« Préparer la « remise en liberté » pour qu’elle soit belle » - Martin Vitry, champion d'Europe de Stand Up Paddle

Depuis plus d'une dizaine de jours, nous publions les témoignages de nos surfeurs afin de savoir comment ils s'organisent, comment ils vivent le confinement, et quel message ils veulent envoyer durant cette crise sanitaire.
Aujourd'hui : Martin Vitry, champion d'Europe de Stand Up Paddle


« Je suis chez moi dans le Var avec mes parents et ma sœur. Heureusement, on est dans une maison avec terrasse et jardin, nous avons donc de l’espace.
Moralement, je vis plutôt bien le confinement même si ça va commence à être long. Avec ma famille, nous tenons vraiment à faire ce confinement à 100%. Heureusement que nous nous entendons bien !
J’en profite pour faire des choses que je n’ai pas vraiment le temps de faire quand je suis en période d’entraînement ou de compétition. Je fais de la musique, je lis et je me fais une séance de renforcement par jour avec le matériel que j’ai à la maison. Avec ma sœur, on fait des petites vidéos où on se met un peu en scène, qu’on poste sur Instagram. Ça nous fait rire et ça nous prend du temps.
Le plus dur c’est forcément d’imaginer toutes les sessions loupées et de voir les compétitions qui s’annulent les unes après les autres. Notre saison est condensée entre mai et décembre. Nous sommes déjà quasi sûrs de devoir attendre jusqu’à septembre. C’est frustrant.
J'ai été surpris par le temps que les gens ont mis pour prendre ce virus au sérieux. Et on en voit encore sortir dehors, à prendre des risques. Je trouve ça vraiment égoïste. Mais il y a aussi beaucoup de bons élans de solidarité et de partage grâce aux réseaux sociaux donc ça c’est top ! Ce qu’il se passe aussi avec la nature me fascine. Il faudrait réussir à l’entretenir après cette pandémie.
Les médias et chaînes de TV le répètent assez mais : restez chez nous sauve des vies.
Il faut aussi se dire qu’à l’époque de nos grands-parents, il fallait prendre les armes et aller sur les champs de batailles pour résoudre des guerres. Nous, on a juste à regarder Netflix toute la journée avec notre famille. Je dirais aux gens d’en profiter pour se reposer, entreprendre des idées qu’ils n’avaient que en tête faute de temps, et de préparer la « remise en liberté » pour qu’elle soit belle. »

 

Déjà parus
Vincent Duvignac, champion du monde par équipes de surf 2017 
Amandine Chazot, championne du monde par équipes de Stand Up Paddle 2019
Eric Dargent, vice-champion du monde de Para Surf 2020
Jérémy Florès, n.10 mondial
Antoine Delpero, champion du monde de longboard
Michel Bourez, n.13 mondial
Justine Dupont, surfeuse de grosses vagues

Caroline Angibaud, vice-championne du monde Sup surf
Maud Le Car et Joan Duru, surfeurs pros
Thomas Debierre, champion du monde juniors 2016
Gaspard Larsonneur, champion de France 2019

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia