• Accueil
  • Haut Niveau
  • Equipe de France
  • Actualités
  • Afficher les éléments par tag : équipe de France

La France 5e des Mondiaux junior

Les Bleus sont sur le podium en relais. Pour la première fois depuis 5 ans, la France repart des Mondiaux juniors sans médaille individuelle. Les Bleus sont sur le podium en relais. Pour la première fois depuis 5 ans, la France repart des Mondiaux juniors sans médaille individuelle.  © FFS

Championne du monde en titre, l’équipe de France termine à la 5e place des championnats du monde Vissla junior de l’International Surfing Association, qui se sont achevés par le sacre des Etats-Unis, ce dimanche à Huyga, au Japon.


Pour la première fois depuis quatre ans, la France quitte les Mondiaux juniors ISA sans monter sur le podium. Après le bronze (2013), l’argent (2014 et 2015) et l’or historique (2016), elle redescend au 5e rang mondial. Son classement de 2012.
Doublé par les Australiens DSC2815
A l’issue d’une compétition dominée par les Etats-Unis, sacrés pour la seconde fois de leur histoire après 2015 chez eux, les Français, quatrièmes au classement samedi soir, n’ont pu aller chercher le podium que n’ont pas lâché les Japonais et se sont faits doubler in-extremis par les Australiens.
Pour monter sur la boite, il aurait fallu que nos trois tricolores encore en lice ce dimanche matin réussissent à se hisser en finale de leur catégorie, et qu’un des trois devienne champion du monde. Comme l’avaient fait Léo-Paul Etienne (2014), Tessa Thyssen (2015) et Thomas Debierre (2016).
Trop vite hors course après deux chutes sur ses deux meilleures vagues, Hina Conradi (U16) a tenté de revenir sur les deux premières filles de sa série mais ne peut avoir de regrets tant elle a montré de belles choses alors qu’elle n’est encore que minimes (13 ans). D’ici 2020, Conradi pourra revenir trois fois en U16 et briller davantage encore.
Lartigue rate la finale pour 0,14 point  DSC3008
Qualifiée pour la finale jusqu’à 10 secondes de la fin de son repêchage, Neis Lartigue ne peut s’en vouloir car elle a donné son maximum pour s’ouvrir les portes et aller jouer le titre. Las, elle s’est faite doubler par les deux Hawaïennes Summer Macedo et Brisa Hennessy, cette dernière lui passant devant pour 0,14 point avant de devenir championne du monde un peu plus tard dans la journée. Rageant mais finalement logique sur le choix de vagues et la technique des deux Polynésiennes. Lartigue peut être très fière d’elle et de sa 5e place mondiale.
Mignot peu avantagé
Dernier espoir tricolore d’accrocher la finale, Marco Mignot a lui aussi longtemps été qualifié avant que l’invité surprise argentin Ignacio Gundesen ne le double dans le money time. Une nouvelle fois inspiré et aérien, Mignot aurait mérité un meilleur score sur sa première vague, conclue par un reverse air totalement maîtrisé (6,83 pts), quant Gundesen recevait un score à peine plus bas pour une première vague bien moins solide (6 pts). Au terme des 15 minutes, Mignot fait troisième, battu par l’Américain Noah Hill et Gundesen, qui s’imposera un peu plus tard en finale. Comme Lartigue, Mignot prend la 5e place de sa catégorie après avoir franchi 8 tours de repêchages. Un grand bravo pour ce superbe résultat.
Le bronze du relais
La France quitte donc le Japon avec une seule médaille : le bronze du relais. C’est un maigre butin au regard des quatre éditions précédentes. Cela ne lui été plus arrivé depuis cinq ans.
Mais avec un collectif renouvelé à 50% et un manque d’expérience pour les plus jeunes, la France fait le pari de l’avenir. Ce qui n’a pas payé cette année pourrait le faire dans le futur. Champions du monde en 2015, les Etats-Unis ont terminé 5es l’an dernier, pour venir reconquérir le titre mondial au Japon. L’exemple est tout trouvé.



RÉACTIONS

 DSC2925Neis Lartigue (5e mondiale) : « Je suis super contente car mon objectif était d’être dans le top 10. Gagner aurait été génial. Après, c’est rageant de perdre à 0,14 point et de rater la finale. Je suis tout de même très contente d’arriver jusque-là. J’ai passé une superbe semaine de compétition; l’équipe aura été incroyable. Elle m’a donnée confiance en moi, m’a poussée pour avancer. On a passé de super moments ensemble. Ça me motive davantage encore pour revenir l’an prochain. Pour aller en finale et arracher le titre cette fois ! »

Marco Mignot (5e mondial) : «  J’ai vraiment bien surfé dans cette compétition. Dommage de ne pas être aller en finale. Je suis venu ici pour surfer, me faire plaisir. Gagner c’est important. Mais il faut apprendre de ses défaites. Ce n’est que du surf après tout. L’important est de s’amuser. La vie est belle ! J’ai eu beaucoup de hauts et de bas cette saison. J’ai décidé de sourire, de me lâcher totalement, de ne plus me retenir, ni calculer. Je n’arrive pas à surfer en assurant.
Ce n’est pas la plus belle année pur l’équipe de France mais on a vécu de très bons moments ensemble. On a montré à tout le monde qu’on savait bien surfer. Qu’on était champions du monde en titre. Bravo au Japon et à l’Argentin. On va revenir encore plus forts l’an prochain. On devra être encore plus forts pour gagner. Il faudra se lâcher encore plus, oser des choses plus folles pour aller jusqu’au bout. »

Hina Conradi (6e mondiale) : « Je suis forcément très heureuse de cette 6e place pour ma première participation. Et en même temps déçue car je suis passée près de la finale. C’est quand même bien, j’ai vécu quelque chose d’incroyable cette semaine. Je sais qu’il va falloir continuer à travailler à fond. Je vais tout donner pour revenir (en équipe de France) l’an prochain et faire un meilleur résultat. »


Michel Plateau (DTN) : « Pas de révolution à envisager »


 DSC2900Présent à Hyuga lors des trois derniers jours des Mondiaux, le directeur technique national dresse le bilan de cette édition 2017 marquée par un recul de la France dans la hiérarchie mondiale.

La 5e place mondiale marque-t-elle un recul du surf français ?
« Cette 5e place est un recul par rapport aux années précédentes. On aurait pu être 3e ou 6e. On est 5e sur une compétition très relevée. Jamais il n’y avait eu un tel niveau et une concentration d’aussi bonnes équipes sur des Mondiaux juniors. La France a disputé cette compétition avec une nouvelle génération. Je rappelle que 50% de l’équipe a été renouvelée et que nous avions deux minimes chez les filles. Nous le savions en arrivant au Japon. Au final, nous plaçons trois surfeurs dans le Top 6 mondial individuel. Leur place en finale se joue à un rien. Comme pour leurs coéquipiers, ça se joue à de petites fautes qui font basculer le résultat dans le mauvais sens pour nous. »
Que faut-il faire pour revenir sur le podium ?
« On fera le bilan détaillé au retour en France. On va analyser le positif et le négatif. Nous savons d’ores et déjà qu’il va nous falloir améliorer encore le système de traçabilité des jeunes. Et nous projeter sur 2018 en identifiant les collectifs et en travaillant dès à présent sur une préparation conséquente. Le premier rendez-vous sera le stage d’hiver, en février. Le projet de performance fédéral va être déposé dans les jours à venir, on va essayer d’améliorer le programme d’accès au haut niveau, avec la coordination de la filière jeunes et des structures qui la composent comme les sections sportives et les pôles. La France a un surf qualitatif mais pas encore suffisamment quantitatif. On doit développer une base plus large de jeunes talents. Après ces Mondiaux, je dirais qu’il n’y a pas de révolution à envisager. On est dans une nouvelle génération. Il faut vivre des Mondiaux comme cela pour être prêt pour l’échéance suivante. Je suis confiant en l’avenir. Nos cadets présents à Hyuga montent en juniors, et on a quelques pépites qui vont arriver en équipe de France. »


RÉSULTATS DU JOUR DES FRANÇAIS
U18
Finale repêchages
1 - Noah Hill (USA) 16,17 pts
2 - Ignacio Gundesen (Argentine) 13,40 pts
3 - Marco Mignot (France) 13,03 pts
4 - Cole Houshmand (USA) 11,00 pts
U18 filles
1 - Alyssa Spencer (USA) 13,56 pts
2 - Samantha Sisley (USA) 12,30 pts
3 - Daniella Rosas Vega (Pérou) 11,50 pts
4. Hina Conradi (France) 9,30 pts
U16 filles
1 - Summer Macedo (Hawaii) 12,50 pts
2 - Brisa Hennessy (Hawaii) 11,57 pts
3 - Neis Lartigue (France) 11,43 pts
4 - Minori Kawai (Japon) 10,67 pts


LE PALMARÈS 2017

U16 filles : Alyssa Spencer (USA)
U16 garçons : Joh Azuchi (Japon)
U18 filles : Brisa Hennessy (Hawaii)
U18 garçons : Ignacio Gundesen (Argentine)

Relais : 1. Japon ; 2. Hawaii; 3. France

Team nations
1 - ÉTATS-UNIS 7003 pts
2 - HAWAII 6740 pts
3 - JAPON 6286 pts
4 - AUSTRALIE 5691 pts
5 - FRANCE 5588 pts
6 - BRÉSIL 4588 pts
7 - COSTA RICA 4360 pts
8 - ARGENTINE 4113 pts
9 - PORTUGAL 3793 pts
10 - NOUVELLE-ZELANDE 3750 pts
(41 équipes classées)

TOUS LES RÉSULTATS ICI : http://isaworlds.com/juniors/2017/en/results/

LES CLASSEMENTS INDIVIDUELS DES FRANÇAIS
U18
Marco Mignot 5e
Neis Lartigue 5e
Léo-Paul Etienne 7e
Thomas Debierre 9e
Uhaina Joly 13e
Erwan Blouin 25e
U16
Hina Conradi 6e
Justin Bécret 17e
Tiago Carrique 17e
Juliette Lacome 17e
Issam Auptel 21e
Teva Bouchgua 25e


LES MONDIAUX ISA
Le titre mondial junior est décerné par l’International Surfing Association (ISA) depuis 1980 à Biarritz. 12 titres ont ainsi été décernés lors des championnats du monde des nations qui regroupaient plusieurs disciplines et catégories d’âges.
Les championnats du monde juniors en tant que compétition unique existent depuis 2003. La première édition eu lieu à Durban (Afrique du Sud) avec le succès du Brésil, la France prenant la 5e place. Ces Mondiaux juniors ont depuis lieu chaque année.
Ils concernent les catégories U18 et U16 chez les garçons et les filles.

Les Mondiaux de l’International Surfing Association ont été gagnés et ont révélé par le passé des surfeurs comme : Gabriel Medina (Brésil, 2010), Tatiana Weston-Webb (Hawaii, 2014, 2013), Filipe Toledo (Brésil, 2011), Tyler Wright (Australie, 2010, 2009), Alejo Muniz (Brésil, 2008), Sally Fitzgibbons (Australie, 2007), Julian Wilson (Australie, 2006), Owen Wright (Australie, 2006), Stephanie Gilmore (Australie, 2005, 2004), Matt Wilkinson (Australie, 2004) ou encore le récent vainqueur du CT de TRestles Jordy Smith (Afrique du Sud, 2003). Côté français : Vétea David (1986), Pauline Ado (2004), Cannelle Bulard (2011), Léo-Paul Etienne (2014), Tessa Thyssen (2015) et Thomas Debierre (2016) ont eux aussi été champions du monde junior.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

Isuzu AF Ministère des Sports LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu