surfingfrance.com

FAQ - STAND UP PADDLE

FAQ - STAND UP PADDLE  © FFSurf/Antoine Justes

Afin de répondre aux questions de ses licenciés et des pratiquants en général, la Fédération Française de Surf propose ce document « Foire Aux Questions » (FAQ). Non exhaustif, il pourra être enrichi au fil des futures questions. Bonne lecture.

 

C'EST QUOI LE STAND UP PADDLE ?

• Le Stand Up Paddle est né à Hawaii dans des temps ancestraux pour surfer et se déplacer de plage en plage. Un temps oublié pour la pratique du shortboard, il a été remis au goût du jour par des surfeurs de renom dans les années 2000. D’abord sur les spots de surf de Hawaii, puis sur toutes les vagues de la planète, avant de gagner tous les plans d'eau : étangs, lacs, rivières, fleuves, mers intérieures…

• Le Stand Up Paddle se pratique sur une planche de surf plus ou moins volumineuse et à l’aide d’une pagaie pour se propulser et se diriger.

 

 

QUELLES SONT LES DIFFÉRENTES PRATIQUES ?

• Le Stand Up Paddle se décline aujourd'hui sous plusieurs activités dont les principales sont : surf dans les vagues, courses dans les vagues ou en eau plate, promenade au fil de l'eau.

• Le surf est évidemment présent dans le Stand Up Paddle Surfing mais il l'est aussi sur les disciplines de la Race :
- la Longue Distance, où l'on peut surfer des vagues pour aller plus vite sur les parcours avec le vent dans le dos (downwind),
- la Technical Race, qui consiste à effectuer des parcours avec du surf sur les vagues à chaque retour sur la plage.

 

 

POURQUOI LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF A-T-ELLE EN CHARGE LE STAND UP PADDLE ?

• La Fédération Française de Surf a reçu délégation du Ministère des Sports en 2010 pour diriger, réglementer, développer et promouvoir le Stand Up Paddle. Elle est la seule entité habilitée à délivrer les titres nationaux en Stand Up Paddle et à organiser les sélections nationales pour l'équipe de France de Stand Up Paddle.

 

QUI A EN CHARGE LE STAND UP PADDLE AU SEIN DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF ?

• Un des 7 cadres techniques nationaux (CTN) de la Fédération est en charge du Stand Up Paddle : Serge Lougarot. Il est CTN à la Fédération Française de Surf depuis 13 ans. Sous la direction de Michel Plateau, le Directeur Technique National, il est en charge du Stand Up Paddle, de la réglementation jusqu'aux équipes de France. Surfeur passionné depuis plus de 20 ans, il est aussi en charge du Pôle France Surf et du Pôle Espoir Surf de Nouvelle-Aquitaine.

• Serge Lougarot est par ailleurs Brevet d'État 2e degré en canoë-kayak et a passé 13 ans à la Fédération Française de Canoë-Kayak : comme conseiller technique dans les Pyrénées-Atlantiques et en Midi Pyrénées, puis comme entraîneur au Pôle France de Toulouse. Spécialiste en eau vive, il a été formateur du monitorat et moniteur de raft. Il fut le premier entraîneur de Tony Estanguet ; et entraîneur national en slalom de l'équipe nationale du Portugal.

• Une commission, présidée par deux élus : Pascal Bernadet (vice-président de la FFSurf)et Sophie Pola (vice-présidente de la FFSurf et Vie Fédérale), travaille également au développement de la discipline.

 

COMBIEN Y A-T-IL DE LICENCIÉS STAND UP PADDLE A LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF ?

• Environ 2.000 personnes ont une licence Stand Up Paddle à la Fédération Française de Surf.

 

COMBIEN Y A-T-IL DE PRATIQUANTS EN STAND UP PADDLE EN FRANCE ?

• On estime à 50.000 le nombre de pratiquants réguliers du Stand Up Paddle en France et à plus d'un million le nombre de pratiquants occasionnels en France (source Ministère des Sports, 2017).

 

QUELS SONT LES PRINCIPAUX TRAVAUX RÉALISÉS PAR LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF POUR LE STAND UP PADDLE ?

• Le travail de la Fédération Française de Surf auprès de l'État a notamment permis au Stand Up Paddle de ne pas être pas considéré comme un engin de plage tels les « avirons de mers, les planches à pagaie et les kayaks de mer », permettant ainsi aux pratiquants de naviguer avec leur Stand Up Paddle jusqu'à une distance de 2 miles marins (mai 2015).

• En concertation avec l'Etat, le Stand Up Paddle a été exclu de la règlementation de toutes les activités liées aux sports de pagaie (mars 2016). Cela renforce le travail conséquent de la Fédération Française de Surf qui fait évoluer régulièrement sa règlementation sur la pratique, devenant ainsi le texte de référence. La discipline a considérablement gagné en liberté de pratique au regard de ses spécificités.

• La Fédération Française de Surf intervient notamment sur la formation des services de l’Etat concernant la règlementation : intervention lors de l’élaboration de la règlementation de « Voies navigables de France ».

 

SUR QUELS DOSSIERS TRAVAILLE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF POUR L’AVENIR DU STAND UP PADDLE ?

• La formation avec un futur certificat de qualification professionnelle permettant aux diplômés fédéraux de travailler contre rémunération.

• La pratique compétitive en lac et eau vive avec un futur circuit coupe de France eau vive.

• Le développement des jeunes catégories avec notamment une pratique scolaire.

 

QUELLES RELATIONS ENTRETIENT LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF AVEC LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CANOË-KAYAK ?

• Il y a 10 ans, au moment de la négociation de la délégation ministérielle pour la gouvernance du Stand Up Paddle en France, le CTN Serge Lougarot est allé voir la Fédération Française de Canoë-Kayak (FFCK), qu’il connaissait très bien, avec comme proposition que les deux Fédérations travaillent ensemble au développement du SUP. On lui a répondu que le SUP n'intéressait pas la FFCK.

• Au cours des dix dernières années, Serge Lougarot a néanmoins travaillé pour encourager le développement du SUP dans les deux Fédérations. Réticente, la FFCK a difficilement accepté le SUP dans ses clubs, où il s’est tout de même développé.

• Serge Lougarot a naturellement travaillé avec le Directeur Technique National adjoint, chargé du développement à la FFCK, pour créer une double licence, une double affiliation, afin que les licenciés de la FFCK puissent pratiquer le SUP.

• En 2017, la FFCK se rapproche finalement de la Fédération Française de Surf pour travailler sur le développement commun du SUP en France. Rendez-vous est pris en septembre 2017 aux championnats du monde de Canoë-Kayak pour une rencontre entre les présidents et les DTN des deux Fédérations, pour envisager une convention. Mais la FFCK annule ce rendez-vous deux jours avant et n’a plus communiqué avec la FFSurf depuis.

• En début d’année, la FFCK a changé ses statuts, devenant la Fédération Française de Sports de Pagaie faisant la promotion d’un autre championnat du monde que l'officiel organisé depuis 2012 par l’International Surfing Association.

 

LE STAND UP PADDLE EST-IL PLUS PROCHE DU SURF OU DU CANOË-KAYAK ?

• Le Stand Up Paddle a été créé par des surfeurs qui ont inventé cette pratique sur des planches de surf avec une pagaie comme propulsion. Ces surfeurs ont déclenché le développement du SUP. Lequel est aujourd'hui pratiqué parfois à des centaines de km de toute mer par de nouveaux pratiquants, qui n'ont souvent jamais surfé mais qui sont tous des enfants du surf. Le SUP fait donc bien partie de la grande famille du surf.

• Le surf a tout fait pour le SUP depuis le début. Encore une fois, même avec une pagaie, les pratiquants du SUP sont des surfeurs. Très peu de kayakistes pratiquent le SUP. Ils ne retrouvent pas les sensations de vitesse du canoë-kayak. Les vitesses de déplacement en SUP sont bien plus faibles.

 

POURQUOI LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF RECOMMANDE-T-ELLE A SES LICENCIÉS DE NE PAS PARTICIPER AUX « MONDIAUX » ICF AU PORTUGAL ?

• La Fédération Française de Surf a fait cette recommandation en réponse à la demande de l’International Surfing Association. L’ISA souhaite que les fédérations qui lui sont affiliées aient le même positionnement qu’elle.

• Au-delà de cette demande, participer aux championnats du Monde de l’ICF (International Canoe Federation) s’apparente à une caution de l’attitude de l’ICF. C’est un championnat qui correspond à une phase d’attaque de l’ICF pour récupérer le SUP. Et c’est une compétition organisée par une marque de canoë-kayak.

• Y participer apportera une grande confusion, notamment auprès des institutions et des médias, pour le titre de champion du monde.

 

QUE RISQUE UN LICENCIÉ DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF S'IL PARTICIPE AUX « MONDIAUX » ICF AU PORTUGAL ?

• Il ne risque rien. La Fédération Française de Surf est là pour aider les athlètes. Certains athlètes peuvent être obligés de participer à cette compétition, notamment si leurs sponsors le leur demandent. La FFSurf ne peut pas les en empêcher.

• Mais dans l’intérêt du SUP et de son image, la FFSurf estime qu’il est plus valorisant pour la discipline d’avoir un seul champion du monde.


UNE FÉDÉRATION FRANÇAISE DE STAND UP PADDLE PEUT-ELLE VOIR LE JOUR ? 

• Il faut savoir que sur le territoire français,  à l’exception des fédérations sportives agréées à la date du 16 juillet 1992, seules les fédérations sportives délégataires peuvent utiliser l’appellation « Fédération française de » ou « Fédération Nationale de » ainsi que décerner ou faire décerner celle « d’Equipe de France » et de « Champion de France », suivi du nom d’une ou de plusieurs disciplines sportives et la faire figurer dans leurs statuts, contrats, documents ou publicités.

• Le fait, pour le président, l’administrateur ou le directeur de toute personne morale, d’utiliser ces appellations en violation des dispositions du premier alinéa de l’article L131-17 du Code du Sport, est puni d’une peine d’amende de 7.500€ ».

• Pour chaque discipline sportive, une seule Fédération reçoit la délégation ministérielle pour la durée d’une Olympiade (article L131-14 du Code du Sport).

• La Fédération Française de Surf a reçut la délégation pour le SUP jusqu’en 2020.

 

QUI EST L'INTERNATIONAL SURFING ASSOCIATION ET QUE FAIT-ELLE POUR LE STAND UP PADDLE ?

• Dans le monde, le Stand Up Paddle est géré depuis une dizaine d’années par l'International Surfing Association (ISA). L’ISA est la Fédération internationale de surf, seule reconnue par le Comité international olympique (CIO) en tant qu'autorité d'administration mondiale pour le surf. Créée en 1964 sous le nom de l'International Surfing Federation (ISF), elle a été renommée ISA en 1976.
Elle organise les championnats du monde de surf depuis 1964, et les championnats du monde juniors depuis 1980. L'ISA est l'autorité régissant le monde pour le surf et toutes ses disciplines, y compris le bodyboard, le kneeboard, le longboard, le tandem, le skimboard, le bodysurf et le Stand Up Paddle Race et Surf. L'ISA travaille au développement du surf dans ses pays membres (104).

• Le champs d’action de l’ISA sur le Stand Up Paddle est centré sur la compétition mais aussi sur l’universalité de la discipline : depuis 2014, il y a un championnat du monde SUP chaque année. En 2017, quelque 286 athlètes de 42 nations ont participé à cette compétition, autant qu’en surf lors des derniers championnats du monde en 2017 en France.

• L’ISA a par ailleurs mis en place un large programme de développement du Stand Up Paddle (http://www.isasurf.org/development-programs/programs/) avec notamment 2 diplômes différents d’instructeur (moniteur) de SUP.

 

LE STAND UP PADDLE PEUT-IL DEVENIR UN SPORT OLYMPIQUE ?

• Déterminée et optimiste, la Fédération Française de Surf travaille en harmonie avec l'international Surfing Association pour l'inclusion du Stand Up Paddle au programme des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris-2024.

• L’ISA a tout fait pour une entrée commune : surf et SUP aux JO de Tokyo-2020. Et fait un travail très important de lobbying pour ces deux disciplines. Aujourd’hui, seul le surf est au programme olympique. Mais la volonté de l’ISA d’y joindre le SUP est toujours aussi forte.

• On peut également imaginer que l’intérêt porté par l’ICF pour le SUP est sans doute de voir cette discipline intégrer les JO dans un futur proche.

 

QUE FAIT LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF POUR LA PRATIQUE DU STAND UP PADDLE EN RIVIÈRE ?

• Dans un premier temps, elle a élaboré la règlementation. C’est son expertise en eau vive qui a permis d’élaborer une règlementation spécifique mais aussi d’écrire des contenus spécifiques à la rivière dans le cadre du diplôme de brevet d’initiateur fédéral SUP. Tout un chapitre est dédié à la pratique et la règlementation en eau vive.

• Une circulaire d’Etat du 21 juin 2011 définit les différents diplômes permettant d’encadrer le SUP contre rémunération. Le Brevet d’Etat surf en fait partie, il peut donc encadrer en rivière. C’est pour cette raison que les formations prennent en compte ces espaces de pratique.

• Un moniteur Brevet d'Etat kayak ne peut pas encadrer, par contre, le SUP dans les vagues. C’est le seul espace exclusivement réservé aux diplômes d’État surf.

• La Fédération Française de Surf travaille sur un certificat de qualification professionnelle « Moniteur de Stand Up Paddle », qui permettra d'encadrer contre rémunération.

• La Fédération Française de Surf met en place un module Stand Up Paddle durant les formations des futurs moniteurs de surf, lesquels auront ainsi les prérogatives d’encadrement au Stand Up Paddle.

 

QUE FAIT LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF POUR LES COMPÉTITIONS DE STAND UP PADDLE ?

• La Fédération Française de Surf a établi un circuit fédéral de compétitions : championnats de France depuis 2009 et coupes de France depuis 2012. Les organisateurs de ces épreuves fédérales reçoivent un financement et un soutien technique de la Fédération Française de Surf.

• Afin de rassembler toute la pratique du Stand Up Paddle, la Fédération Française de Surf a mis en place une procédure d’agrément, qui permet de délivrer une autorisation fédérale pour des compétitions non fédérales, et de conseiller chaque organisateur, pour environ 40 compétitions de ce type par an.

 

QUE FAIT LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE SURF POUR LE HAUT NIVEAU EN STAND UP PADDLE ?

• Le travail conséquent, pointu et régulier de la Fédération Française de Surf sur la détection, l'encadrement, et l’expertise des techniciens de la Fédération Française de Surf sur l’entraînement et le coaching, permet à l'équipe de France d'être vice-championne du monde de Stand Up Paddle (2016 et 2017) sur 42 pays engagés, et championne d’Europe de Stand Up Paddle (2016 et 2017) sur 10 pays engagés.

• La Fédération Française de Surf prend en charge 100% des frais de tous les athlètes sélectionnés. Elle est la seule fédération au monde à soutenir entièrement son équipe nationale de Stand Up Paddle.

• Depuis huit ans, la Fédération Française de Surf sollicite le Ministère des Sports afin d'obtenir la reconnaissance de Haut Niveau pour le Stand Up Paddle et le statut de sportifs de Haut Niveau pour ses athlètes, dont plusieurs sont champions du monde et/ou champions d'Europe.

 

QUELS SONT LES CRITÈRES DE SÉLECTION EN ÉQUIPE DE FRANCE DE STAND UP PADDLE RACE ?

• Chaque année, les sélections se font avec un collectif réduit d’athlètes qui sont parmi les meilleurs français. Ce collectif est choisi par la Direction Technique Nationale sur les résultats des championnats de France de l’année n-1 des championnats du monde. Ces championnats de France font aussi partie des compétitions de sélection composées de 3 Technicals Races et de 3 Longues Distances.

• A l’issue de chaque compétition (sur les 6 compétitions), les compétiteurs du collectif choisi marquent des points. A l’issue des 6 courses, un classement final est effectué en additionnant pour chaque compétiteur les points des 2 meilleures courses en Technical Race et des 2 meilleures courses en Longue Distance. Un bonus pour un champion du monde individuel ou pour une médaille mondiale est pris en compte dans ce classement. Pour les ex-aequos, un système de départage peut être appliqué.

• Une fois le programme élaboré des compétitions de sélection, le classement est extrêmement clair et il permet de sélectionner l’équipe de France en fonction des places ouvertes à l’équipe de France lors des échéances internationales.

 

COMMENT LA DIRECTION TECHNIQUE NATIONALE A-T-ELLE ÉLABORÉ LA SÉLECTION POUR LES CHAMPIONNATS D'EUROPE DE STAND UP PADDLE 2018 ?

• Pour cette année, la volonté était de constituer une équipe de France jeune (moins de 20 ans) aux championnats d’Europe (3-9 septembre en Sardaigne). La Fédération Française de Surf a attendu la fin des sélections pour examiner la compétitivité de ces jeunes avant de prendre une décision sur la constitution de l’équipe de France.

• Chez les hommes, il y a deux athlètes de moins de 20 ans dans les 3 premiers du classement des sélections. Ces 2 jeunes sont donc retenus pour les championnats d’Europe. Chez les femmes, il manque encore de la compétitivité. Il a donc été décidé de prendre la première compétitrice du classement des sélections (car 1 seule place pour la France à l’EuroSup).

• Néanmoins, la première athlète de moins de 20 ans sera du déplacement pour lui faire découvrir une échéance internationale. Elle ne sera pas compétitrice aux championnats d’Europe.

 

LE CLIP PROMOTIONNEL SUR LE LABEL ÉCOLE FRANÇAISE DE STAND UP PADDLE

• La Fédération Française de Surf a lancé en 2018 le Label Ecole Française de Stand Up Paddle, destiné à toutes les structures privées ou associatives qui donnent des cours de Stand Up Paddle. Ce Label garantit aux élèves que les structures du réseau offrent un accueil, un matériel et un enseignement de qualité.

• Un clip promotionnel a été diffusé début juillet (voir la vidéo ici). Dans ce clip, les « clients » sont des acteurs. L’idée étant de promouvoir le Label, pas de filmer un cours. Ce qu’il faut savoir : deux des trois « clients-acteurs » ne disposaient pas de moyen d’aide à la flottabilité car la zone de pratique sur le lac, à marée basse à ce moment-là, ne dépassait pas 1 m de profondeur ; 1 « client-acteur » était équipé sous le lycra d’un top néoprène couvrant le torse et l’abdomen, conformément à la règlementation fédérale pour une pratique encadrée.

 

QUELS DIPLÔMES SONT NÉCESSAIRES POUR ENCADRER LE STAND UP PADDLE CONTRE RÉMUNÉRATION

Le Ministère des sports a publié une circulaire le 21 juin 2011 relatives aux « modalités d’encadrement contre rémunération du surf debout à la rame (Stand Up Paddle/SUP) » :
https://www.surfingfrance.com/images/documents_officiels/circulaire-encadrement-sup-2011.pdf


Les titulaires d'un diplôme étranger peuvent se connecter au portail Arquedi qui permet d'effectuer en ligne les démarches pour la reconnaissance des qualifications et équivalences de diplômes non français : https://www.arquedi.sports.gouv.fr/

 

 

Dernière modification le : 27 août 2018
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

AF ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France BleuLogo mycoachsport noir