Michel Bourez s'arrête en quarts de finale

FRA ath Michel Bourez ath ph Sean Evans phPhoto ISA/Sean Evans



Dernier Français en lice aux Jeux Olympiques, Michel Bourez a été stoppé en quarts de finale par le Brésilien Gabriel Medina, actuel leader du tour mondial (15,33 à 13,66), ce mardi au Japon. Malgré un très beau tube, qui n'a pas eu les faveurs du jury préférant visiblement le surf aérien à Tsurigasaki, Bourez s'incline mais repart de Tokyo avec une 5e place synonyme d'espoirs pour le surf français.

C'était forcément la série la plus attendue pour le surf français après les éliminations précoces de Johanne Defay, Pauline Ado et Jérémy Florès la veille en 8es de finale. Michel Bourez contre Gabriel Medina. Le Spartan de Tahiti contre l'enfant chéri de Mareisias. Dans des vagues de 1m50 à 2 mètres, balayées par un vent cross shore puis off shore, le placement sur le spot capricieux de Tsurigasaki allait encore être primordial.
Le début de la série était plutôt lent, aucun des deux ne trouvant la bonne vague. Ayant choisi l'option des droites au nord du spot, Medina trouvait une longue droite après une dizaine de minutes sur laquelle il plantait un roller appliqué puis une combinaison de deux turns radicaux pour conclure (6,33). Dans la foulée, le champion du monde partait sur une vague de série, profitait d'une rampe de lancement idéale et à pleine vitesse envoyait un air reverse en rotation totale qu'il replaçait parfaitement. Verdict : 9 pts.
Un tube noté… 6,93 pts
Bourez était alors en combo à mi-série. Plein de ressources, il trouvait après avoir intelligemment patienté une vague correcte sur laquelle il plaçait un premier carve enchaîné par un reentry surpuissant (6,73). Qui lui permettait de revenir dans la partie. A la recherche d'un 8,61, le Français trouvait un énorme tube à 3 minutes de la fin. Bien calé au fond de la caverne d'eau marron, il ressortait in extremis pour planter un gros carve. On s'attendait à une note proche de l'excellence. Mais comme la veille, le jury estimait qu'elle ne valait guère plus qu'un peu au-dessus de la moyenne : 6,93 pts.
Fierté 
Les dernières minutes s'égrenaient rapidement sans que rien ne change. Medina ne venant même pas coller Bourez malgré sa priorité. A deux secondes du final, Bourez se levait sur une dernière vague que Medina scrutait aussi… Avant qu'il ne la prenne lui aussi, usant de sa priorité juste avant le buzzer. Pour la petite histoire, si le Brésilien s'était levé après le coup de trompe, il aurait alors écopé d'une interférence et Bourez aurait été qualifié. 
Michel Bourez quitte donc les JO sans avoir réalisé son rêve de médaille mais il peut être fier de son parcours et de cette série face à l'un des tout meilleurs surfeurs au monde.


RÉACTION
Michel Bourez
« Je ne suis pas forcément déçu car j'ai donné mon max. J'ai fait ce qu'il fallait faire. A deux secondes près, il aurait eu une interférence* et je serais passé (sourire) C'est la vie. Je savais qu'il allait sortir le grand jeu. Il a eu un gros air. Je me suis focalisé sur ce que j'avais à faire : les grosses manœuvres puissantes et les tubes. Malheureusement, ça n'a pas suffit.
(Sur son tube noté 6,93 pts) C'est compréhensible quelque part car nous ne sommes pas sur un spot à tubes. C'est un beach break. Si tu parles de Teahupo'o ou d'un beach break connus pour ses tubes, alors oui, le tube doit être la meilleure note. En moi, je savais que je n'allais pas avoir le score requis là-dessus (8,90) mais je pensais m'en rapprocher quand même. Avec une note plus élevée que mon 6,93, je lui aurais mis la pression.
Je suis d'ailleurs assez étonné de ne pas l'avoir vu à côté de moi sur la fin de la série alors qu'il avait la priorité. Même après qu'il a eu ses deux gros scores. Si ça avait été moi, je ne l'aurais pas lâché (sourire). C'est gentil de sa part.
(Sur sa première fois aux Jeux) C'était une bonne expérience pour une première. Mais si, et je l'avais dit avant de venir, je ne ressens pas les Jeux Olympiques comme les autres. L'objectif de toute ma carrière (commencé il y a plus de 18 ans) n'a jamais été les JO mais le world tour. J'ai toujours voulu être dans le Top 5 mondial, j'ai toujours voulu être champion du monde. Cela dit, les JO c'est un évènement grandiose. Ils vont surtout être bénéfiques pour les jeunes. Ils vont devenir un objectif pour les générations à venir.
(Sur les Jeux en 2024, chez lui à Tahiti) Je pense que je serai toujours là. On ne connaît pas encore les modalités de qualifications et c'est pour cette raison et uniquement pour cette raison que je reste sur le tour mondial car il a fait partie du système de qualifications pour Tokyo. Les Jeux de Paris 2024 ne pourront pas se faire à Tahiti sans Tahitien (sourire). Ça serait dommage. On a quelques idées pour les qualifications, on verra ce qui sera décidé. En tout cas, je ferai tout pour rester sur le CT et quoi qu'il arrive 2023 sera bel et bien ma dernière saison. Mais si demain on me dit qu’il n'y pas besoin d'être sur le CT pour 2024, alors ciao (rires) ! La prochaine fois, à Tahiti, il y aura des tubes énormes. Tout le monde sait prendre des tubes. Ça va être très beau. Je vais tout faire pour être aux JO chez moi en 2024. »


Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia