Mondiaux - Florès et Duru dans le Top 10, Bourez rejoint Fierro aux repêchages

FRA ath Joan Duru ath ph Sean Evans ph 4Joan Duru a remporté sa série hier vendredi sur la longue droite de Sunzal et surfera ce samedi à la Bocaña pour une place en finale du tableau principal. (Photos ISA)

 

Journée brève mais intense pour l'équipe de France, vendredi au Salvador. Quatre des cinq Français toujours en lice sont passés une fois à l'eau, Pauline Ado, qualifiée pour les demis du tableau principal étant au repos.
Vainqueurs de leur série, Jérémy Florès et Joan Duru se hissent eux aussi en demi-finales du tableau principal. Michel Bourez rejoint Vahiné Fierro en repêchages.
Pauline Ado et Vahiné Fierro sont toujours en course pour l'obtention du potentiel dernier ticket féminin olympique pour la France.
La 7e journée de compétition se tiendra aujourd'hui intégralement sur le spot de la Bocaña dans des vagues d'environ 1m20.
Les Bleus sont toujours en tête du classement des nations devant le Japon.


Un seul site de compétition ce vendredi au Salvador pour la sixième journée des championnats du monde : El Sunzal ! La longue droite, assez molle, avait été retenue comme spot unique pour un demi-journée de compétition. Pourtant peu emballé par cette vague, Jérémy Florès a su être patient et sauter sur deux bombes dans une série de haut vol composée de Michel Bourez, Kanoa Igarashi (Japon) et d'Isauro Elizondo (Panama). Un 8,67 d'entrée puis un 7,33 lui ont permis de repousser très loin ses trois opposants et de vivre un heat plutôt calme. Au coude à coude avec Igarashi, Bourez a eu moins de chance dans son choix de vague et a chuté sur celle qui aurait pu lui permettre de doubler le Japonais. Le voici en repêchages alors que Florès continuer d'avancer dans le tour principal.
Florès n'est pas ici "pour faire de la figuration"
FRA ath Jeremy Flores ath ph Sean Evans ph« C'était une série délicate, avec le copain (Bourez) dans la série..., a commenté Florès après coup. J'ai toujours détesté surfer avec les potes. J'ai essayé de prendre mes vagues dès le début. J'ai eu un 8 avec une vague qui a reformé tout au long. J'ai espéré que les choses se déroulent en faveur de Michel. Je suis content pour moi mais déçu pour lui. J'ai eu la chance d'voir les meilleurs vagues durant la série. »
Et de revenir sur sa présence aux Mondiaux alors que plusieurs surfeurs du CT ont préféré déserter les lieux : « Je suis là pour surfer, pour faire de la compétition. On nous a demandé de venir faire les Mondiaux. Je fais de mon mieux. Je ne suis pas ici pour faire de la figuration. Et je dis merci à tout le staff de la fédération pour prendre aussi bien soin de nous. »
Duru surpris mais heureux
FRA ath Joan Duru ath ph Ben Reed ph 2Dans la série suivante, et comme pour imiter Florès, Joan Duru a usé de son sens marin pour trouver les vagues à fort potentiel. A chaque fois, le Landais a pu frapper, fort, la paroi pour faire monter les notes. Ce qui lui a permis de s'imposer (11,90) devant l'Indonésien Ketut Agus Aditya (10,90), le Péruvien Miguel Tudela (10,90 aussi) et l'Allemand Leon Glatzer. « On a changé en allant sur le spot de repli. Je n'ai pas trop compris pourquoi, s'interrogeait Duru. J'ai quand eu quelques vagues. J'ai eu de la chance, j'ai enchaîné les vagues. J'ai eu la priorité au bon moment, ça m’a permis d'avoir les bombes. Je me sens bien. C'est cool d'avancer dans le tour principal. Je passe mes tours pour Maud (Le Car, sa compagne, Ndlr) qui devrait être là… »
Aujourd'hui, Florès sera opposé au Japonais Shun Murakami (4e des Mondiaux 2019) et à l'Indonésien Ketut Agus Aditya. De son côté, Joan Duru bataillera avec deux autres Nippons, Hiroto Ohhara et Kanoa Igarashi. Les deux premiers de ces "demi-finales" seront assurés de finir dans le Top 6 mondial.
Bourez avec Wright et McGillivray
FRA ath Michel Bourez ath ph Sean Evans phBourez, lui, sera opposé à l'Australien Owen Wright et au Sud-Africain Matt McGillivray, tous deux membres du CT comme lui, ainsi qu'à l'Allemand Leon Glatzer. Alors que ses deux compatriotes sont à deux séries de la grande finale, le Tahitien devra effacer 5 tours de repêchages pour s'y hisser.
En fin de matinée, Vahiné Fierro a rejoint le bout de son nose sur la droite de Sunzal qu'elle connaît désormais par cœur. Entre le stage du collectif France en avril, les entraînements matinaux et les nombreux tours de repêchages, le spot salvadorien n'a plus de secret pour la Polynésienne. Rapidement en action, Fierro n'a laissé aucune chance à ses trois adversaires. Elle s'impose (12,67) devant l'Uruguayenne Delfina Morosini (10,44), l'Indonésienne Taina Angel Izquierdo (10,30) et la Péruvienne Melanie Giunta (8,20).
Fierro dans le Top 16
« Les vagues très fun, c'est devenu glassy pendant ma série, se réjouissait Fierro. Et puis il y a eu beaucoup de vagues dans ma série. On a toutes pu s'exprimer. J'ai eu les meilleures vagues. Je continue d'avancer en ne pensant qu'à la prochaine série. Je surfe comme si j'étais au 1er tour et je me dis en rentrant dans l'eau : "Allez ! Faut passer ce tour ! »
fra ath Vahine Fierro ath ph Pablo Jimenez phVahiné Fierro entre désormais dans le Top 16 des Mondiaux et se rapproche des places qualificatives pour les Jeux Olympiques. Elle surfera ce samedi contre l'Australienne Sally Fitzgibbons et l'Israélienne Anat Lelior, toutes deux déjà qualifiées pour les JO, ainsi que la Canadienne Bethany Zelasko. Une série très importante pour la Tahitienne qui pourrait lui entrouvrir les portes de Tokyo.
Au repos hier, Pauline Ado enfilera de nouveau le lycra tout à l'heure. La Basque peut, elle, faire un grand pas vers Tokyo, à condition de finir dans les deux premières d'une série avec les Portugaises Teresa Bonvalot et Yolanda Sequeira, et la Japonaise Mahina Maeda. A ce stade de la compétition, elles sont encore 11 athlètes à pouvoir prétendre aux 7 places mises en jeu pour Tokyo-2021.
Les Bleus en pôle dans le "money time"
Avec 5 surfeurs toujours en lice, comme le Japon qu'elle devance à la faveur du meilleur résultat final de Cannelle Bulard (29e place), la France occupe la pole position du classement des nations. A deux jours de l'emballage final, les Bleus peuvent rafler la mise pour la deuxième fois de leur histoire… comme finir hors du podium. On appelle ça le "money time".
51 nations participent aux championnats du monde de surf de l'International Surfing Association. L'enjeu principal est la délivrance des 12 dernières places (7 dames et 5 messieurs) pour les Jeux Olympiques de Tokyo (23 - 28 juillet).

fra ath Jeremy Flores ath ph Pablo Jimenez phJérémy Florès (Photo ISA)



LES RÉSULTATS COMPLETS
https://isasurf.org/wp-content/uploads/2021/06/june_5_day_7_saturday.pdf


LES SÉRIES DES FRANÇAIS - 5 JUIN
Horaire de passage ce samedi (heures françaises)
Repêchages 8 messieurs
16h20 : Michel Bourez, Owen Wright (Aus), Matt McGillivray (AfS), Leon Glatzer (All)
Repêchages 7 dames
16h45 : vahiné Fierro, Sally Fitzgibbons (Aus), Anat Lelior (Ist), Bethany Zelasko (Can)
Tour 6 messieurs
17h35 : Joan Duru, Hiroto Ohhara (Jap), Kanoa Igarashi (Jap)
18h00 : Jérémy Florès, Shun Murakami (Jap), Ketut Agus Aditya (Ind)
Tour 5 dames
18h25 : Pauline Ado, Teresa Bonvalot (Par), Yolanda Sequeira (Por), Mahina Maeda (Jap)
NB : les repêchages 9 et 10 messieurs et repêchages 8 dames sont programmés ce samedi également à partir de 19h15.


LIVE
La compétition est à suivre en live vidéo sur https://isasurf.org

fra ath Pauline Ado ath ph Pablo Jimenez ph 3Pauline Ado. (Photo ISA)



L'EQUIPE DE FRANCE
Messieurs : Jérémy Florès, Michel Bourez, Joan Duru
Dames : Vahiné Fierro, Pauline Ado, Cannelle Bulard
Staff : Stéphane Corbinien, Patrick Florès, Frédéric Robin, Hira Teriinatoofa, Thierry Durantel (médecin), Thibaut Paraillous (kiné)

- Déjà qualifiés pour les Jeux Olympiques
Johanne Defay, Jérémy Florès, Michel Bourez
- En lice pour une place aux Jeux Olympiques
Vahiné Fierro, Pauline Ado


LE FORMAT
Chaque sélection nationale compte 6 athlètes : 3 messieurs et 3 dames. Le format est de 4 surfeurs par série. Le système de double élimination est appliqué sur tous les tours jusqu’à la finale. Il faut donc « perdre » deux fois pour être définitivement éliminé.
Le classement final des nations sera établi grâce aux points que les surfeurs gagneront selon leur classement individuel (ex : 1000 pts pour la première place, 860 pour la deuxième place, etc…). La compétition du relais (Aloha Cup) se disputera par équipe de 4 (2 messieurs et 2 dames).

 

 

Dernière modification le : 05 juin 2021
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia