• Accueil
  • H. Niveau
  • Equipe de France
  • Actualités
  • Serge Lougarot : « Ils se sont tous battus pour y être ! »

Serge Lougarot : « Ils se sont tous battus pour y être ! »

Le cadre technique national en charge du Sup à la Fédération Française de Surf est avec l'équipe de France au Nicaragua où vont débuter demain dimanche les 3es championnats du monde de stand up paddle. Il nous livre ses sentiments avant la compétition.

 

Difficile de comparer les sélections mais par rapport aux deux précédentes, comment voyez-vous la cuvée 2014 pour les Mondiaux de Sup ?
Il est en effet difficile de comparer. Chaque équipe de France est sélectionnée pour faire des résultats sur des échéances internationales. Cette cuvée est particulièrement solide, comme les précédentes d'ailleurs… La différence : ils se sont tous battus pour être du voyage, ils ont tous gagné leur place sur un nouveau système de sélection à la performance.

Quel résultat peut obtenir cette équipe au regard des autres nations que vous connaissez ?
Au vu des résultats de l’année dernière, une équipe parait inaccessible : l’Australie. Avec 7 titres de champions du Monde sur 16 et 4 titres de vice-champions du Monde. L’Afrique du Sud termine facilement à la 2e place et sera difficile à accrocher. Ensuite, tout reste ouvert pour un podium d’autant que certaines règles ont changé, nous verrons bien si cela tournera à notre avantage… Nous avons en SUP vague et en SUP race des athlètes qui peuvent décrocher un titre en individuel et, comme cette année, uniquement la meilleure performance par catégorie compte...

Quel est l'objectif de l'équipe de France au Nicaragua ?
L’équipe de France a terminé 6e l’année dernière à pas grand-chose du podium malgré qu’il nous manquait des athlètes pour les disciplines de paddle Race (Prone). Cette équipe en prône (3 athlètes), qui nous manquait, nous manquera encore cette année. En France, le Paddle Board fait partie de la Fédération Française de sauvetage et secourisme. Elle n’a pas pu envoyer trois athlètes qui doivent compter pour le classement par nation. Nous devrons donc faire sans et, essentiellement, compter sur nos athlètes en race et en vague. 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les deux sites de compétitions, une première dans l'histoire de l'ISA ?
Ils sont distants de 70 km. Le surf débutera les Mondiaux à La Boquita, sur un beach break. Et ensuite la race et le paddle board sur le lac de Granada. Ce sera une première pour la race sur un lac. Pas de vagues mais des parcours qui peuvent devenir techniques par une navigation entre les îles du lac.

La race sur un lac peut-il être un avantage ou un inconvénient pour les sélectionnés français ?
En race, nos français sont physiquement très forts donc on peut penser que ce sera un avantage qu’il faudra exploiter au mieux. 

 

Les sélectionnés vus par le CTN

Antoine Delpero : « Le plus expérimenté à ce niveau, il a déjà remporté le titre, c’est le champion du monde en titre en longboard. Je crois qu’il va arriver en grande confiance, prêt à reconquérir le titre. »

Jérémy Massière : « Il était présent il y a deux ans. Formé au Pôle France, compétiteur de haut niveau en longboard, il a un surf dans les critères du haut niveau. il peut aller loin dans la compétition. »

Caroline Angibaud : « Elle fait une finale l’année dernière. Elle est une compétitrice à l’état pur. Plus expérimentée que l’année dernière, il faudra compter sur elle. »

Eric Terrien : « Un grand professionnel. Peut-être un des mieux entraînés et un des plus prêts pour cette échéance. Ces championnats du Monde sont une des trois priorités pour lui cette année. Les parcours sur le lac seront un avantage certain pour Éric. »

Titouan Puyo : « Il fait 2e des sélections. C’est la force tranquille. Il est arrivé l’année dernière de Nouvelle-Calédonie en allant directement rivaliser avec Terrien. Il est en grande forme. »

Céline Guesdon : « Elle est en forme. Elle a énormément progressé l’année dernière et bénéficie d’un mental hors norme. »

 

L'ÉQUIPE DE FRANCE
SUP Surfing : Antoine Delpero (Biarritz, pays basque), Jérémy Massière (Biscarrosse, Landes), Caroline Angibaud (Sables d'Olonne, Vendée)
SUP Racing : Eric Terrien (Plaine/Mer, Loire Atlantique), Titouan Puyo (Nouméa, Nouvelle-Calédonie), Céline Guesdon (Cannes, Côte d'Azur)
Staff : Stéphane Corbinien (team manager), Serge Lougarot (coach), Thierry Durantel (médecin), Stéphane Sisco (médias)

 

LE PROGRAMME
3 mai : cérémonie d'ouverture à Granada
4 mai : SUP Surfing à la Boquita
5 mai : SUP Surfing à la Boquita
6 mai : SUP Surfing à la Boquita finales
7 mai : transfert des équipes
8 mai : SUP racing à Granada ; technical race et relais
9 mai : jour off
10 mai : SUP racing à Granada ; paddleboard et longue distance (finale)
11 mai : SUP racing à Granada ; finales technical race, relais et paddleboard

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia