• Accueil
  • H. Niveau
  • Equipe de France
  • Actualités
  • MONDIAUX 2022 : Pauline Ado vice-championne du monde, la France en bronze

MONDIAUX 2022 : Pauline Ado vice-championne du monde, la France en bronze

MONDIAUX 2022 : Pauline Ado vice-championne du monde, la France en bronze  © FFSurf

Après le titre mondial du relais vendredi, l'équipe de France a obtenu deux nouvelles médailles samedi aux championnats du monde de l'International Surfing Association (ISA), à Huntington Beach, Californie.
Pour sa quatrième finale ISA, Pauline Ado est vice-championne du monde. Sa performance permet aux Bleus de doubler sur le fil le Portugal et de finalement monter sur le podium du classement des nations.
Kanoa Igarashi (Japon), Kirra Pinkerton (USA) et les Etats-Unis sont champions du monde. Le Japon et les Etats-Unis terminent respectivement en tête du classement messieurs et dames et obtiennent chacun une place pour les Jeux Olympiques de Paris-2024.


Après l'apothéose de 2021, titre mondial et médaille d'or de Joan Duru, la France a débarqué en Californie avec une équipe modifiée aux deux tiers, considérablement rajeunie. et avec comme ambition de se maintenir dans le Top 5 mondial. C'est chose faite, et très bien faite. La médaille de bronze collective des Bleus vient récompenser une semaine riche en émotions. La France peut dire un grand merci à sa capitaine Pauline Ado, vice-championne du monde après une journée marathon ce samedi à Huntington Beach. Les points rapportés par Ado combinés aux contre-performances des Portugais et des Australiens ont bousculer la hiérarchie lors de la dernière journée.

ADO PAULINE ISA22 FFSURF DSC1924
Quatrième finale pour Ado en 13 ans
Pour sa quatrième finale ISA après celle de 2009 (4e place), 2016 (3e place), 2017 (championne du monde), Pauline Ado est allée chercher une médaille d'argent qui fait tout son bonheur et celui de ses coéquipiers. Cette nouvelle performance est évidemment à mettre au crédit de sa formidable expérience du très haut niveau. Solide face à la pression, imperturbable quand tout semblait aller mal, capable de gérer tactiquement toutes les situations et de sortir le grand jeu technique quand il le faut, où il le faut. Partir avec Pauline Ado dans son équipe, c'est l'assurance de rentrer avec un maximum de points.
Dernière Français en lice pour le journal final après les éliminations la veille de Tessa Thyssen (15e) et de Vahiné Fierro (13e), la Basque avait pourtant mal débuté sa journée. Dans une finale de tableau principal à trois, après le forfait pour blessure (rotule) de la Portugaise Teresa Bonvalot lors du relais la veille, la capitaine de l'équipe de France n'a rien trouvé à se mettre sous la planche durant 35 minutes sans vague. Versée en finale de repêchages avec deux Australiennes, Sally Fitzgibbons et Sophie McCulloch, elle a parfaitement joué le coup en scorant une dernière vague sous les yeux de la jeune Aussie pour filer en finale d'un rien (11.27 pts à 11.16 pts).

 DSC2154

Le titre qui s'échappe pour 0,63 point
A peine le temps de souffler que la Française était de retour à l'eau pour la quatrième finale mondiale de sa carrière. En compagnie de Fitzgibbons, championne du monde l'an dernier au Salvador, vieille connaissance depuis les années juniors. De la jeune américaine Kirra Pinkerton, surfeuse de San Clemente à seulement 50km de Huntington Beach. Et de la Péruvienne Daniella Rosas. Très bien lancée avec deux belles gauches (6.00 et 7.00 pts), Ado tenait les rênes de la finale quand Pinkerton envoyait un énorme reentry sur une droite sortie de nulle part (7.22 pts) avant de trouver une belle gauche (5.30 pts) pour repasser devant dans les dernières minutes pour seulement 0.63 point. A la recherche d'une vague au-dessus des 6 points, Ado avait aussi à se méfier de Fitzgibbons capable de tout jusqu'au buzzer. Mais la situation n'évoluait plus.
Au coup de trompe, les Américains exultaient. Tout comme le clan français qui se précipitait pour fêter sa capitaine. Cette médaille d'argent au goût dorée faisant le bonheur de toute l'équipe.
24 heures après le titre sur le relais, la France réalisait le hold up parfait en montant sur le podium juste devant les Portugais. Un exploit au regard du plateau de ces World Surfing Games, certainement les plus relevés de l'histoire. Une performance fondatrice pour cette France new look, seule des six premières nations sans surfeur du Championship Tour. Qui est allée chercher l'or sur le relais, l'argent chez les dames, et le bronze au général.

 DSC2497

Troisième du classement féminin
Alors oui, il restera quelques regrets. Notamment celui de voir les Japonais et les Américaines décrocher les deux tickets (non nominatifs) pour les Jeux Olympiques de Paris-2024. La qualité du surf proposé par les six tricolores présents à Huntington Beach, notamment les filles, et le parcours moins fringuant de certaines grosses nations comme le Brésil ou l'Australie, font croire qu'avec un soupçon de réussite, une pointe d'engagement, un autre choix tactique, le coup aurait été parfait. L'équipe féminine termine troisième du classement par genre à 145 points des Etats-Unis. Aux Bleus de garder toute cette énergie positive dégagée au sud de Los Angeles cette semaine pour continuer leur chemin sur le circuit professionnel et revenir encore plus fort dans huit mois au Salvador où se tiendront les World Surfing Games 2023. L'an prochain, deux places par genre et par continent seront décernées. La feuille de route est toute connue.




RÉACTION

ADO PAULINE ISA22 FFSURF DSC2282Pauline Ado, vice-championne du monde

« C'est sûr que ça se joue sur la dernière vague. Je me dis que j'aurais donc pu faire autrement sur la fin. J'ai bien commencé la finale avec deux bonnes vagues. Après, il y a eu peu d'opportunités. Tout le monde était dangereux. Je savais que Sally (Fitzgibbons, ndlr) pouvait avoir le score, la Péruvienne (Danielle Rosas, ndlr) aussi, elle surfe très bien de dos. Je suis hyper contente de mon parcours en fait. Surtout après la série de ce matin. Et puis, arriver à passer dans les derniers moments en repêchages pour accéder à la grande finale... Après, quand on passe si près du titre, il y a toujours un petit truc qui manque (sourire). Mais je suis très contente de mon parcours. Physiquement, je me sentais assez bien. Je n'étais pas au top en arrivant en Californie. Mais au fur et à mesure, je me suis sentie de mieux en mieux. C'est vrai que j'ai eu trois longues séries aujourd'hui (samedi) mais il y avait de longues attentes entre chaque séries de vagues. C'était donc plus une fatigue de concentration. J'étais un peu déçue de ma saison sur le circuit professionnel. Là, c'est un bon résultat qui va me redonner de la confiance. Il y avait une super énergie avec l'équipe, c'était de super moments. J'espère finir ma saison sur une bonne note. Cette médaille d'argent ? Je partais d'assez loin. Je voulais reprendre du rythme, de la confiance. Le titre en 2017 en France est spécial mais celle-là est forcément spéciale aussi. Merci à toute l'équipe, l'ambiance était incroyable. Je les entendais crier au large, quand j'arrivais sur les fins de vagues au bord. Les coéquipiers, le staff, les supporteurs français présents sur la plage, il y en avait pas mal aussi. Tous les gens qui nous ont soutenus. »


LES RÉSULTATS DES FRANÇAIS

Pauline Ado : vice-championne du monde, médaille de bronze par équipe
Vahine Fierro : 13e place, championne du monde relais, médaille de bronze par équipe
Mihimana Braye : 13e place, championne du monde relais, médaille de bronze par équipe
Tessa Thyssen : 15e place, championne du monde relais, médaille de bronze par équipe
Gatien Delahaye : 16e place, championne du monde relais, médaille de bronze par équipe
Tim Bisso : 19e place, championne du monde relais, médaille de bronze par équipe



LES RÉSULTATS

DAMES
Finale tour principal

1. Kirra Pinkerton (Etats-Unis) 9.67 pts
2. Daniella Rosas (Pérou) 4.67 pts
3. Pauline Ado (France) 0,30 pt
4. Teresa Bonvalot (Portugal) 0 pt

Finale repêchages
1. Sally Fitzgibbons (Australie) 14.83 pts
2. Pauline Ado (France) 11.27 pts
3. Sophie McCulloch (Australie) 11.16 pts
4. Teresa Bonvalot (Portugal) 0 pt

Finale
1. Kirra Pinkerton (Etats-Unis) 13.63 pts *** Championne du monde ***
2. Pauline Ado (France) 13.00 pts
3. Sally Fitzgibbons (Australie) 11.60 pts
4. Daniella Rosas (Pérou) 9.20 pts


MESSIEURS

Finale

1. Kanoa Igarashi (Japon) 15.96 pts *** Champion du monde ***
2. Rio Waida (Indonésie) 14.04 pts
3. Jackson Baker (Australie) 11.67 pts
4. Guilherme Fonseca (Portugal) 9.36 pts


RELAIS
1. France *** Championne du monde ***
2. Etats-Unis
3. Argentine
4. Portugal


CLASSEMENT DES NATIONS
1. Etats-Unis 3435 pts *** Champions du monde ***
2. Australie 3250 pts
3. France 2988 pts
4. Portugal 2928 pts
5. Japon 2855 pts
6. Brésil 2330 pts
7. Canada 2225 pts
8. Allemagne 2113 pts
9. Pérou 1998 pts
10. Argentine 1905 pts
11. Costa Rica 1875 pts
12. Israël 1750 pts
13. Grande-Bretagne 1744 pts
14. Mexique 1710 pts
15. Espagne 1695 pts
(50 nations classées)

CLASSEMENT DES NATIONS PAR GENRE

Messieurs
1. Japon 1835 pts *** 1 ticket pour Paris-2024 ***
2. Etats-Unis 1555 pts
3. Indonésie 1532 pts
4. Brésil 1450 pts
5. Australie 1435 pts
6. Portugal 1390 pts
7. France 1253 pts
Dames
1. Etats-Unis 1880 pts *** 1 ticket pour Paris-2024 ***
2. Australie 1815 pts
3. France 1735 pts
4. Portugal 1538 pts
5. Canada 1280 pts

FRA ath Team Bronze ath ph Ben Reed ph.ARW 2

L'ÉQUIPE DE FRANCE
Vahine Fierro (Hossegor Surf Club)
Pauline Ado (Anglet Surf Club)
Tessa Thyssen (A Joe Reefer Surf Club)
Gatien Delahaye (Pirates Surf Club)
Tim Bisso (Pirates Surf Club)
Mihimana Braye (Hossegor Surf Club)
Staff
Stéphane Corbinien (directeur)
Frédéric Robin (entraîneur)
Hira Teriinatoofa (entraîneur)
Alain Riou (entraîneur)
Hugo Palmarini (logistique)
Thierry Durantel (médecin)
Thibaut Paraillous (kinésithérapeute)



LES 10 DERNIERS CHAMPIONS DU MONDE
Nations

2022 : Etats-Unis
2021 : France
2019 : Brésil
2018 : Japon
2017 : France
2016 : Pérou
2015 : Costa Rica
2014 : Pérou
2013 : Afrique du Sud
2011 : Australie
Messieurs
2022 : Kanoa Igarashi (Japon)
2021 : Joan Duru (France)
2019 : Italo Ferreira (Brésil)
2018 : Santiago Muniz (Argentine)
2017 : Johny Corzo (Mexique)
2016 : Leandro Usina (Argentine)
2015 : Noe Mar McGonagle (Costa Rica)
2014 : Leandro Usina (Argentine)
2013 : Shaun Joubert (Afrique du Sud)
2011 : Santiago Muniz (Brésil)
Dames
2022 : Kirra Pinkerton (Etats-Unis)
2021 : Sally Fitzgibbons (Australie)
2019 : Sofia Mulanovich (Pérou)
2018 : Sally Fitzgibbons (Australie)
2017 : Pauline Ado (France)
2016 : Tia Blanco (Etats-Unis)
2015 : Tia Blanco (Etats-Unis)
2014 : Anali Gomez (Pérou)
2013 : Dimity Stoyle (Australie)
2011 : Cannelle Bulard (France)

 

 

Dernière modification le : 25 septembre 2022
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP