Tony Estanguet : « Le surf apprend l’humilité »

Tony Estanguet, ici aux côtés du président de la Fédération Française de Surf Jean-Luc Arassus, lors d'une remise de médailles des championnats de France. Tony Estanguet, ici aux côtés du président de la Fédération Française de Surf Jean-Luc Arassus, lors d'une remise de médailles des championnats de France.  © FFS/Antoine Justes
Triple champion olympique de canoë-kayak et coprésident de Paris-2024, Tony Estanguet se réjouit de l’organisation de trois championnats du monde sur le territoire français cette année. Dans cette interview exclusive à l'occasion des J-100, il se confie sur son autre passion : le surf.

LOGO WSGLa France accueille cette année trois championnats du monde d’une discipline olympique d’été avant la désignation de la ville hôte des JO 2024, le handball en janvier, le surf en mai prochain à Biarritz et la lutte en août. Comment la candidature compte-t-elle s’appuyer sur ces grands évènements pour communiquer nationalement et internationalement ?
Ces événements attestent de la culture sportive en France, de notre savoir-faire en matière de grandes compétitions et enfin d’une envie d’accueillir le monde. En 2017, à compter du 3 février nous pourrons promouvoir Paris 2024 à l’international et ce sera une bonne opportunité de partager notre projet et notre ambition avec le monde.
Ces événements seront l’occasion de démontrer que la France et les Français sont prêts à accueillir les spectateurs du monde et les Jeux en 2024. Nous allons en profiter pour démontrer l’engouement et la ferveur populaire. Les athlètes du monde entier qui verront ces images ne pourront qu’espérer venir concourir à Paris pour être acclamés et fêtés de la sorte.

Vous-même êtes un surfeur passionné. Qu’est-ce qui vous plait dans la pratique du surf ?
J’ai appris à surfer petit, avec mon père et mes frères. Je ne pratique malheureusement pas souvent mais j’adore ce sport et aujourd’hui, à mon tour, je fais découvrir le surf à mes enfants.
Je retrouve dans le surf beaucoup de parallèles avec mon sport de cœur, le canoë. Le surf procure des sensations de glisse incroyables. Il donne un sentiment de communion avec la nature et en même temps, il apprend l’humilité car l’eau reste un élément imprévisible qu’on ne maîtrise jamais vraiment. J’apprends à composer avec elle depuis que je suis tout gamin, je lui dois un peu mes médailles olympiques... Et aujourd’hui encore, c’est toujours à la fois un plaisir et un défi d’essayer de l’appréhender, dans un canoë comme sur un surf.

Les surfeurs français vont découvrir les Jeux en 2020 au Japon. Triple champion olympique et porte-drapeau, quels conseils leur donneriez-vous ?
Bien entendu je ne peux que leur conseiller de profiter au maximum de l’événement et surtout de ne pas se laisser écraser par l’enjeu. Pouvoir participer aux Jeux c’est quelque chose de fantastique. Cet événement est immense et surtout un moment exceptionnel dans une vie. Evidemment ce moment est encore meilleur quand la performance est au rendez-vous alors bien sûr, je leur conseille de rester concentrés, de s’entrainer et de mettre toutes les chances de leurs côtés !
Profiter – ne pas se mettre la pression – et gagner !
Dernière modification le : 09 février 2017
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

Isuzu AF ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu