« Je suis mobilisée à l'hôpital pour lutter contre le coronavirus » Amandine Chazot

Amandine Chazot s'entraîne chez elle quand elle n'est pas à l'hôpital. Amandine Chazot s'entraîne chez elle quand elle n'est pas à l'hôpital.

Depuis hier, nous publions les témoignages de nos surfeurs afin de savoir comment ils s'organisent, comment ils vivent le confinement, et quel message ils veulent envoyer durant cette crise sanitaire.

Aujourd'hui : Amandine Chazot, championne du monde par équipes de Stand Up Paddle 2019
Déjà paru
Vincent Duvignac, champion du monde par équipes de surf 2017


040609de 0e7c 412c 8a18 a961ed827ebc« Je suis à Brest, j’habite en appartement à deux pas de la mer avec mon copain Boris Jinvresse. La situation est particulière pour moi puisque je suis interne en médecine donc je continue de travailler et suis mobilisée avec l’hôpital dans la lutte contre le coronavirus. Je dois rester chez moi certains jours de la semaine car nous organisons une rotation des équipes de travail pour limiter les risques de transmission.
Je prends ce confinement avec philosophie. Nous sommes face à une expérience inédite pendant laquelle nous devons accepter de mettre de côté nos ambitions personnelles pour le bien de tous, c’est quelque chose que notre société nous encourage rarement à faire, et qui est encore plus difficile à accepter dans notre vie de sportifs de haut niveau.
Bien entendu, je maintiens un entrainement sérieux. Notre saison de stand up paddle devait commencer début mai avec l’Euro Tour et je pense que la plupart des évènements vont être supprimés ou reportés. C’est donc toute la planification de la saison qui est mise en suspens, mais il ne faut surtout pas perdre le travail mis en place cet hiver. Je suis en communication très régulière avec mon entraineur Bernard Jaouen, surtout pour rester motivée pour ces séances à la maison sur vélo elliptique ou rameur qui ne sont pas des plus amusantes. J’en profite également pour faire avancer sur plein de projets et de lectures que j’avais mis de côté, c’est assez stimulant.
Le plus dur est d’accepter de ne pas aller sur l’eau. Nous avons eu un hiver vraiment difficile en Bretagne, avec beaucoup de pluies et de tempêtes et nous attendions avec impatience de pouvoir reprendre du plaisir à ramer, aller dans les vagues… Et le confinement arrive exactement en même temps que les premiers beaux jours du printemps ! Ce qui me donne le sourire, c’est que les chaussons sont rangés et que la prochaine fois que j’irai sur l’eau, je n’en aurai plus besoin !!
Ce qui me surprend négativement c’est justement le nombre de personnes qui essaient d’adapter ce confinement à leurs loisirs, qui veulent continuer de sortir et qui nous mettent tous en danger. Ce qui m’a surpris positivement, ce sont les coachings gratuits qui se sont développés en très peu de temps pour garder tout le monde actif à la maison. Je suis admirative et j’encourage tout le monde à rejoindre ces initiatives.
Mon message ? Restez à la maison ! Respectez ce confinement à la lettre, et nous nous en sortirons plus rapidement. Je vois le nombre de patients contaminés tous les jours augmenter à l’hôpital, et nos capacités d’accueuil de plus en plus restreintes. J’ai fait le deuil d’une partie de ma saison sportive pour m’occuper de tous ceux qui en ont besoin alors aidez moi en retour. »

FRA Amandine Chazot Team Relay ISA Ben Reed 1

Dernière modification le : 23 mars 2020
Évaluer cet élément
(5 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia