Olivia Piana en argent, les Bleus sur le podium

Olivia Piana remporte une 5e médaille d'argent en trois participations aux championnats du monde de Stand Up Paddle. Olivia Piana remporte une 5e médaille d'argent en trois participations aux championnats du monde de Stand Up Paddle.  © FFSurf

A la veille de la dernière journée des championnats du monde de Stand Up Paddle 2017 au Danemark, la Française Olivia Piana est devenue vice-championne du monde pour la 5e fois de sa carrière en terminant deuxième de la finale de la technical race. Julien Lalanne prend la médaille de bronze en prone paddleboard. Avant le relais, ultime épreuve dimanche, la France a glissé à la deuxième place du classement général provisoire, devancée par les Australiens qui ont remporté deux médailles d’or aujourd’hui. Les Bleus sont d’ores et déjà assurés de terminer sur le podium des nations.

 

Vice-champions du monde l’an dernier, les Français sont venus au Danemark avec l’intention de faire aussi bien, voire de grimper d’une marche. Ce samedi, ils ont rempli la première partie du contrat en étant deuxième avant l’emballage final. Avec l’assurance de terminer sur le podium puisque Hawaii, quatrième, est à plus de 1.000 pts derrière et ne pourra pas refaire mathématiquement son retard.
Une journée charnière
A la première place du classement général provisoire ce matin, les Bleus sont désormais derrière les champions du monde en titre australiens. Pour s’imposer, ils devront finir devant leurs principaux rivaux sur le relais dominical mais aussi les voir assez loin au général (voir ci-dessous). Il faudra aussi faire attention aux Néo-Zélandais qui sont revenus à 330 points. En attendant l’explication finale, la France a brillé lors de l’avant-dernière journée grâce notamment à la médaille d’argent d’Olivia Piana et à celle en bronze de Julien Lalanne.
Après le Pérou et Fidji
Pour la Varoise, il s’agit de la seconde médaille sur ces Mondiaux, après le bronze samedi dernier sur la longue distance à Copenhague. C’est également son 5e titre de vice-championne du monde après ses deux deuxièmes places au Pérou (2013) et aux Fidji (2016).
En tête après un excellent départ, Piana n’a pu contrer l’accélération d’Annabel Anderson (NZ) à la fin du premier tour. Laquelle s’est échappée pour remporter un second titre mondial après celle de la longue distance. Pagaie à pagaie avec l’Australienne Terrene Black, la Varoise s’est peu à peu détachée pour assurer cette très belle deuxième place après 3500m de parcours technique avec 3 passages en courant sur la plage.
Beaucoup moins à l’aise dans cet exercice, Amandine Chazot prend néanmoins la 9e place de la finale après un effort considérable pour entrer dans le Top 10.
Lalanne rivalise avec Lansdown et Shergold lalanne droite DSC5412 copie
Déçu de ne pas être monté le podium de la longue distance, Julien Lalanne a remis les pendules à l’heure en changeant de place avec l’Américain Bart Shade. Comme à Copenhague, Lalanne a réussi un départ canon en ramant avec les deux intouchables de la disciplines, l’Australien Lachine Lansdown et le Néo-Zélandais Sam Shergold.
Mais cette fois, il n’a pas craqué dans le final. Détaché dès l’entame du 3e tour, le Français a assuré sa 3e place pour décrocher le bronze. Une médaille que n'a malheureusement pas pu aller chercher Flora Manciet, déjà au pied du podium à Copenhague, la Française prend une nouvelle fois la quatrième place derrière la Danoise Katarina Zink.
Départ raté pour Puyo et Arutkin
Avec le Stand Up Paddle messieurs en clôture de la journée, on attendait forcément beaucoup de Titouan Puyo et Arthur Arutkin, multiples médaillés mondiaux de la spécialité. Las. Les deux Français ont raté leur départ, se faisant enfermer dans une chute. Partis dans les 20, ils ont ramé comme des fous pour remonter le train mené à vive allure par le Danois Casper Steinfath et les Hawaïens Connor Baxter et Mo Freitas.
Sur un plan d’eau désespérément plat, Puyo est tout de même parvenu à entrevoir la pagaie du Top 5 sans jamais pouvoir y recoller. Le capitaine de l’équipe de France prend la 7e place alors qu’Arutkin termine 11e. Dommage car les Bleus avaient ici l’occasion de récolter de nouvelles médailles et de s’envoler au classement général. 
Freitas à la photo finish
Mais comment en vouloir à Puyo et Arutkin qui ont tant donné à cette équipe depuis une semaine et des années. Le titre de cette technical race revient à l’Hawaïen Freitas qui s’impose à la photo finish sur son compatriote Baxter. Steinfath monte sur le podium à l’immense joie du nombreux public venu le supporter sur la plage de Vorupør.Le relais décisifLe relais bouclera dimanche ces 6e championnats du monde. Les premiers jamais organisés en Europe. L’épreuve se déroulera en début d’après-midi avec des équipes composées de quatre athlètes : un prone dame, un Sup dame, un prone homme et un Sup homme, pour une boucle totale de 2000 mètres. C’est la distance qui sépare encore l’équipe de France de son rêve.

La France championne du monde si…
1 - Elle gagne le relais et l’Australie termine 4e
2 - Elle est 2e et l’Australie termine 6e

 DSC5919 copie

RÉSULTATS TECHNICAL RACE (3,5 km)
Stand Up Paddle messieurs
1 - Mo Freitas (Hawaii)
2 - Connor Baxter (Hawaii)
3 - Casper Steinfath (Danemark)
4 - Bruno Hasulyo (Hongrie)
5 - Lincoln Dews (Australie)
…7 - Titouan Puyo (France)
11 - Arthur Arutkin (France)
Stand Up Paddle dames
1 - Annabel Anderson (Nouvelle-Zélande)
2 - Olivia Piana (France)
3 - Terrene Black (Australie)
4 - Fiona Wylde (Etats-Unis)
…9 - Amandine Chazot (France)
Prone Paddleboard messieurs
1 - Lachine Lansdown (Australie)
2 - Sam Shergold (Nouvelle-Zélande)
3 - Julien Lalanne (France)
4 - Bart Shade (Etats-Unis)
Prone Paddleboard dames
1 - Jordan Mercer (Australie)
2 - Jasmine Smith (Nouvelle-Zélande)
3 - Katrine Zink (Danemark)
4 - Flora Manciet (France)

CLASSEMENT GENERAL PROVISOIRE
1 - Australie 13,001 pts
2 - France 12,673 pts
3 - Nouvelle-Zélande 12,338 pts
4 - Hawaii 11,669 pts
5 - Etats-Unis 10,205 pts
6 - Brésil 9,752 pts
7 - Danemark 9,293 pts
8 - Italie 9,107 pts
9 - Japon 8,572 pts
10 - Afrique du Sud 8,265 pts


RÉACTIONS
Olivia Piana : « Je n’étais pas très certaine de mes capacités sur un plan d’eau aussi plat comme aujourd’hui. J’avais pris des mauvais départs sur les courses précédentes. Je me suis encore entraînée ce matin avant la course. Je suis partie en tête sur cette course. Ça a changé beaucoup de choses. J’ai glissé, j’ai appuyé sur la fin. C’est ma 5e médaille d’argent. On me traite de « Poulidor » et on va encore me chambrer (rires). Mais je suis jeune pour ce sport. J’ai 26 ans, mes concurrentes ont plus de 30-35 ans. Dans des vagues et du vent, ce sera plus facile pour moi la prochaine fois. Je suis très contente car ce n’était pas facile de faire deuxième aujourd’hui. »

Julien Lalanne : « Le but du jeu était de ramer avec Lansdown et Shergold le plus longtemps possible pour assurer la 3e place. Je les voyais se gêner à la bouée, j’avais plus de place pour tourner, ça m’a aidé. Ils sont largement au-dessus de moi. Je ne pouvais pas faire mieux. Je suis très content. Je vais bien me reposer car demain il y a le relais. On s’est mis comme objectif de gager le titre par équipes. On n’a jamais été aussi proche de le faire. »

Flora Manciet : « J’aurais voulu avoir au moins cette 3e place pour l’équipe. La Danoise (Zink, ndlr) était plus forte que moi aujourd’hui. Elle a eu quelques ondulations en sa faveur. Bravo à elle et à Jordan Mercer qui gagne encore. 25 minutes de courses, c’est très intense, il faut partir très fort, garder le bon tempo, faire monter le cardio avec les courses à pied sur le sable. Dommage qu’il n’y a pas eu un peu de vent et plus de vagues. »

Titouan Puyo : « Je savais que je n’étais pas au top de ma forme car la saison a été très longue. J’avais prévu de partir avec les autres devant. Je me fais bien bloquer au départ. Je me retrouve tout seul ensuite. C’était dur de revenir dans ces conditions de plat. Et trop dur de revenir sur ceux de devant. J’ai ramé pour cette 7e place, pour marquer des points pour l’équipe de France. Sur ces Mondiaux, on pense à nous, mais on pense aussi à l’équipe. Les résultats des coéquipiers nous boostent. On va voir où on en est au classement général et on fera tout demain sur le relais. »


LES MONDIAUX 2017
Organisés par l’International Surfing Association depuis 2012, ils ont lieu au Danemark, qui accueille un évènement de l’ISA pour la première fois de son histoire. Ces Mondiaux délivreront 14 titres : 12 en individuels, le titre en relais mixte, le titre par nations au classement des points obtenus par les athlètes.
Avec 30 équipes, les championnats du monde ISA de 2016 avaient battu un record de participation. Elles sont 42 au Danemark dont notamment l’Australie, le Brésil, la France, les Etats-Unis et Hawaii, mais aussi la Bulgarie, l’Allemagne, Hong Kong, Israël, le Maroc, la Russie, …
Rappelons qu’après l’entrée du surf dans le programme olympique (Tokyo-2020), l’ISA milite pour l’introduction du Sup aux Jeux de 2024.

 

Vidéo associée

Dernière modification le : 09 septembre 2017
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

Isuzu AF Ministère des Sports LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu