surfingfrance.com

Cinq finalistes en Technical Race !

Comme Eric Terrien (à gauche), tous les Français engagés aujourd'hui en Technical Race SUP et Paddleboard sont qualifiés pour les finales des championnats du monde, lesquelles se disputeront ce dimanche à Granada, sur le lac Nicaragua. Comme Eric Terrien (à gauche), tous les Français engagés aujourd'hui en Technical Race SUP et Paddleboard sont qualifiés pour les finales des championnats du monde, lesquelles se disputeront ce dimanche à Granada, sur le lac Nicaragua.  © Photo ISA/Gonzales

L'équipe de France suit son excellent rythme initié depuis cinq jours. Après le SUP Surfing et les médailles d'argent (Angibaud) et de bronze (Delpero), les Bleus ont débuté les courses de SUP et de Paddleboard sur le lac Nicaragua, ce jeudi. Les cinq engagés sont tous qualifiés pour les finales individuelles, prévues dimanche. Mais le relais français, lui aussi qualifié pour la finale, pourrait être pénalisé et, donc, disqualifié. 

 

La journée de jeudi fut donc parfaite jusqu'au relais qui devait conclure l'entrée en matière réussie de l'équipe de France deRace et Paddleboard. Les trois premiers relayeurs : Jérémy Massière (paddleboard), Céline Guesdon (Sup) et Caroline Angibaud (paddleboard), avaient fait leur maximum pour permettre à Titouan Puyo (Sup) de conclure en finissant dans les quatre premiers. Mais le Calédonien cassait sa pagaie d'entrée et Antoine Delpero lui en lançait une… hors zone.

Puyo casse sa pagaie

Au prix d'un effort incroyable, Puyo remontait son handicap pour prendre la troisième place. Deux réclamations d'équipes nationales (Mexique et Venezuela) plus tard, les officiels faisaient savoir qu'un point du règlement, l'interdiction d'assistance, risquait de disqualifier le relais tricolore. Un point qui n'est pourtant pas stipulé sur le règlement de la course en relais. La décision devait intervenir tard en soirée à Granada, voire vendredi matin. Mais le clan français était plutôt pessimiste. Dommage car les Bleus avaient la possibilité d'entrer dans le Top 5 du relais.

Le Paddleboard en ouverture

Cette mésaventure est venue assombrir un tableau haut en couleurs, comme on l'a déjà dit plus avant. Caroline Angibaud et Antoine Delpero avaient ouvert la journée de qualifications en Technical Race sur leur Paddleboard. Inquiets à l'idée de devoir ramer plus d'une demi-heure à un rythme soutenu, les deux Sup surfeurs sont ressortis évidemment usés mais plutôt satisfaits de leur résistance à cet effort peu habituel pour eux. On rappelle une nouvelle fois que le Paddleboard fait, en France, partie de la Fédération de sauvetage et secourisme et, malgré les demandes de la FF Surf, aucun de ses spécialistes n'a encore participé aux Mondiaux ISA, qui regroupent pourtant les meilleurs de la planète. 

Angibaud et Delpero en finales

Nos valeureux surfeurs s'y sont donc collés, et ont réussi à se qualifier pour les finales de dimanche. Angibaud terminant à la 5e place de sa série, Delpero à la 7e. Dans trois jours, il leur faudra augmenter la vitesse pour se rapprocher du haut du tableau où les Australiens et Américains sont définitivement intouchables.
Et demain, la valeureuse Vendéenne aura davantage besoin de bras, de souffle et d'user de toute sa force mentale, pour tenir les 18 kilomètres de longue distance pour laquelle elle est inscrite. Delpero y passera aussi, mais samedi.

Puyo rame pour voir

Après une longue semaine d'entraînement et d'attente, les trois Raceurs de l'équipe de France : Céline Guesdon, Eric Terrien et Titouan Puyo entraient, enfin, dans la compétition, peu avant midi. Le Calédonien était le premier à s'élancer sur un plan d'eau à peine agité par une petite brise. Puyo ne réussissait pas le meilleur départ mais restait tout de même au contact. Dans un peloton de sept concurrents, il réalisait la course d'attente, observant le comportement de ses adversaires, et notamment celui du Danois Casper Steinfath, champion du monde en titre, sans jamais se montrer. Les dix premiers étant qualifiés pour la grande finale de dimanche, le rameur du Pacifique n'a jamais puisé dans ses ressources afin de garder toute sa fraîcheur pour les courses à venir. 

Guesdon dans le sillage de l'Espagnole Quateglas 

Céline Guesdon suivait et, prise dans l'entonnoir du départ, se faisait bousculer par ses adversaires. Une perte d'équilibre et une chute sans gravité puisqu'en une seule (grosse) accélération, la Méditerranéenne doublait tout le monde pour se caler dans le sillage de l'Espagnole Laura Quateglas. Comme Puyo, elle gérait ses trois tours et ses 6 kilomètres, pour terminer tranquillement sa série et décrocher son ticket pour la finale de dimanche.
Restait Eric Terrien. Le "Professeur" partait idéalement. Se calait dans le peloton de tête et prenait une troisième position qu'il allait conserver jusqu'à la moitié de la dernière boucle. 

Terrien attaque et chute

A 1000m du final, et juste devant le podium, Terrien lançait une attaque foudroyante. Que contrait l'Américain Slater Trout en se mettant en travers de sa route. Coincé, le Français chutait et perdait deux places. Sans paniquer, il finissait sa course, un peu remonté à chaud sur le comportement de son adversaire mais finalement souriant. La place pour la finale étant dans la poche. 

La longue distance dames ce vendredi

Demain, place à la longue distance dames en Sup et en Paddleboard. La surfeuse Caroline Angibaud tentera de faire de son mieux avec pour leitmotiv le plaisir d'offrir des points à l'équipe. Céline Guesdon, elle, a un podium et une première médaille française en Race, à aller cueillir. La récompense d'années de travail est au bout de 18 kilomètres parsemés d'un chapelet d'îles toutes aussi belles que piègeuses. 

 

 

RÉACTIONS

Eric Terrien : « Il s'agissait juste des qualifications. Je voulais juste me tester. Le rythme était très modéré. J'ai mis une - deux attaques, pour voir comment les autres réagissaient. J'ai justement vu qu'ils n'avaient pas envie de me laisser attaquer. D'où ma chute ! Le parcours a l'air très simple sur le papier mais il est très technique. Ça va drafter. Il n'y a pas de virages serrés et les changements de position vont se faire sur les lignes droites, qui sont très courtes. Il n'y a que deux virages qui s'inversent, c'est là où on pourra attaquer. Si le rythme de la finale (dimanche) est soutenu, et il va l'être, ça va être très dur de remonter des places. L'idéal serait d'être dans les quatre premiers, sans forcément se porter en tête et voir ce qu'il advient. Mais ça va être très chaud. »

Titouan Puyo : « Je n'ai pas fait un bon départ. J'arrive derrière le peloton à la première bouée. Je ne voulais pas trop attaquer, ça ne servait à rien. Je voulais plutôt regarder les autres. Je suis resté dans le train. J'ai observé ce que faisaient mes adversaires. A moi maintenant de réfléchir à ce qu'il va falloir faire et ne pas faire pour la finale. Je suis content de moi. Ça va le faire ! »

Céline Guesdon : « Mon option était d'être le plus à droite du drapeau pour éviter d'être touchée par les autres. Mais deux filles se sont mises à côté et moi et nos planches se sont entrechoquées. J'ai perdu l'équilibre et je suis tombée. J'ai essayé de remonter sans trop me griller. L'objectif était d'être qualifiée et ne pas se mettre dans le rouge. J'ai géré, je suis passée. Je souffre de la chaleur. Physiquement, c'est dur. Je n'ai pas l'habitude de ce type d'effort dans la chaleur. On est vite fatiguée. La longue distance se court demain (vendredi), je vais me battre jusqu'au bout pour faire une belle place. »

Caroline Angibaud : « Je suis assez contente car je m'attendais à quelque chose de très difficile. MA seule expérience en paddleboard date de l'an dernier, au Pérou, je n'en avais fait qu'en relais, et ça avait été très court, et avec des vagues. Je m'attendais à quelque chose de bien plus difficile. Au final, je suis agréablement surprise car j'avais peur de la chaleur. Je me suis même amusée ! Je prends la dernière place qualificative pour la finale. Je suis contente. Demain (vendredi), ce sera la longue distance. Je vais tenter de faire au mieux. »

 

 

LES RÉSULTATS DES QUALIFICATIONS

Paddleboard Technical Race Dames

Caroline Angibaud qualifiée pour la finale

Paddleboard Technical Race Messieurs 

Antoine Delpero qualifié pour la finale

SUP Technical Race Dames 

Céline Guesdon qualifiée pour la finale

SUP Technical Race Messieurs

Titouan Puyo qualifié pour la finale

Eric Terrien qualifié pour la finale

Relais

Equipe de France (Massière, Guesdon, Angibaud, Puyo) qualifiée pour la finale mais attente de l'officialisation du jury

 

 

LE PROGRAMME DU VENDREDI 9 MAI

Call à 9 heures du matin

Longue distance SUP et Paddleboard dames (Céline Guesdon et Caroline Angibaud)

 

Compétition à suivre en Live sur : http://isawsuppc.com/live/

 

L'ÉQUIPE DE FRANCE

SUP Surfing : Antoine Delpero (Biarritz, pays basque), Jérémy Massière (Biscarrosse, Landes), Caroline Angibaud (Sables d'Olonne, Vendée)

SUP Racing : Eric Terrien (Plaine/Mer, Loire Atlantique), Titouan Puyo (Nouméa, Nouvelle-Calédonie), Céline Guesdon (Cannes, Côte d'Azur)

Staff : Stéphane Corbinien (team manager), Serge Lougarot (coach), Thierry Durantel (médecin), Stéphane Sisco (médias)

 

LES MONDIAUX

9 mai : SUP et Paddleboard longue distance dames

10 mai : SUP racing à Granada ; paddleboard et longue distance (finale)

11 mai : SUP racing à Granada ; finales technical race, relais et paddleboard

 

Vidéo associée

Dernière modification le : 09 mai 2014
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 Région Nouvelle Aquitaine Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz