Plus de peur que de mal pour Florès

Le N.1 Français a deux mois pour se rétablir avant le Billabong Pro de Teahupoo, prochaine étape du world tour de l'ASP. (Photo ASP/Kirstin) Le N.1 Français a deux mois pour se rétablir avant le Billabong Pro de Teahupoo, prochaine étape du world tour de l'ASP. (Photo ASP/Kirstin)

Blessé la nuit dernière au pied gauche lors de sa série du round 3, et éliminé du Oakley Pro Bali par l'Australien Julian Wilson (14,74 - 9,94 pts), Jérémy Florès s'en tire plutôt bien : une entaille profonde mais aucun ligament touché. 

La série 8 a débuté depuis trois minutes à peine, Jérémy Florès, lycra orange, s'élance sur sa première vague. Un take off, un clapot, une chute. En tombant, son talon gauche heurte sa planche qui s'est retournée. Une de ses trois dérives le lui lacère et se casse sous le choc. Florès rentre au bord, change de planche, examine son talon, serre les dents et repart au combat. Dans ces conditions, le Réunionnais a bien du mal à défier Julian Wilson. Il tente pourtant le tout pour le tout. Comme sur cette vague où il essaye sa spéciale, un carve 360°, qu'il ne passe pas. Comme sur cette autre, où il récolte un 6,87 pts pour un roller décapant et un reentry dans un creux de deux mètres ! Il lui reste 9 minutes pour scorer un 7,87 pts, à sa portée en temps normal, à sa portée si un tube vient s'offrir à son talent. Mais le tunnel ne se présente pas une seconde fois, une semaine après ce 9,17 du premier tour à 30 secondes du final face à… Wilson ! 
Bourez sort Medina !
Florès s'arrête donc ici et prend la direction de l'infirmerie où il se fait soigner. Sept points de suture plus tard, il poste une photo et ces quelques mots sur les réseaux sociaux : « Ma cheville est ok, c'est juste une coupure profonde. Cela va probablement prendre du temps. j'ai plusieurs points mais heureusement aucun ligament n'est touché. » On se souvient, notamment, de ses soucis de cheville qui l'ont longtemps handicapé lors des saisons 2010-2011 et sans doute Florès a-t-il craint de revivre un mauvais remake. Conscient d'avoir fait son maximum pour réussir un exploit, il peut sortir la tête haute de l'étape indonésienne malgré une 13e place qui le freine au classement général. « J'ai fait de mon mieux. Je n'ai jamais renoncé… Mais je suis triste. » Nous aussi.
Pour se consoler, on notera que le Tahitien Michel Bourez a écarté le Brésilien Gabriel Medina en le mettant combo à mi-série (16,94 à 8,94 pts) ! Au round 4, Bourez et son surf surpuissant aura fort à faire face à Adriano de Souza (Bré) et Fred Pattacchia (Haw). Sauf s'il trouve de nouveau le chemin des carves pour faire monter les scores.

 

Dernière modification le : 25 juin 2013
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia