Un an après – « Nous ne trouvons plus de moniteurs autoentrepreneurs »

80633108 1078821535812688 1285076432829022208 o(Photo archives Facebook Belharra Surf Club)
 

Il y a un an le pays connaissait un premier et long confinement de deux mois. De nombreux clubs avaient alors témoigné de leur inquiétude.  Comment ont-ils finalement traversé l’année 2020, comment fonctionnent-ils aujourd’hui et comment voient-ils l’avenir ?

 

Aujourd’hui : Belharra Surf Club

 

Déjà publiés
Ocean Roots
Cotentin Surf Club
Océan Surf Club St Jean de Monts
Lacanau Surf Club
Bascs
Carcans Océan Surf Club

Vous souvenez-vous des premiers jours du confinement de mars 2020 ?
Nous étions en train de finir de préparer l’année et avions commencer les premières inscriptions. Nous avions dû stopper tout, rembourser les inscriptions déjà payées et mettre en standby le club. Fort heureusement, nous n’avions pas engagé beaucoup de frais.

Comment avez-vous traversé les 8 semaines de confinement l'an dernier ?
Le manque de surf et de l’océan a été difficile à vivre pour les adhérents de l’association, tout comme le manque de visibilité pour une éventuelle reprise.

Le confinement a t-il eu un sérieux impact sur votre club durant ces deux mois ? 
Le confinement a suspendu tous les cours que nous devions faire et privé de revenu les moniteurs indépendants, à qui nous faisons appel pour donner les cours de surf. De plus, toutes les actions, évènements et investissements de l’association que nous avions prévu pour 2020, sont tombés à l’eau.

Avez-vous craint pour la pérennité de votre club ? 
Nous n’avons pas craint pour la pérennité du club sur le moment mais nous étions inquiets pour la situation des moniteurs.

Vous êtes-vous senti soutenu ? 
Nous avons bien apprécié la communication de la FFSurf, du Département et du Ministère des Sports au sujet de la pandémie et des évolutions de règles sanitaires liées au sport.

Qu'avez-vous entrepris au sortir du confinement en mai ? 
Nous n’avons pas repris les cours, du fait que nous ne faisons pas de commercial l’été. Nous avons permis au moniteur de prendre contact avec les adhérents du club qui souhaitaient reprendre des cours absolument, pour qu’il fasse des cours en leur nom et en toute sécurité, avec limitation de places, port du masque, désinfection bacterless, gel hydroalcoolique, etc… L’objectif pour l’association était de se concentrer sur la reprise en septembre.

Comment vous êtes-vous adapté aux restrictions sanitaires mises en place et qui sont toujours en vigueur ? 
Nous avons fait et faisons toujours respecter les directives de l’État.

Le confinement du mois de novembre vous a t-il affecté et replongé dans les doutes ? 
Comme pour le premier confinement, nous avions prévus des inscriptions début septembre, quelques cours ont été réalisés. Les nouvelles mesures de novembre ont tout stoppé. Nous avons remboursé les inscriptions déjà payées et mis le club en standby.

La situation actuelle vous inquiète-t-elle encore pour votre club ? 
Nous sommes inquiets du fait que nous avons beaucoup de mal à reprendre une activité normale. Nous ne trouvons plus de moniteurs autoentrepreneurs. Nous travaillons sur ce sujet pour nous adapter aux besoins de ces derniers et proposer une situation plus stable et pouvoir retrouver dans les meilleures conditions la centaine de licenciés et adhérents du club, qui nous manquent beaucoup.

Comment fonctionnez-vous aujourd'hui ? 
Nous nous adaptons, mais nous ne pouvons malheureusement plus nous retrouver autour d’un petit gouter par exemple. Nous ne pouvons plus partager de bons moments avec nos adhérents. Ce qui est, tout de même, ce que l’on souhaite transmettre dans notre association : du surf et de la convivialité.

Quel est l'état d'esprit général de vos licenciés, dirigeants, moniteurs, salariés ?
Nous pouvons surfer, c’est une chance, comparé à d’autres sports d’intérieur, et nous le savons. Nous souhaitons, plus que tout, retrouver nos libertés encore affectées par le protocole sanitaire et partager de bons moments avec nos adhérents.

 

 

Dernière modification le : 25 mars 2021
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia