surfingfrance.com

Nathan Lehoux : « Je suis champion du monde au buzzer ! »

Le Français Nathan Lehoux est devenu champion du monde de bodysurf le week-end dernier à Oceanside, en Californie. Il revient sur son premier sacre pour la Fédération Française de Surf. Entretien.

Félicitations Nathan ! On suppose que tu dois être particulièrement heureux…
Je suis vraiment très content de ce week-end incroyable. Cette compétition est évidemment mon plus grand accomplissement sportif. C'est la plus belle chose qui pouvait m'arriver. Je suis très fier d'avoir remporter cette finale devant des Hawaïens, Australien et Californien. Je tiens à remercier ma famille et mes amis qui m'ont soutenu tout au long de cette aventure, ça m'a beaucoup aidé. Et un grand merci au clan français qui a grandement participé à ma victoire avec leurs conseils et leur bonne humeur. Bravo à eux aussi pour leurs résultats.

Justement, raconte-nous comment ça s'est passé. Il y avait un sacré niveau cette année à ce qu'il parait ?
Oh oui ! Ce titre de champion du monde n'a vraiment pas été facile à décrocher. En finale, il y avait énormément de niveau, c'était la série la plus relevée que je n'ai jamais faite. Il y avait trois Hawaïens, un Australien et un Californien. L'Hawaïen Kealii Punley était l'homme à battre, il a gagné les championnats du monde les trois dernières années et, cet hiver, il a gagné la compétition de Pipeline devant des légendes comme Mark Cunningham, Mike Stewart, Tim Burnham et bien d'autres. Dane Torres, l'autre Hawaïen me faisait aussi très peur, il a été un des premiers à replaquer un ARS (Rollo + 360) en bodysurf. Les 3 autres compétiteurs étaient tout aussi fort mais moins connus.

On parle de cette finale ?
Le spot était une très longue droite technique. Le problème était qu'il s'agissait d'un petit peak et que tout le monde était placé au même endroit pour prendre la même vague. Pendant la première moitié de la finale, je n'en ai pas eu une seule. Il y avait tout le temps quelqu'un avec la priorité. Je me suis placé plus à l'intérieur et j'ai pris plusieurs longues vagues. Tout au long de ma série, le clan français était sur le Pier, juste à côté du spot. Ils ont pu m'annoncer les séries qui arrivaient, et me donner des conseils de placement. Leur aide a été la clef de ma victoire. Dans la dernière minute, ils m’ont dit de me mettre à l'inside, j'ai pu ainsi prendre une dernière vague au « buzzer beater », qui m'a permis de décrocher mon titre.

Apparemment l'ambiance était au top dans l'équipe…
J'étais dans un hôtel juste à côté du spot avec les autres Français. J'étais dans la même chambre que Paul Grieumard, on a bien rigolé pendant tout le week-end. C'est vraiment dommage que Paul se soit fait éliminer en demi-finale. Il s est fait éliminer à cause d'une « interférence ».


======

Capucine et Paul Grieumard reviennent eux aussi sur leurs performances sur ces Mondiaux 2019 à Oceanside.

Capucine Grieumard :
« Ces championnats du monde ont été une incroyable expérience pour moi. C’était la première fois que je participais à une compétition internationale et j’y ai pris beaucoup de plaisir. J’ai eu la chance de me qualifier pour la finale et d’obtenir une 6e place en catégorie 12-17 ans. Je fais de la natation en compétition depuis une dizaine d’année et je m’entraîne tous les jours, ce qui m’a permis d’avoir une bonne condition physique pour réaliser ces championnats. Je garderai un très bon souvenir de cette compétition en Californie, j’ai passé de super moments avec les autres Français. Il y avait une très bonne ambiance. J’aimerais remercier mon père Patrice et mon frère Paul pour leurs conseils et aussi tous les Californiens pour leur accueil chaleureux. »

Paul Grieumard :
« Cette compétition me laisse un goût amer. Je me suis fait éliminer en demi-finale à cause d’une interférence imaginaire. Sur un bilan comptable, je suis donc forcément frustré du résultat, car j’avais finis 3e l’an dernier et j’avais la sensation d’être en mesure de pour passer en finale cette année encore. Mais sportivement, mes championnats sont réussis, j’ai gagné toutes mes séries jusqu'en demi. J’ai eu des bonnes vagues, et j’ai réussi à montrer du bon bodysurf en tapant dans l’oeil des meilleurs hawaiiens, américains et australiens.
Rentrer dans le Top de la catégorie avec tous ces incroyables bodysurfers de la jeune génération hawaïenne, californienne et australienne, est une performance que je saurais savourer plus tard. Le clan français a été incroyable et je suis trop heureux que l’on revienne avec le titre de Nathan que j’ai coaché depuis le Pier en finale et deux places de finalistes ! Maintenant, place à la Coupe de France d’Anglet et à l’Euro Tour pour se relancer ! »

 

Dernière modification le : 23 août 2019
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Plus dans cette catégorie : « Nathan Lehoux champion du monde de bodysurf
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz