Un an après – Bascs : « Impatients de retrouver plus de liberté »

117817570 327212821765113 1400913501125696329 o

Il y a un an le pays connaissait un premier et long confinement de deux mois. De nombreux clubs avaient alors témoigné de leur inquiétude.  Comment ont-ils finalement traversé l’année 2020, comment fonctionnent-ils aujourd’hui et comment voient-ils l’avenir ?

Aujourd’hui : le Bascs

Hier : Carcans Océan Surf Club

Vous souvenez-vous des premiers jours du confinement de mars 2020 ? 
Les premiers jours du confinement 2020 ont été très difficiles à vivre surtout avec l’interdiction de surfer et à la fermeture des plages. C’est avant tout de cette interdiction, qui nous semble liberticide, que la frustration est née. Le club a quand même été vite protégé via les aides publiques. 

Comment avez-vous traversé les 8 semaines de confinement l'an dernier ? 
Cela a été très difficile à vivre. Les tutos physiques avaient leurs limites. Le manque de surf, d’océan et d’activité ont été très difficiles à vivre pour tous.

Le confinement a t-il eu un sérieux impact sur votre club durant ces deux mois ? 
Les nombreux dispositifs de l’État via le chômage partiel et le fond de solidarité ont permis de vite passer cette période d’inactivité. L’annulation des nombreuses actions sociales nous a également permis un important allégement de charges.

Avez-vous craint pour la pérennité de votre club ? 
Nous avons douté au début, mais grâce aux dispositifs nous avons vécu sereinement la situation. 

Vous êtes-vous senti soutenu ? 
Nous avons bénéficié de l’ensemble des dispositifs bien entendu, notre cabinet comptable a été d’un grand recours.

Qu'avez-vous entrepris au sortir du confinement en mai ?
Nous avons dû faire face à une grande attente de la part de notre public. Nous avons enseigné 7 jours sur 7 jusqu'à fin octobre. La majorité des actions de notre projet associatif a pu être réalisée. 

Comment vous êtes-vous adapté aux restrictions sanitaires mises en place et qui sont toujours en vigueur ? 
Nous respectons strictement les directives de l’État via le protocole sanitaire en vigueur. Les vestiaires et douches sont fermés, le véhicule est utilisé masqué, comme l’accueil.

160627013 467848124368248 3815099555523159758 nAvez-vous finalement passé une bonne saison estivale ? 
Le Covid a renforcé l’attractivité du surf. Nous avons dû faire face à une demande accrue de cours de surf sur la saison 2020. Nous avons donc réalisé une excellente saison estivale qui ne rattrape pas, malgré tout, les quatre mois de fermeture de plage. 

Le confinement du mois de novembre vous a t-il affecté et replongé dans les doutes ? 
Cela a été très difficile à vivre à nouveau surtout que les conditions de surf étaient incroyables. Nous avons de nouveau douté même si un certain laxisme aurait été noté sur le respect des règles sanitaires lors de ce second confinement. 

La situation actuelle vous inquiète-t-elle encore pour votre club ? 
Nous vivons avec. Notre stage hivernal en Martinique a été annulé au dernier moment. Le manque de compétition se fait ressentir également. Mais tant que le surf est autorisé nous vivons relativement bien la situation. 

Comment fonctionnez-vous aujourd'hui ? 
Nous avons adapté notre fonctionnement aux strictes règles sanitaires en vigueur. Certaines actions ne peuvent, hélas, se faire, comme notamment les stages dans les DOM et à l’étranger. 

Quel est l'état d'esprit général de vos licenciés, dirigeants, moniteurs, salariés ? 
Le surf nous permet de tenir. Mais il est clair que nous sommes impatients de retrouver plus de liberté et une vie sociale plus épanouie. 

 

 

Dernière modification le : 26 mars 2021
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia