Patrick Florès : « Jérémy n'est plus le kid que l'on a connu »

Dans la première des trois parties de la longue interview qu'il nous a accordée, l'entraîneur national Patrick Florès parle des circuits professionnels de surf. Notamment de Johanne Defay qui va rejoindre Pauline Ado sur le WCT, et, évidemment, de son fils Jérémy, lequel souhaite donner un nouvel élan à sa carrière. Dans le second volet, qui sera mis en ligne demain, il nous parlera du surf à La réunion où il est actuellement. Enfin, lundi, il sera sujet des équipes de France qu'il dirige depuis maintenant six ans.

 

Sachant qu'il ne reste qu'une compétition - à Sunset Beach - pour le faire, penses-tu que Marc Lacomare va se qualifier pour le WCT ?
Je l'espère car il le mérite. Et aussi car je ne  voudrais pas être dans la tête de ceux qui ont oublié son air reverse sur une compétition européenne, lui empêchant d'aller plus loin et de prendre un maximum de points pour attaquer Hawaï avec moins de pression.

Pourquoi n'y a-t-il pas plus de Français sur le WCT messieurs ?
Joker ! 

Johanne Defay sort d'une saison extraordinaire, que va t-elle faire sur le CT l'an prochain ?
Elle peut déjà continuer à progresser au contact du très haut niveau. Pas seulement dans l'eau mais aussi dans la vie de tous les jours. Question résultats, je ne m'inquiète pas pour elle. Johanne fait partie des trois surfeuses les plus puissantes que l'on verra sur le tour l'année prochaine. Elle aura des séries en un contre un dans des vagues dignes de ce nom. Elle va en surprendre plus d'une.

Comment explique-tu qu'elle ne puisse pas trouver de sponsor majeur ?
Si quelqu'un a la réponse qu'il m'appelle ! Mais il lui faudra des arguments en béton. En tout cas, elle en a au moins un qui va lui de permettre lancer sa saison : Jeremy et sa Fantaisy Factory. Il croit beaucoup en elle, depuis longtemps, et n'a pas hésité à lui donner un coup de main. L'avenir lui donnera raison, j'en suis sûr.

Sa présence va-t-elle aider Pauline Ado à monter encore plus haut dans la hiérarchie ?
Pauline est quelqu'un qui n'aime pas être seule sur le tour même si elle sait, aussi, s'isoler quand elle en a besoin. Avec la présence de Johanne et toute sa fraicheur, je pense que cela ne peut être qu'un plus pour Pauline. Inversement, c'est bien pour Johanne d'avoir Pauline, car elle est jeune et ce n'est jamais facile d'intégrer l'élite à cet âge-là. 

Ton fils Jérémy a changé pas mal de choses cette saison et on sait qu'il se projeté déjà sur 2014. Comment le sens-tu ? Va-t-il nous épater la saison prochaine ?
Jeremy a 25 ans maintenant. Ce n'est plus le kid que l'on a connu. Tous les coups qu'il a reçus durant ses 7 premières années sur le tour ont tué cette insouciance des îles qui le caractérisait et qui faisait de lui un simple passionné de surf et de compétition, ce qui lui apportait ce zest de naïveté infantile, toujours positive pour s'enlever la pression. Il a compris que pour aller plus loin, il fallait travailler encore plus que les autres. D'où cette salle de préparation bien spécifique et son choix de se faire accompagner par Fred Robin sur le début de saison et quelques autres compètes.

Pourquoi Robin au fait ?
Afin d'avoir un autre retour sur ses choix, pas que le sien et le mien. Le problème avec les sportifs de haut niveau est qu'ils ne trouvent souvent personne pour les contredire. Fredo est un grand frère réunionnais pour Jérémy. Chez nous, les surfeurs réunionnais, on écoute nos anciens. C'est comme ça. Et, d'ailleurs, les jeunes devraient s'en rappeller un peu plus souvent. Jérémy a façonné son fighting spirit avec Yannick Beven qui est un maître en la matière. A l'époque, on avait critiqué mon choix mais nous avons prouvé tous ensemble que cela marche. La preuve, une grande majorité de nos surfeurs francais, qui sont à la porte du WCT, on intégré ce système et s'entrainent avec Yannick. Maintenant, Jérémy a décidé de tout miser sur le surf et des entraînements skate adaptés aux techniques du surf. Nous sommes une nation jeune dans le monde du surf et nous devons innover pour rattraper notre retard. Jeremy a ouvert définitivement beaucoup de portes, lesquelles avaient été entrouvertes par certains pros français qu'il ne remerciera jamais assez. Désormais, il ne reste plus qu'à espérer que ses potes français le rejoignent très vite et que nous puissions encore vibrer longtemps sur les compétitions.

Tu as également une autre casquette, celle de speaker en Français sur les compétitions Quiksilver. Tu annonces depuis longtemps que tu vas arrêter. Te verra-t-on à Snapper ou pas ?
Je ne crois pas. Il va y avoir une nouvelle organisation, donc sûrement plus contrôlée. Les gens qui me connaissent savent que je suis… incontrôlable ! Donc, pour ne mettre personne dans l'embarras, je préfère me retirer. A moins qu'on me garantisse, une liberté totale. Je suis un fan de Vincent Moscato, de Luis Fernandez, de Rolland Courbis et d'autres grandes gueules sur RMC. Même s'ils ne me connaissent pas, j'aurais l'impression de trahir cette liberté de parole qu'ils ont rendue possible dans le monde du sport français.

 

Dernière modification le : 23 novembre 2013
Évaluer cet élément
(11 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia