Deux journées pour les Assises surf et mixité

Deux journées pour les Assises surf et mixité  © FFSurf / Xavier Renaudin
Les premières Assises surf et mixité ont eu lieu fin octobre durant les Championnats de France. Une vingtaine de représentants territoriaux de la commission ont échangé durant deux jours afin de dresser un premier état des lieux et structurer le plan d’action à mener.

Nadia Ghali, vice-présidente de la Fédération Française de Surf et responsable de la commission surf et mixité a organisé les premières assises éponymes le 23 octobre durant les Championnats de France, aux Sables d’Olonne. Elles ont pour objectif de soumettre des axes d’amélioration, notamment sur le sujet.
Pour se faire, des représentants territoriaux, de métropole et ultra-marins, ont été sélectionnés au préalable selon leurs motivations et leurs expériences, tant personnelles que professionnelles ; et se sont rassemblés pendant deux jours afin d'échanger et dresser un premier bilan.
Une marraine de choix
Les différents acteurs de la commission ont ainsi pu déterminer les stratégies et les objectifs à atteindre. Les problèmes rencontrés lors de ces assises seront traités par ordre de priorité, les solutions seront mises en place en cogestion avec le représentant territorial de la commission surf et mixité, ainsi qu'avec les représentants fédéraux présents sur le territoire.
Annick Billon, Sénatrice de Vendée et Présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, a participé à ces deux jours de discussion et est devenue la première marraine de la commission surf et mixité.

____


Nadia Ghali : « L'enthousiasme et l'engouement ont dépassé mes espérances »


Feminisation CDF21FFURF XAVIER RENAUDIN 1401La vice-présidente de la Fédération Française de Surf et responsable de la commission surf et mixité se félicite de l'enthousiasme des participants aux 1ère Assises Surf Mixité.


Pourquoi avoir organisé ces assises ?
Il était nécessaire d'organiser une rencontre après un appel à candidature national pour trouver des représentants locaux. Cela nous a permis de connaitre précisément les besoins et les problématiques de chaque territoire sur le sujet. Nous avons repris le plan fédéral qui est "Un projet fédéral de proximité co-construit par et pour les clubs, comités et ligues de manière participative". D'où la volonté de réunir et écouter, pour mieux représenter, et au plus juste, les besoins du terrain.

Qu'y a-t-on fait ?
De longs moments d'échanges, de partage d'expériences, de mise en commun des difficultés rencontrées, des réussites, des problématiques. Cela a permis de réaliser une cartographie et un état des lieux de la mixité dans nos territoires, d'identifier des freins et leviers autour des thématiques globales que sont le développement et l'accès à la pratique, aux fonctions de juges, d'encadrement, la communication et la promotion de la pratique féminine. Un travail en amont avait été effectué par chaque représentant pour dresser et présenter un état des lieux de son territoire et élaborer des propositions de réflexions, d'actions, de pistes de développement.

Sur quoi ces assises vont-elles déboucher ?
Elles vont permettre à la Fédération d'évaluer et de préparer les outils et l'accompagnement nécessaires à la mise en place des actions. Permettre aussi une déclinaison territoriale du plan de féminisation / mixité à l’aide de ses référents, l'extension du réseau avec la mise en place de binômes mixtes, l'inscription jusque dans les projets des clubs. Si l’on veut inscrire durablement la parité / mixité dans notre Fédération, il faut que les acteurs de terrain soient convaincus de sa nécessité et impliqués dans sa réalisation.

Quel est votre sentiment général sur l'intérêt des participants ?
L'enthousiasme et l'engouement des participants ont dépassé mes espérances. Le pari que nous nous sommes lancés - merci Rémi Castaings - tant dans le format et les délais impartis étaient risqué mais nous n'avons eu des retours extraordinaires. Pour preuve, Mme Annick Billon, 1ère sénatrice de Vendée, Présidente de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes a accepté l'invitation et a participé à nos échanges. Elle est devenue notre première marraine. C'est un soutien fort pour ce lancement qui augure de belles perspectives.
Dernière modification le : 21 novembre 2021
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia