• Accueil
  • H. Niveau
  • Equipe de France
  • Actualités
  • Marie Troja : « Du plaisir, pas de pression »

Marie Troja : « Du plaisir, pas de pression »

Marie Troja tout sourire lors de la cérémonie d'ouverture des championnats du monde juniors. Marie Troja tout sourire lors de la cérémonie d'ouverture des championnats du monde juniors.

La Réunionnaise a dû s’exiler en Australie pour continuer à surfer. Bien lui en a pris. Elle défend cette semaine les couleurs de la France au Nicaragua où se tiennent les championnats du monde juniors ISA.

A 15 ans, Marie Troja est un pur produit du spot des Roches Noires que la « crise requins » rend aujourd’hui désert. Talentueuse et ambitieuse, la jeune fille est partie étudier sur la Gold Coast australienne où elle peut continuer à pratiquer son sport. Détectée par les cadres de la Fédération Française lors du stage australien en début d’année, Marie Troja a été sélectionnée pour les Mondiaux d’Amérique centrale. Elle entre aujourd’hui en compétition. Sans pression.

Porte drapeau
Pour sa première sélection, elle découvre les championnats du monde. Avant même que la compétition n’ait débuté, Marie affirme qu’elle s’en souviendra toute sa vie. Et pour cause, elle a été choisie comme porte-drapeau de la délégation qui a défilé dans les rues de San Juan del Sur samedi. « Il y a une ambiance générale excellente, assure-t-elle. La cérémonie d’ouverture était géniale. Mais j’ai hâte d’aller à l’eau pour représenter la France, l’équipe. »

Objectif quarts
Elle qui surfe depuis bientôt un an en Australie, a-t-elle pu jauger le niveau de ses adversaires. « J’ai essayé de regarder les autres filles depuis notre arrivée mais sans avoir trop l’occasion de le faire. On s’est croisé à l’eau mais je ne les ais pas plus vues que ça. Je sais que le niveau est élevé et qu’il va falloir se battre pour faire un résultat. Je vais faire de mon mieux pour aller loin. »
Celle qui vit désormais à Surfers Paradise rêve « d’un quart de finale » mais veut « avant tout ne pas faire ces championnats avec trop de pression. » A 15 ans, elle a été surclassée et évoluera donc en -18 ans. « Je vais surfer comme je sais le faire, tout peut arriver en compétition. On verra bien. »

Surfer pour le plaisir
Au Nicaragua, Marie Troja va « surfer pour le plaisir », comme lui ont demandé de le faire les entraîneurs. A commencer par le head coach, Patrick Florès, et le cadre technique Nicolas Berthé, tous deux originaires comme elle de La Réunion. « Avec eux, je me sens comme à la maison. J’ai l’impression d’avoir un petit bout de chez moi ici. »
Marie Troja en profite ainsi pour embrasser « ma famille et mes amis là-bas ». Et elle conclu : «  Je pense très fort à eux. Je vais essayer de les représenter au mieux. Et j’espère que le surf va reprendre à La Réunion. »
A Jiquiliste, Stéphane Sisco 

 

Dernière modification le : 10 juin 2013
Évaluer cet élément
(3 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BP