surfingfrance.com

World Surfing Games : 10 choses à savoir

World Surfing Games : 10 choses à savoir  © ISA/Sean Evans

Les 2018 UR ISA World Surfing Games débutent ce samedi à Tahara, au Japon (15 au 22 septembre). Voici les 10 points essentiels à connaître avant l'ouverture des Mondiaux de l'International Surfing Association. 


1 - L'équipe de France est tenante du titre
La France a remporté pour la première fois de son histoire le titre mondial des nations, l'an dernier à Biarritz. Les Bleus emmenés par leur capitaine Jérémy Florès avait triomphé devant le Portugal et le Pérou grâce aux médailles d'or de Pauline Ado et d'argent de Joan Duru et Johanne Defay. La France avait également enlevé le titre mondial du relais.

2 - Le processus de qualifications olympiques débute à Tahara
Si les 2018 UR ISA World Surfing Games ne sont pas directement qualificatifs pour les Jeux Olympiques, comme le seront les deux prochaines éditions en 2019 et 2020, ils font néanmoins partie du processus de qualifications pour Tokyo-2020. Explications : à Tahara, les surfeurs du continent américain joueront leur qualification pour les Jeux Panaméricains 2019, lesquels seront, eux, qualificatifs pour les JO (1 homme et 1 femme).

3 - Sans Hawaii, ni Tahiti
Parce qu'il sont, donc, qualificatifs pour une épreuve du CIO (les Jeux Panaméricains), seuls les pays disposant d'un Comité National Olympique pourront participer aux World Surfing Games 2018. Les équipes de Tahiti et de Hawaii ne seront donc pas de la partie, tout comme l'Angleterre, l'Ecosse, l'Irlande, le pays de Galles et les îles anglo-normandes.

4 - 42 nations inscrites
C'est 5 de moins que l'an dernier en France où le record de 47 pays participants avait été établi. Si certaines nations n'ont pas fait le déplacement cette fois-ci, d'autres comme l'Iran, la Hongrie et les Philippines participeront pour la première fois aux World Surfing Games. 202 athlètes sont inscrits pour cette édition nippone.

5 - Sally Fitzgibons et Kainoa Igarashi à l'affiche
Après le quatuor français du CT en 2017 : Jérémy Florès, Joan Duru, Johanne Defay et Pauline Ado, ce sont cette fois l'Australienne Sally Fitzgibons et le Japonais Kainoa Igarashi qui sont les stars des Mondiaux de l'ISA. Fitzgibons, 3e à Bell's et au ranch cette année, occupe actuellement la 7e place du ranking féminin de la WSL, Igarashi, 3e à The Ranch la semaine dernière et récent vainqueur de l'US Open est 9e chez les messieurs. Parmi les autres stars présentes à Tahara, et hormis nos Français, citons pêle-mêle Bianca Buitdenag (AfSud), Ian Gouveia (Brésil), Hiroto Ohhara (Japon), Santiago Muniz (Argentine) and Leandro Usuna (Argentine), Paige Hareb (Nouvelle-Zélande), Sofía Mulanovich (Pérou), Summer Macedo (USA).

6 - L'expérience des Françaises
Pauline Ado, Justine Dupont et Cannelle Bulard ont déjà participé aux World Surfing Games. Avec succès d'ailleurs puisque Bulard les a remportés en 2011, Ado en 2017 après une médaille d'argent en 2009. Dupont avait fait 4e en 2016. Il s'agira d'une première en revanche pour les trois messieurs sélectionnés. Jorgann Couzinet, Nelson Cloarec et Gatien Delahaye ont déjà été sélectionnés en équipe de France (EuroSurf et Mondiaux juniors) mais jamais pour les WSG.

7 - Tous les records pour l'Australie
L’Australie détient le record de titres de champions du monde individuels (18) et de titres mondiaux au classement des nations (9). Sept nations ont été championnes du monde des nations depuis l’élaboration des classements par équipes en 1978 : Australie (9 titres), USA (5), Afrique du Sud (3), Pérou (3), Brésil (2), Costa Rica (1) et France (1).

8 - Les messieurs avant les filles
Afin de permettre aux surfeurs du QS participant au Cascais Pro (10,000) d'être au Portugal pour le début de la compétition le lundi 24 septembre, l'organisation a assuré toutes les équipes que la finale messieurs se disputera au plus tard le vendredi 21 septembre. La finale dames, elle, pourra se disputer sur le dernier jour de compétition, soit le samedi 22 septembre.

9 - Le spot de la compétition
Le spot de Tahara se situe à 2 heures de route au sud de Tokyo. Il s'agit d'un bon beach break, avec notamment une belle gauche qui peut être très creuse. La compétition pourra se tenir sur deux podiums en simultanée si la direction de compétition le décide, notamment si le format de double élimination est conservée.
La température de l'eau est annoncée à 24 degrés, celle de l'air de 20 à 25 degrés.

10 - A suivre en direct
Les World Surfing Games seront à suivre en direct via le lien suivant : http://isasurf.org/wsg/2018/en/live/
Il y a 7 heures de décalage horaire entre la France et le Japon. Il est donc 1h quand il est 8 heures du matin le même jour à Tahara.

 

 

 

Dernière modification le : 14 septembre 2018
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

AF ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu