surfingfrance.com

Biarritz prête pour accueillir les Mondiaux 2017

Biarritz prête pour accueillir les Mondiaux 2017  © FFS
Les Championnats du Monde de Surf ISA 2017 auront lieu en France du 20 au 28 Mai. La Fédération Française de Surf et la Ville de Biarritz ont présenté, ce matin sur le site de la Grande Plage, les contours de cet événement international qui accueillera plus de 40 nations et 300 000 spectateurs à Biarritz.

Hôte de cette conférence de presse, le maire de Biarritz a exprimé sa « joie de se retrouver à Biarritz pour présenter ces Mondiaux de surf qui auront lieu ici dans un mois. » Michel Veunac a affirmé que « cet évènement était la consécration de 60 ans de surf dans la ville », rappellant que « le surf était l’ADN de notre ville », le Maire a promis que Biarritz allait « mettre le paquet pour que ce soit une formidable réussite. Nous serons sous le regard du CIO et du CNOSF. Si Paris obtient les JO en 2024, Biarritz pourrait être bien placé si nous réussissons ces Mondiaux. Il y a des enjeux importants pour notre ville, pour la côte basque, pour la région Nouvelle-Aquitaine. »

Pour rebondir sur ces propos, Sandrine Derville, vice-présidente de la Région Nouvelle-Aquitaine, a déclaré au nom de la Collectivité être « très heureuse d’accompagner cet évènement à la hauteur d’un autre qui sera le championnat du monde canoë-kayak à Pau. » « On est La région du surf en France, tant en nombre de licenciés que par la qualité de nos vagues. Bonne chance aux compétiteurs, en particulier aux locaux de l’étape qui sont Aquitains : Duru, Ado et Dupont. »

Élu en charge du surf à la ville de Biarritz, Laurent Ortiz a souligné « qu’à évènement exceptionnel, organisation exceptionnelle. » L’adjoint a détaillé les installations sur le site de la Grande Plage mais aussi les animations qui entoureront les Mondiaux. « Je pense notamment au Surfing Village sur le parvis sud, lieu d’exposition des 60 ans du surf à Biarritz ; je pense aussi au Club Surfing France dans le salon des ambassadeurs du Casino ; à la parade des nations, le samedi, qui sera un des moments très forts de ces Mondiaux. »

Jean-Luc Arassus, le président de la Fédération Française de Surf, a pour sa part insisté sur « l’enjeu international fondamental de l’évènement avec pas moins de 50 nations engagées. » Le président de la FFS a rappelé dix jours après la conférence de presse de Paris que « le contexte sécuritaire nous oblige à sanctuariser un espace réservé aux délégations et que les sites d’Anglet et de Bidart n’ont finalement pas été retenus. » Une infrastructure de 135 m de long sur 4 mètres de haut va être installée sur la promenade de la Grande Plage afin « d’isoler et sécuriser les délégations du monde entier, dont notamment l’Afghanistan, la Turquie, la Russie, la Chine, Israël, les Etats-Unis ... »
Jean-Luc Arassus a également souligné que l’organisation de ces World Surfing Games apporte un soutien inconditionnel à la candidature de Paris-2024, tout en insistant sur le fait que « la Fédération organise ces Mondiaux en France pour être champions du monde à la maison. Comme l’a fait le handball en janvier. » Et le président de la FFS de conclure en déclarant que « la célébration et le partage seront des valeurs essentielles durant cet évènement. »

Sextuple champion du monde et parrain des Mondiaux, l’Américain Tom Curren s’est ensuite exprimé dans une vidéo enregistrée lors de son récent passage à Biarritz. « C’est un véritable honneur d’être le parrain de ces championnats », « j’ai passé beaucoup d’années ici, j’ai de la famille à Biarritz », a expliqué Curren. Lequel a aussi expliqué que « l’entrée du surf aux Jeux Olympiques était logique car il est désormais universel et il mérite sa place comme tous les autres sports. »

Intervenant également en vidéo car actuellement en Australie, Jérémy Florès et Pauline Ado ont tous deux exprimé leur fierté d’être sélectionnés. « J’adore Biarritz ! C’est vraiment une très bonne occasion pour moi de renfiler le maillot bleu, de retrouver cette ambiance différente et unique », a lancé Florès. « J’ai un historique fort et riche avec l’équipe de France depuis mes années juniors, a déclaré Ado. L’équipe de France court après le titre mondial depuis longtemps. C’est l’occasion rêvée d’aller le chercher. » La Basque a toutefois précisé « (mon) envie d’être à Biarritz mais je ne maîtrise pas la date du dernier jour de la compétition (du tour professionnel) au Brésil. » Une part d’incertitude qui pourrait contraindre Ado, comme Johanne Defay a déclaré forfait au dernier moment.

Afin de pallier à une défection de dernière minute, la Fédération Française de Surf a donc sélectionné Justine Dupont, quatrième des Mondiaux ISA 2016. Laquelle sera aligné sur l’épreuve du relais (27-28 mai) et pourrait, en cas de forfait d’Ado ou Defay, participer à l’épreuve individuelle. JUSTINE DUPONT WSL QS6000 NEWCASTLE AUS ÂJUSTES JUS9553
« Je suis très fière de représenter la France durant ces Mondiaux. L’épreuve du relais, c’est excitant, a assuré Justine Dupont. J’ai l’habitude de faire des compétitions à Biarritz et j’espère qu’il s’agira d’un avantage. » Connue pour son engagement dans les vagues géantes, la Landaise est également une compétitrice hors pair dans les vagues « normales », qui connaît l’équipe de France depuis très longtemps : « Il y a une solidarité forte dans ce groupe, on est très contents de retrouver ce partage unique. »

Pour le Directeur Technique National Michel Plateau, cette sélection confirme que la France dispose de ses « meilleurs compétiteurs, tous fervents supporteurs de l’équipe de France et des Mondiaux ISA. Lesquels ont très envie de venir à Biarritz pour surfer devant le public et dans cette arène formidable. L’équipe court derrière ce titre mondial depuis très longtemps. Nous sommes très motivés à l’idée de gagner à la maison. »


LES SÉLECTIONNÉS FRANÇAIS
Jérémy Florès (messieurs + relais)
Joan Duru (messieurs + relais)
Johanne Defay (dames)
Pauline Ado (dames)
Justine Dupont (relais)
Florès, Duru, Defay et Ado, les quatre meilleurs athlètes de la Fédération Française de Surf en 2017 ont été sélectionnés pour représenter la France aux ISA World Surfing Games 2017. Justine Dupont est sélectionnée pour l’épreuve du relais et elle est première remplaçante en cas de forfait d’une titulaire. Les deux derniers sélectionnés messieurs seront connus fin avril après une série de compétitions du tour professionnel.

ISA WORLD SURFING GAMES
Ce sont les championnats du monde des nations de surf, ils sont organisés depuis 1964 par l’ISA. World Surfing Championship de 1964 à 1986, ils se nomment World Surfing Titles en 1988, de nouveau World Surfing Championship de 1990 à 1992, World Amateur Titles en 1994, puis World Surfing Games depuis 1996. D’abord biennaux, ils sont devenus annuels depuis 2008.
Les ISA World Surfing Games regroupaient jusqu’en 2010 d’autres disciplines associées comme le longboard, le bodyboard et le kneeboard, ainsi que la catégorie junior (jusqu’en 2003).
Les ISA World Surfing Games ne concernent que le surf ou shortboard.
Ils sont considérés comme des Jeux olympiques du surf. Les médailles or, argent, bronze et cuivre sont décernées, les athlètes sont en compétition pour l'honneur de représenter leur pays et couleurs nationales.
Les athlètes, quatre hommes et deux femmes, sont sélectionnés par leur pays. Ce format rappelle celui de la Coupe Davis de tennis.
Le Pérou est champion du monde en titre. La France a terminé 4e de la dernière édition disputée en 2016 au Costa Rica.

L’INTERNATIONAL SURFING ASSOCIATION
L’International Surfing Association ou ISA est la Fédération international de surf, seule reconnue par le Comité international olympique (CIO) en tant qu'autorité d'administration mondiale pour le surf.
Créée en 1964 sous le nom de l'International Surfing Federation (ISF), elle a été renommée ISA en 1976. Elle organise les championnats du monde de surf depuis 1964. L'ISA est l'autorité régissant le monde pour le surf et toutes ses disciplines, y compris le bodyboard, le kneeboard, le longboard, le tandem, le skimboard, le bodysurf et le Stand Up Paddle. L'ISA travaille au développement du surf dans ses pays membres (101).
L’ISA organise chaque année les championnats du monde des nations de surf Open, surf junior, surf Masters, Stand Up Paddle, bodyboard, longboard.
Le Comité International Olympique a pris la décision le 3 août 2016 d'inclure 5 nouvelles disciplines, dont le surf, aux JO-2020 à Tokyo (Japon). Un succès pour l’ISA qui en faisait la demande depuis 1990. Le président de l’ISA est l’Argentin Fernando Aguerre, élu en 1994.
Le site officiel de l’ISA : www.isasurf.org

LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF
Créée en 1964 à Biarritz, la Fédération Française de Surf
a son siège à Hossegor (40). Elle est présidée depuis 2005 par Jean-Luc Arassus, et dirigée par un comité directeur de 14 membres élus.
La FFS a reçu la délégation de pouvoir du Ministère de la Jeunesse et des Sports et de la Vie Associative, dans le but d’organiser, de développer et de réglementer (en métropole comme à l’outre-mer) la pratique du surf-riding et de ses disciplines associées.
La FFS regroupe 80.000 licenciés (18.000 licences fédérales
et 62.000 licences loisir), répartis dans les quelque 200 clubs
de métropole et d’outre-mer.
Un tiers des licenciés de la FFS sont des femmes féminines
La FFS compte 150 structures labellisées « École Française de Surf ».
Elle organise les championnats de France de surf depuis 1965.
Historique : https://www.surfingfrance.com/federation/historique.html

Dernière modification le : 16 mai 2017
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

Isuzu AF Ministère des Sports LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu