Jérémy Florès : « Je m'attendais au report des JO »

Joint ce mardi soir à Tahiti, où il s'est lui même confiné avant l'annonce officielle sur le territoire, le n.1 Français nous assure qu'il est évidemment prêt « à attendre un an de plus » pour participer à ses premiers JO, dont l'annonce du report en 2021 dans la journée ne l'a pas surpris. Jérémy Florès demande surtout aux gens de bien respecter les consignes pour que ce « cauchemar » prenne fin le plus vite possible.

 

Le report des JO à 2021 t'a-t-il surpris ?
Non. Je m'y attendais. La situation sanitaire ne s'améliore pas. Beaucoup de grandes nations comme le Canada et l'Australie avaient annoncé qu'elles n'iraient pas aux Jeux cette année. Sans eux, ça n'allait pas pouvoir se faire. J'étais certain qu'il y aurait un report.

Personnellement, cela représente un handicap ou un avantage d'attendre un an de plus ?
Je prends le positif : je vais avoir un an de plus pour me préparer. On va déjà voir comment l'année 2020 se déroule. Voir quand les compétitions du circuit WSL vont reprendre (elles sont suspendues jusqu'à fin mai, Ndlr). Encore une fois, je positive. Je passe plus de temps en famille. C'est un break. Un break forcé mais cela en est un. Le premier vrai break en 14 ans que je suis sur le tour mondial. Je transforme tout ça en quelque chose de positif. Je me dis qu'il nous faut, tous, rester soudés. Soudés avec tout ce qu'il se passe dans le monde avec ce virus. C'est horrible. Je suis de tout coeur avec tout le monde.

Avais-tu parlé avec d'autres surfeurs pro de l'éventualité du report des Jeux ?
Non, je n'ai pas eu de discussion sur ce sujet avec les autres. Je sais que pour certains sports, certains sportifs, les Jeux Olympiques sont le rendez-vous de toute une carrière. Tout est programmé pour les Jeux. Pour le surf, pour nous les surfeurs, les JO sont quelque chose de tout nouveau. Alors je me dis que le surf n'est pas à un an près. Ce n'est pas cette année ? OK, à l'an prochain alors. Il reste encore des tournois de qualifications. Les sportifs vont pouvoir encore mieux se préparer pour aller chercher les places qui restent en jeu. Tout sera encore mieux pour ces Jeux Olympiques de 2021.

Où es-tu exactement en ce moment ?
Je suis à Tahiti avec ma petite famille. Je suis chez moi avec ma fille et ma copine. On est en confinement depuis 8 jours maintenant. On a commencé plus tôt que l'annonce officielle à Tahiti. Par précaution. Je ne voulais pas prendre de risques. Et surtout pour montrer le bon exemple. Je savais le confinement inéluctable, et, comme partout, je savais que les gens n'allaient pas respecter les règles. C'était mon choix.

Comment vis-tu ce confinement ?
C'est la première fois que je vis ça. C'est compliqué, je n'ai pas l'habitude de rester en place, de ne pas bouger. Je tourne à rond même si c'est bien sport avec ma fille. Elle va bientôt avoir deux ans elle très active. Elle ne comprend pas ce qu'il se passe et il faut sans cesse trouver des trucs à faire avec elle. On invente des jeux tous les jours. En tout cas on ne passe pas notre temps à regarder des films.

Qu'est-ce qui est le plus dur ?
Le plus dur est de ne pas bouger. Ne pas aller à l'eau c'est dur mais ce n'est pas la priorité. Il y a eu une des plus belles houles de l'année, il y a quelques jours, mais ce n'est pas grave. Ne pas sortir, prendre l'air, ça c'est difficile. Ça donne une idée de ce que c'est qu'être en prison, même si on est bien mieux lotis. Rester enfermé c'est affreux. Mais là, c'est obligatoire.

Qu'est-ce qui te surprend le plus durant ce confinement ?
Je pensais que ça allait bien et vite se passer. Ça fait 8 jours et ça fait déjà long. Surtout pour moi qui bouge tout le temps, qui suis toute l'année non stop en voyage. Mais je positive. On passe un bon moment en famille. On est tous les trois. On s'invente des nouvelles recettes. On se cultive en lisant beaucoup. On fait des choses qu'on n'a pas le temps de faire d'habitudes.

Quel message veux-tu passer ?
Il faut respecter les règles. Il faut rester chez soi ! Plus on va rester chez soi, plus vite ce cauchemar passera. Ce serait trop idiot de retarder la fin du confinement à cause de certaines personnes qui ne le respectent pas. On nous a dit qu'on était en guerre. Je pense à tous ceux qui se sont battus pour leur pays. Nous, on doit juste rester chez nous. On va ainsi sauver des vies. Et puis en restant chez nous, on aide les médecins. Le gros problème est qu'il va y avoir de moins en moins de places dans les hôpitaux. Ça a déjà commencé. Que ce soit dans les îles, en Europe, partout ailleurs, il faut respecter tous ceux qui soignent les malades en restant à la maison.

 

Déjà parus
Vincent Duvignac, champion du monde par équipes de surf 2017
Amandine Chazot, championne du monde par équipes de Stand Up Paddle 2019
Eric Dargent, vice-champion du monde de Para Surf 2020
Antoine Delpero, champion du monde de longboard

Dernière modification le : 25 mars 2020
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia