Pauline Ado : « Je vais aux Jeux sans complexe »

Pauline Ado (FRA) durant l'entrainement de l'équipe de France de Surf Olympique organisé par la Fédération Française de Surf à Les Culs-Nus, à Hossegor. Photographié par Antoine Justes, le 09/07/2021.© FFS / we_creative / Antoine Justes - 2021(Photos ISA et FFSurf)


La championne du monde ISA 2017 s'est qualifiée il y a six semaines à l'issue des Mondiaux 2021 au Salvador. A 30 ans, Pauline Ado s'apprête à vivre la plus grande compétition de sa riche carrière. Lucide, la Basque sait qu'elle ne figure pas dans les favorites mais entend bien jouer de son expérience pour créer une surprise.


« Je suis loin d’être favorite pour la médaille, mais le surf est un sport où tout peut arriver : en fonction de la forme du jour, des conditions, de la connexion qu’on peut avoir avec l’Océan… » Pauline Ado sait trop bien d'où elle revient pour parler ainsi. Il y a deux ans, la native de Bayonne n'était plus en équipe de France et elle était redescendue en QS (2e division mondiale). Elle s'est accrochée au mince espoir qui existait encore, a préféré ne plus trop penser qu'aux Jeux pour se concentrer sur le tour professionnel et a remonté la pente.
En avril, après six mois de tests et deux stages, Pauline retrouvait les Bleus pour les Mondiaux qualificatifs pour les JO. Meilleure Française et 6e de la compétition, elle décrochait le tout dernier ticket pour Tokyo.

Pauline Ado (FRA) durant l'entrainement de l'équipe de France de Surf Olympique organisé par la Fédération Française de Surf à Les Culs-Nus, à Hossegor. Photographié par Antoine Justes, le 09/07/2021.© FFS / we_creative / Antoine Justes - 2021


« Un sport particulier »
« Le surf est un sport particulier, juge-t-elle. On le voit dans les compétitions internationales, un outsider peut faire un podium, des têtes de séries se font battre, il y a des conditions très différentes d’un jour à l’autre qui peuvent favoriser des surfeurs ou d’autres. Mon objectif va être d’aller aux Jeux sans complexe, et de saisir les opportunités. »
Mais avant la première série olympique de sa longue carrière, revenons à ses débuts pour mieux comprendre qui elle est. Magnéto arrière. Contrairement à nombre de ses pairs, Pauline Ado n’est pas née dans une famille de surfeurs. Mais, particulièrement attirée par la mer, elle demande à ses parents de lui offrir une planche. Elle débute le surf à 8 ans sur les vagues de Hendaye. Pour le plaisir. Pas la compétition, qu’elle déteste alors. Jusqu’à l’âge de 10 ans où elle remporte sa toute première compétition. Le déclic. Véritable révélation, elle séduit les sponsors et débutent alors les trips sur les plus belles vagues du monde. Elle est retenue en équipe de France jeunes à 13 ans. Elle en a 15 quand elle remporte le championnat du monde junior ISA (2006).
Sur le podium des Mondiaux 2016
Perfectionniste, travailleuse, Pauline confirme son statut sur la scène continentale avant de remporter un second titre mondial junior, version ASP, en 2009. Aussi douée sur les vagues qu’à l’école, la Basque concilie sport et études en intégrant le Pôle France.  Elle décroche son Bac avec mention et sa place dans l’élite du surf féminin. Pour sa première année sur le Championship Tour, lors de la saison 2013, elle termine Top 10 (9e) avec, notamment, une demi-finale sur le Roxy Pro France.
Médaille d’argent à l’Eurosurf 2015 avec l’équipe de France qu’elle a retrouvée comme pour se ressourcer, elle réussi un nouveau tour de force en retrouvant l'élite mondiale au terme d'une saison 2016 qui la voit monter sur le podium des Mondiaux 2016 du Costa Rica avec l’équipe de France. 

Pauline Ado (FRA) - ISA World Surfing Games - La Grande Plage, Biarritz, France
Championne du monde ISA en 2017 
Elle est de nouveau sélectionnée en Bleu pour les ISA World Surfing Games 2017 en mai. A Biarritz, Pauline devient championne du monde devant sa famille, ses amis et son public, en remportant la finale devant sa compatriote Johanne Defay. Elle est également sacrée championne du monde des nations avec l'équipe de France. Mais malgré ses 5e et 9e places sur l'US Open et à Trestles, elle ne parvient pas à se maintenir et quitte l'élite après y être revenue une saison. Elle court toujours la montée depuis. Qualifiée pour les Challenger Series de fin d'année, elle aura l'occasion en quatre compétition de réussir un nouveau comme-back. Mais en attendant, elle est totalement focalisée sur les Jeux Olympiques. Et pour cause.
« Les Jeux ont toujours été un événement que je suis avec passion depuis que je suis sportive, se souvient-elle. J’adore regarder et découvrir les disciplines, suivre les Français, m’intéresser aux histoires derrière les résultats. J’ai le souvenir que ça tombait tout le temps pendant l’US Open, et je regardais les Jeux depuis les États-Unis assidûment. »

AdoDefayCoupeFederation FFsurfMasurel 0003


« Ce rêve est devenu un objectif »
Si elle concède n'avoir « jamais imaginé que le surf serait aux JO » dans son plan de carrière, la fameuse année 2016 où le surf a fait son entrée au programme olympique les a changés. « C’est forcément devenu un rêve de porter cette tenue, de représenter son pays et je pense qu’il y a un enthousiasme chez tous les surfeurs, de figurer aux côtés de tous ces sportifs. C’est quelque chose d’inspirant quand on est un athlète, pour moi c’est devenu un rêve et un objectif dès cette annonce. » Un rêve qu'elle a donc concrétisé le 5 juin dernier au Salvador.
Ce lundi, Pauline débarque donc avec l'équipe de France à Tokyo. Puis direction Chiba, à 1h30 de route à l'Est. La Basque sait que l'ambiance ne sera pas celle qu'elle s'imaginait. « On va vivre des Jeux dans des conditions particulières, mais malgré tout on va être baigné dans cette atmosphère, assure-t-elle. Rien que d’avoir la tenue est quelque chose de marquant. À priori, on ne va pas trop côtoyer les autres athlètes mais on va quand même baigner dans cette ambiance, j’espère que ça va me donner une énergie supplémentaire. Ça restera des souvenirs inoubliables même si les protocoles sanitaires vont être assez drastiques. »
« La victoire de Florent Manaudou… »
Pauline Ado est spectatrice des JO depuis toujours : « Ce qui me marque le plus ce sont les médailles ou les victoires françaises. Si je devais n'en citer qu’une, ce serait la victoire de Florent Manaudou qui décroche la médaille d’or et qui tombe dans les bras de sa soeur. »
A partir d'aujourd'hui, elle en est une actrice. Rendez-vous dimanche matin pour sa série du 1er tour.



A SUIVRE
Dimanche 25 juillet
1er tour dames
(les deux premières en 8es de finale ; les deux autres au 2e tour)
11H40 (4H40 fr) - Série 3 avec Stephanie Gilmore (Australie), Silvana Lima (Brésil), Pauline Ado (France), Anat Lelior (Israël)

BIO EXPRESS
Née le 14 février 1991 
A Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)
Discipline : Shortboard
Club : Anglet surf club (Pyrénées-Atlantiques)
Palmarès 
Championne du monde ISA 2017
Championne du monde des nations 2017 et 2021
N.9 mondiale WSL 2013
Championne du monde juniors 2006 et 2009
Championne d’Europe WSL 2014, 2015, 2016, 2018 et 2019
Médaille de bronze ISA 2016
Classement national : N.3
Nombre de sélections en équipe de France : 17

 

Dernière modification le : 18 juillet 2021
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia