cdf2017

 

Les spots de Surf en France

Sachez-le, il y a toujours un spot de surf près de chez vous !

 

Certains spots sont particulièrement facile d’accès. Et les surfeurs qui ont la bonne idée de prendre une licence dans un des 160 clubs fédéraux, pourront souvent y trouver des installations optimales pour se changer, ranger leur matériel, prendre des cours, etc...

D’autres spots se méritent, certains sont mêmes jalousement gardés par des gardiens du temple.

A ce sujet, ne jamais oublier les règles de sécurité et de convivialité ; Pensez à vous renseigner auprès des locaux ou sur un site spécialisé avant de vous mettre à l’eau la première fois ; Ne surfez jamais seul

 

PRINCIPE DE LIBERTE

L'accès au plage est libre et gratuit. S'agissant plus particulièrement de la gratuité et du libre accès aux plages situées sur le domaine public, ce principe a été repris par la Loi n°86-2 du 3 janvier 1986 relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral à son article 30, lequel dispose :
« L'accès des piétons aux plages est libre sauf si des motifs justifiés par des raisons de sécurité, de défense nationale ou de protection de l'environnement nécessitent des dispositions particulières. L'usage libre et gratuit par le public constitue la destination fondamentale des plages au même titre que leur affectation aux activités de pêche et de cultures marines. »

 

Voici donc une liste non exhaustive des trésors que recèle le littoral français, en métropole et à l’outremer.

 

BRETAGNE


Photo © FFS

La Bretagne regorge de spots de surf et son littoral déchiqueté permet de (presque) toujours trouver le bon endroit où se mettre à l’eau, en fonction de la direction de la houle et du vent. Du beach break de Guidel au spot de rochers du Minou, en passant par le superbe paysage de la Palue et les grosses vagues de l’île aux vaches, sans oublier la Torche, "Le" spot breton, la Bretagne n’a rien à envier aux autres destinations. Que vous soyez débutant ou confirmé, vous y trouverez votre bonheur.

CHARENTE MARITIME


Photo © Xavier Renaudin/Royan Glisse

L’île de Ré, l’île d’Oléron, la Côte sauvage, ... Il y en a pour tous les goûts en Charente Maritime. Des vagues pour débuter et d’autres pour prendre des tubes bien épais. Les bons jours, on se croirait dans les Landes avec des vagues superbes au pied des dunes. La foule en moins, les huîtres en plus ! 

CORSE

 
Photo © Maxence Dalysson

La Corse est encore une terra incognita pour le surf. On le pratique portant régulièrement sur des vagues de sable et de rochers. L'île de Beauté offre ainsi des spots pour tous les niveaux. Les conditions ne sont néanmoins pas toujours exceptionnelles et les locaux sont davantage adeptes du longboard. Sauf quand la houle et le vent sont au rendez-vous avec des vagues parfois solides ! Le littoral découpé et certaines anses permettent de toujours trouver un spot idéal en fonction de la météo.

GIRONDE


Photo © FFS

Si Lacanau est le phare du surf en Gironde, il existe une multitude d’autres beach breaks pour tous les goûts. A condition de connaître les bancs de sable et les chemins forestiers qui mènent aux meilleurs spots. Lacanau et les spots alentours comme le Porge, Carcans ou encore Cap Ferret permettent à tous de goûter aux joies de la glisse. Mais attention aux conditions qui peuvent rapidement devenir solides.

LANDES


Photo © FFS

Hossegor, Capbreton, Seignosse... Les beach breaks landais sont connus pour être parmi les plus beaux du monde. Le spot de la Gravière et ses tubes de cathédrales n’ayant rien à envier aux banks australiens ou mexicains. La côte landaise regorge de spots qui se déclinent en fonction des marées. On peut y surfer en toute tranquillité l’été (mais avec énormément de monde à l'eau), ou partir à la recherche de bancs secrets ; et assister au show des meilleurs français et mondiaux en automne.

LANGUEDOC ROUSSILLON


Photo © Nadia Ghali

Le surf en Méditerranée, et particulièrement dans le golfe du Lion, demande une sérieuse connaissance des cartes marines. Entre Tramontane et Mistral, il est souvent difficile de trouver une vague entre Canet et Palavas, quand ce n’est pas le on shore qui s’y mêle. Mais avec les houles résiduelles ou le vent du large, on peut y trouver des vagues de qualité, déferlant sur les fond sableux de la belle bleue.

PAYS DE LOIRE


Photo © FFS

De longues plages et une multitude de beach break ; une région idéale pour débuter car les vagues y sont moins puissantes qu’en Bretagne ou Aquitaine. Aux Sables d'Olonne, on surfe dans presque toute la baie et en ville, ce qui facilite l'accès et les installations. On trouve aussi certains spots de rochers consistants comme La Sauzaie, le spot le plus célèbre de la région.

 PAYS BASQUE

 
Photo © FFS

Qui dit pays basque dit forcément Biarritz, le berceau du surf français et européen (1957). La plage de la Côte des Basques est un des spots les pluss peuplés au monde, avec ses milliers de pratiquants en plein été. Le choix est multiple et très varié depuis Anglet (au nord) jusqu’à Hendaye (au sud) : des beach breaks pour tous (débutants et confirmés) selon la taille de la houle ; mais aussi des point breaks de rêve comme Lafiténia (St Jean de Luz), une longue droite dans un cadre idyllique. Les spots de rochers sont nombreux, les Alcyons sont une référence. A Hendaye, la longue plage permet de surfer quasiment toute l’année même avec de grosses houles car protégée. En hiver certains haut fonds génèrent des vagues gigantesques dont la plus célèbre est Belharra, au large de St Jean de Luz, pour experts uniquement.

PACA


Photo © Ligue PACA

On trouve des spots exceptionnels entre Marseille et Nice, jalousement gardée par les locaux. Evidemment, tout est question de cartes météo, de connaissance des lieux et de réactivité. Ici, le surf ne dure que quelques heures; aussi vaut-il mieux être toujours prêt. Morcelée, la côte méditerranéenne offre une multitude de vagues (beach break, point break et rochers) fonctionnant selon la direction de la houle et du vent. Certains slabs n’ont rien à envier à leurs cousins canariens ou indonésiens.

GUADELOUPE


Photo © FFS

Grande-Terre, Basse-Terre, îles du Nord, … La Guadeloupe regorge de spots. On y trouve des beach breaks pour tous mais aussi des reefs pour experts. La puissance de la houle n'est pas aussi forte que chez la voisinne de Porto Rico car le plancher océanique descend en pente douce vers l'Atlantique et freine donc les swells. Il n'empêche, la gauche de Damencourt au Moule ou l'interminable droite de Port-Louis sont des spots de rêve, parfois très solides. Soleil et eau chaude toute l'année !

LA REUNION


Photo © FFS

La destination autrefois de rêve est devenue un véritable cauchemar pour les locaux. Depuis 2011, une série d'attaques de requins (principalement des bouledogues) a causé la mort de 7 personnes pour 11 blessés, dont certains amputés. Tous les spots, comme ceux de St Leu (photo), une longue gauche tubulaire de reef, ou de la Jetée à St Pierre (droite massive sur du reef), qui ont longtemps accueilli des compétitons professionnelles, sont interdits à la pratique par arrêté préfectoral depuis août 2013. Depuis la fin décembre 2015, des filets de protection ont été installés sur la plage de Boucan Canot et ont permis le retour de la baignade et du surf sécurisé sur ce spot. Un dispositif identique a été installé en février sur le spot des Roches Noires, à St Gilles les bains.
* Un arrêté préfectoral en vigueur interdit la pratique des activités nautiques sur ce spot.
** Un filet de sécurité permet une pratique autorisée des activités nautiques sur ce spot.
*** Une dispositif de surveillance sur l'eau et sous l'eau, Vigie Requin Renforcée, autorise la pratique du surf sur ce spot lors de sessions exclusivement ouvertes aux surfeurs licenciés.

MARTINIQUE

 
Photo © Ligue Martinique

Moins courue et moins connue que sa voisinne guadeloupéenne, la Martinique se révèle pourtant être un superbe terrain de jeu. Là aussi, on trouve des vagues pour débutants comme à l'Anse Bonneville mais aussi des reef pour experts, comme à Tartane, site d'une compétition professionnelle depuis 2015. 

NOUVELLE-CALEDONIE


Photo © FFS

L'île du bout du monde est un paradis du surf. Qui se mérite ! A part le spot de la Néra, à Bourail (170 km au nord de Nouméa), seul beach break d'un « Caillou » de 500 km de long, toutes les autres vagues demandent obligatoirement un bateau pour s'y rendre. A 10 km au large du rivage en moyenne, la barrière de corail est une succession de passes qui offrent des spots world class. Certains n'ont rien à envier à leurs cousins tahitiens et les tubes cristallins font la joie des locaux. Vous l'aurez compris, il faut déjà être confirmés pour surfer en Calédonie où l'on peut également surfer du très gros en hiver austral, comme à Ténia, une longue gauche, petite soeur de Cloudbreak (distante de 1.500 km).
Dernière modification le : 20 mai 2016
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

Isuzu AF Ministère des Sports LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu