« Le pire manque de sportivité… »

Adriano de Souza sort vainqueur de son duel avec Jérémy Florès mais on peut regretter que le Brésilien ait avant tout chargé Florès plutôt que chargé la vague. Adriano de Souza sort vainqueur de son duel avec Jérémy Florès mais on peut regretter que le Brésilien ait avant tout chargé Florès plutôt que chargé la vague.  © Capture écran Live ASP

Éliminé par Adriano de Souza au round 3 du Quik Pro Gold Coast la nuit dernière, le n.1 français regrette le comportement du Brésilien qui lui a foncé dessus et provoqué son élimination pour cause d'interférence*. 

 

C'est la règle et Jérémy Florès la connaît. Mais en huit ans de carrière sur le WCT, jamais le Réunionnais n'avait eu affaire à un adversaire qui lui démarre volontairement dessus et exagère sa chute comme l'a fait Adriano de Souza. Parti outside sur un beau mur, Florès effectue un gros turn tout en puissance et sur le rail, il relance pour rattraper la section et ne voit qu'au dernier moment de Souza qui a décidé d'user de sa priorité pour prendre cette vague. Florès tente de l'éviter mais le Brésilien parti en late take off lui tombe dessus (volontairement ?). Florès écope donc logiquement d'une interférence et ne pourra refaire son retard (14 - 5,33 pts). 

Florès : « Tout le monde le connaît »

Le Brésilien a joué tactique et on ne peut lui reprocher cela. Mais entre user de sa priorité pour prendre une vague à fort potentiel et prendre une vague pour provoquer une interférence, il y a un fossé moral que Florès a du mal à accepter. Interrogé au micro de l'ASP peu après sa série, le Français n'a pas mâché ses mots : « Je suis déçu de perdre de cette manière. J'aurais tellement voulu surfer et réussir cette série… Je n'ai jamais vu ça de toute ma carrière. C'est la pire chose que j'ai vu en compétition. Il m'a démarré dessus. Il aurait facilement réussi son take off si je n'avais pas été sur la vague. Il m'est volontairement tombé dessus. C'est le pire manque de sportivité que je n'ai jamais vu. »
Habitué à surfer avec et contre de Souza depuis une quinzaine d'années, sur les Pro Junior et les QS avant que les deux hommes ne se retrouvent depuis 2007 sur le WCT, Florès confie toutefois qu'il n'est pas plus étonné du comportement du Sud-Américain. « Ça ne m'étonne pas plus que ça. Tout le monde le connaît. La prochaine fois que je surferai contre lui, je vais lui ramer dessus, lui tomber dessus ! Non (rires)… Peut être que oui finalement… » Un peu, beaucoup même, dépité, Jérémy Florès de conclure en lâchant : « Je regrette que l'on puisse gagner de cette manière. S'il faut faire ça pour gagner une série, c'est moche… »

De Souza : « Il risquait de prendre des points »

Adriano de Souza a quant à lui assuré qu'il irait « lui serrer la main la prochaine fois, on est de bons amis. » Revenant sur les circonstances de l'interférence, le Brésilien livre sa version : « J'ai vu qu'il risquait de prendre des points après une première grosse manoeuvre. Je me suis dit qu'il allait sans doute me rattraper. J'ai donc démarré sur cette vague et je l'ai touché. J'ai senti quelque chose et je suis tombé. » 

La différence entre tactique et comportement sportif est dans le verbe. Il ne dit pas : « Cette vague pouvait me rapporter des points » mais « il risquait de prendre des points » sur cette vague. On peut ainsi reprocher à de Souza d'avoir volontairement stoppé Florès sur une bombe plutôt que pris cette bombe pour essayer lui même de scorer. Encore une fois, de Souza n'a pas transgressé la règle, il l'a utilisée. Même si cela semble immoral, on ne peut contester le résultat. Mais la manière. Au final, Florès prend la 13e place du premier WCT de la saison et de Souza est au round 4 contre Kelly Slater et Josh Kerr. 

  

* Les règles de priorité en man on man : le surfeur le plus au large ou le premier sur la vague n'a pas obligatoirement la priorité. Selon les indications données par le jury, un des deux compétiteurs est prioritaire dès lors qu'il est le premier arrivé au line up. Un panneau de couleur identique à son lycra l'indique et le speaker informe les deux surfeurs de la situation. Dès lors, le surfeur prioritaire peut ramer et surfer sur la vague de son choix, quand bien même son adversaire est déjà dessus. Ce dernier doit alors sortir de la vague et la lui laisser. S'il ne le fait pas et qu'il le gêne, il écope alors d'une interférence, sa seconde note étant divisée par deux. 

Dernière modification le : 10 mars 2014
Évaluer cet élément
(4 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia