La France lance son Euro ce lundi à Lacanau

L'équipe de France durant la présentation officielle des pays de l'EuroSup 2016 avec (de gauche à droite) : Titouan Puyo, Caroline Angibaud, Olivia Piana, Ben Carpentier, Arthur Arutkin et Antoine Delpero. L'équipe de France durant la présentation officielle des pays de l'EuroSup 2016 avec (de gauche à droite) : Titouan Puyo, Caroline Angibaud, Olivia Piana, Ben Carpentier, Arthur Arutkin et Antoine Delpero.  © Guillaume Arrieta

La première édition des championnats d’Europe de Stand Up Paddle (18-24 juin), organisés par le Lacanau Surf Club, débute ce lundi sur les vagues de la station balnéaire girondine où les deux premiers titres continentaux seront délivrés.
Onze équipes sont en lice pour les six titres individuels et celui des nations. La France, qui assume son statut de favori, devra toutefois cravacher pour s’imposer.


Après la cérémonie d’ouverture, les déclarations des officiels dont celles de Huw Jones, le président de la Fédération européenne de surf (ESF), et de Jean-Luc Arassus, le président de la Fédération française de surf et vice-président de l’ESF, et la présentation de chaque sélection sur le plan d’eau du Moutchic, place dès ce lundi à la compétition.
La technical race et du surf au programme
Au programme : le premier tour de la catégorie Sup surf et la technical race. Nos six Français seront donc tous en lice pour cette journée inaugurale. Les prévisions météos annoncent des vagues d’environ 1 mètre pour lundi, 1m50 pour mardi et mercredi, et 1 mètre pour jeudi. Le vent ne devrait guère souffler cette semaine, ce qui rendra les conditions optimales; tout du moins on espère un petit peu d’air mercredi pour la Longue Distance entre Carcans et Lacanau océan afin de pousser les racers sur quelques bumps sympas.
Antoine Delpero : « Pas de pression »
Dans le clan français, l’ambiance est optimale entre les six athlètes et l’encadrement techniques. Les Bleus sont à Lacanau depuis vendredi et ont bien travaillé aux consignes de Stéphane Corbinien et Serge Lougarot.
Au regard du plateau et des têtes d’affiche de ce premier EuroSup, la France a une très belle carte à jouer. Ses athlètes sont dominateurs sur le Vieux Continent, sans doute davantage en Sup surf qu’en race.
Pour Antoine Delpero « il n’y a pas vraiment de pression mais surtout de la joie d’être en France. » Le capitaine de l’équipe de France, champion du monde de Sup surf en 2012, assure qu’il « y a un gros niveau dans l’équipe » et confie que la France « va donner le meilleur pour aller le plus loin » dans cet Euro.
Ben Carpentier : « Heureux et fier d’être de retour en Bleu »
Deux ans après sa première sélection, c’était avec les espoirs et en longboard, Benoît Carpentier déclare que « c’est un honneur et une fierté d’être de retour en équipe de France. » Le Breton, 9e mondial l’an passé sur le World Tour, se dit « heureux de retrouver les coaches, les routines de l’équipe » et affirme avoir « hâte que ça commence. » Vice-championne du monde en 2014 et quadruple championne de France en titre, Caroline Angibaud participe logiquement à ce premier Euro qu’elle aborde avec sérénité. « Tout va bien, les vagues sont sympas, je pense que ça va être pas mal pour la compétition. Je suis prête ! » affirme la Vendéenne.
Titouan Puyo : « Il va falloir se bagarrer »
Du côté des Sup racers, la bagarre s’annonce davantage corsée. Emmenés par le Danois Casper Steinfath, actuel leader des World Series, et l’Italien Léo Nika, le contingent étranger est relevé. Titouan Puyo, le n.1 français et médaille de bronze des Mondiaux 2015 le sait. « Il y vraiment de bons concurrents, il va falloir se bagarrer, reconnaît le Calédonien qui au-delà du « beau plateau » se satisfait de prendre part à cet Euro « à la maison, tout du moins en France. »
Petit nouveau dans l’équipe, Arthur Arutkin arrive s’est fondu dans le collectif avec discrétion. On a hâte de le voir pagaie en main et lycra de l’EuroSup sur le dos pour qu’il se change en prédateur comme sur les étapes des World Series dont il occupe le 5e rang actuellement. « Heureux d’être en équipe de France », le Nordiste apprécie « la super ambiance entre nous, entre les Sup surfeurs et les Sup racers » et confie que « nous sommes tous super motivés et on espère tous être sur le podium ! »
Olivia Piana : « Motivée pour performer »
Trois ans après, Olivia Piana fait, elle, son grand retour en Bleu. Une sélection dont elle s’étonne toujours encore. « Je n’en reviens toujours pas d’être de retour, c’est fou comme l’entraînement peut payer... » déclare la Varoise. « Motivée pour performer », la vice-championne du monde 2013 est revenue à son meilleur niveau après une saison et demi gâchée par les blessures. « Je reste sur beaucoup de victoires depuis la fin de l’année dernière mais ça ne m’assure rien pour cet Euro, glisse-t-elle. Je sais que je vais devoir tout donner. »
Tout donner, comme ses coéquipiers. Comme cette équipe de France que l’on espère voir sur la plus haute marche du podium jeudi soir à l’issue de ces premiers championnats continentaux.

 


LE CALENDRIER PRÉVISIONNEL

Lundi 20 juin
9h - 18h : Euro Sup Surf
11h - 15h : Euro Sup Technical Race (finales)
Mardi 21 juin
9h - 18h : Euro Sup Surf
Mercredi 22 juin
9h - 18h : Euro Sup Surf
11h - 14h : Euro Sup Longue Distance (finales)
Jeudi 23 juin
9h - 15h : Euro Sup Surf (finales)
15h - 16h : Remise des prix
Vendredi 24 juin
Journée optionnelle


LES EQUIPES

France
Surf : Antoine Delpero, Ben Carpentier, Caroline Angibaud
Technical race : Titouan Puyo, Arthur Arutkin, Olivia Piana
Longue distance : Titouan Puyo, Arthur Arutkin, Olivia Piana

Allemagne
Surf : Moritz Mauch, Kai-Nicolas Steimer, Paulina Herpel
Technical race : Kai-Nicolas Steimer, Peter Weidert, Susanne Lier
Longue distance : Alexander Stertzik, Peter Weidert, Susanne Lier

Angleterre
Surf : Matt Barker-Smith, Charlie Grey, Tina Beresford
Technical race : Damian Warner, Glenn Eldridge, Marie Buchanan
Longue distance : Olivier Shilston, Glenn Eldridge, Marie Buchanan

Belgique
Surf : Tom Ameije, Kjell de Bruyn, Corinne Piquer
Technical race : Tom Ameije, Kjell de Bruyn, Corinne Piquer
Longue distance : Kjell de Bruyn, Lennart Beuren, Corinne Piquer

Danemark
Surf : Christian Andersen, Karsten Krongaard, Annette Carsing
Technical race : Casper Steinfath, Mads Ring, Nicotine Rasmussen
Longue distance : Casper Steinfath, Mads Ring, Nicotine Rasmussen

Espagne
Surf : Gustavo Leon, Oscar Ruiz, Iballa Moreno
Technical race : Roman Frejo, Jurgi Zulaika, Susak Molinero
Longue distance : Roman Frejo, Pepe Otra Sanz, Susak Molinero

Irlande
Surf : David Mangan, Peter Kosinski
Technical race : Peter Kosinski, Keith McGuirk
Longue distance : David Mangan, Peter Kosinski

Italie
Surf : Federico Benettolo, Davide Codotto, Margherita Boschetti
Technical race : Leonard Nika, Giordano Bruno Capparella, Chiara Nordio
Longue distance : Paolo Marconi, Martino Rogai, Chiara Nordio

Pays de Galles
Surf : Ollie Ladderman, Jim Richardson, Abi Barker Smith
Technical race : Andy Darympole, Sean Smith, Mi Richardson
Longue distance : Andy Darympole, Sean Smith, Mi Richardson

Portugal
Surf : Rui Fialho, Diogo Queimada, Catia Moura
Technical race : Filipe Meira, Ruben Afonso, Angela Fernandes
Longue distance : Ricardo Rodrigues, Ruben Afonso, Angela Fernandes

Suède
Surf : Fredrik Roxwall, Patrick Boyum, Sofie Simonsson
Technical race : Magnus Lindstedt, Andreas Svensson, Maya Persson
Longue distance : Magnus Lindstedt, Andreas Svensson, Maya Persson

L’EUROSUP 2016 EN BREF

Le Oxbow Lacanau EuroSup 2016 réuni onze pays.
Il se dispute selon le même format que les championnats du monde des nations de l’International Surfing Association (ISA, la fédération internationale), adapté à l’Europe. L
es courses de l’EuroSup se font exclusivement sur le format 12’6, selon le rule book de l’ESF. A savoir : une épreuve de Sup surf ; deux épreuves de Sup race : longue distance et technical race. La compétition est exclusivement ouverte aux sélections nationales. Six titres continentaux individuels et un titre continental par équipe seront décernés.
Chaque pays disposera de six à neuf athlètes : 2 messieurs et 1 dame en Sup surf ; 2 messieurs et 1 dame en Sup race longue distance (16 km) + 2 messieurs et 1 dame en technical race (parcours de 7,5 km avec passage dans les vagues et à terre).
Le lac du Moutchic en option. Les courses se disputeront sur l’océan sauf si les conditions l’empêchent. La compétition sera alors déplacée sur le lac du Moutchic.

Dernière modification le : 19 juin 2016
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia