, tennis, repas en famille. Le trio prépare sereinement le Lacanau Pro, qui n'est pas une étape surlignée en jaune fluo dans leur calendrier ASP.
« J'avais effectivement prévu de ne faire que des Primes cette année mais Lacanau est la seule compétition en France et ça me permet de surfer à la maison, et de bien nous préparer pour les échéances à venir, explique-t-il. C'est un bon entraînement. Yann habite ci, je suis chez lui, on travaille bien ensemble. Il est d'ici et, donc, il est de bons conseils car il connait le spot comme personne. » 

« Je me prépare comme pour un Prime »
Marc est conscient qu'un succès dimanche prochain ne lui rapporterait pas autant de points que sa 9e place à l'US Open d'Huntington beach, voici quinze jours. Mais une victoire ou une deuxième place « peuvent être des keepers sur mes 8 meilleurs résultats de la saison. » L'actuel 23e mondial se montre toutefois ambitieux : « Je suis ici pour gagner ! Il y a beaucoup de monde, du niveau et on sait que les vagues seront petites. Ceci dit, je suis bien en ce moment, et j'ai enfin trouvé des planches qui marchent dans les petites conditions. Je vais donc prendre série après série, sans aucun stress. » Mais avec « une concentration et une préparation égales à celles que j'ai sur les Primes » assure-t-il. 
Évidemment, le garçon ne se veut pas prétentieux : « Tout peut arriver en compétition et je peux perdre face à d'autres excellents surfeurs. » Et de citer notamment ses potes Yoan Duru, Vincent Duvignac, Charly Martin et Maxime Huscenot « qui sont tous très bons en ce moment. » La clef du succès cette semaine se trouvant, selon lui, dans l'aptitude à « survivre jusqu'à dimanche » où la houle devrait être plus généreuse que dans les jours à venir.

« Le CT ? J'y pense forcément… »
Marco ne devrait pas entrer à l'eau avant ce jeudi. D'ici là, il continue de s'entraîner sur le pic devant le Lacanau surf club. Comme il l'a dit, pour ne rien changer à ses habitudes. Interrogé sur la lecture du palmarès et sur la carrière des derniers vainqueurs , il ne peut s'empêcher de sourire. « Medina, Toledo… Ils sont passés en CT après leur victoire à Lacanau, je sais. Ça donne des idées (rires). Ça fait rêver. »
Un rêve à portée de planche. On est à la mi-saison, il est à la 23e place mondiale. Et si rien n'est fait, le n.2 français confesse : « Forcément, je pense à la qualification. De toute façon, j'y pense depuis tout petit. C'est mon rêve de gamin. Il est là, pas loin… Il me tarde que les Primes et notamment ceux de l'Europe arrivent ! »
En attendant, Marc a un 5-star à surfer et il sait qu'il serait bien avisé de le gagner. Pour le public français, le prestige, les 2000 points qui vont avec. Et une bonne grosse dose de confiance avant les trois mois à venir. Trois mois qui vont être les plus importants de sa jeune carrière.
A Lacanau, Stéphane Sisco

 

Sa saison 2013

9e à l'US Open (Prime, 22-28 juillet, Californie)

37e au MrPrice Pro (Prime, 1-7 juillet, Afrique du Sud)

73e au Los Cabos Open (6-star, 17-23 juin, Mexique)

2e au Quiksilver Saquarema (Prime, 21-26 mai, Brésil)

17e Drug Aware Margaret River (Prime, 16-24 mars, Australie)

9e Burton Toyota Pro (6-star, 18-24 février, Australie)

 

L’œil de Yann Martin, son coach 
« Marc est sur un bon rythme. Il fait partie des très bonnes chances françaises pour gagner ici. Pour moi, s'il y a des vagues, il peut gagner Lacanau. Il a un surf puissant, il surfe intelligemment, il est souvent sur les meilleures vagues et il a de bonnes planches. Il va rentrer dans l'eau avec tout ce qu'on a mis en place ensemble. Il a un bon bottom, il tape fort, quelle que que soit la taille des vagues. Ses manoeuvres sont finies. Il a un surf de QS avec un pied dans le CT. Ça ne veut pas dire qu'il sera en CT la saison prochaine mais il a un surf propre et formaté pour y aller. Si Lacanau, son public et les médias peuvent le freiner ? Non. On gère bien tout ça. Depuis le début de saison, on a pris habitude de se mettre à l'écart. On a corrigé le tir après Margaret River où c'était le début de notre relation et où on était resté au milieu du cirque. Là, on se met hors du site. On se pose, on discute. Au Brésil (Prime de Saquarema), on a fait ça avec Jérémy (Florès) et malgré sa blessure, Marco a fait deuxième, en sachant qu'il aurait pu gagner la finale haut la main. Il n'a pas la pression car Lacanau est un 5 étoiles. Le seul qui va marquer des points, c'est celui qui va gagner. Si Marco s'impose, il va prendre de la confiance et il aura un bon keeper avec 2000 pts. S'il ne gagne pas, ce ne sera pas très grave car il n'y a que le surfeur qui va aller jusqu'au bout qui prendra des points, pas le deuxième et encore moins les autres… »

 

Dernière modification le : 15 août 2013
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia