Amaury Lavernhe remporte l'étape d'Antofagasta (Chili)

Bodyboard Championnat du Monde GQS - IBA

Après avoir quitté Tahiti pour rejoindre Santiago du Chili, Moz a enchaîné directement sur Antofagasta, jolie petite vague Chilienne pour un GQS 6 Stars doté de 40.000$ de prix. Avant la grosse épreuve Grand Slam d'Arica (Chili) qui va commencer dans quelques jours. En quittant Papeete où il a eu l'occasion de profiter en free-surf d'une houle divine, l'envie de scorer lui chatouillait les palmes après son résultat décevant au GQS Port Macquarie Festival (Australie).

"Je devais faire un résultat, pour reprendre confiance et pour marquer mon territoire. D'autant que le tableau était tout à fait accessible," commentait Amaury en quittant Papeete avec Yoan Florantin. Le Team Reunion comptait quatre riders pour cette compétition GQS: Charly Chapelet, Pierre Barthelier, Yoan Florantin et Moz. Antofagasta est une ville au Nord du Chili, au Sud d'Iquique et d'Arica, mais c'est la première fois que tour IBA vient y faire escale. Une vague consistante, choisie pour sa régularité par l'IBA, La Cupula appelée encore El Poder Domo ( traduisez Le Dome Pouvoir) a permis à Amaury d'exprimer sa suprématie et son appétit de victoire à loisir. Après avoir sorti son "frère" Dave Hubbard l'Hawaïen en demi-finale (15,10 pts à 14,37 pts), Amaury s'est offert la finale.
"L'ambiance au Chili est superbe, le public très nombreux, motivé et très respectueux. Le niveau du contest a permis de voir de belles séries tout en gardant une bonne ambiance. C'était émouvant de me trouver en finale contre le local Alan Munoz : le public espérait sa victoire mais moi je voulais la mienne..." Et le public n'a pourtant pas été déçu car Munoz s'est bien battu au début de la série avec deux vagues consécutives à 6,67 et 5,27 pts. Amaury avait quant à lui 5,10 et 6,43 pts au compteur au premier tiers de la série. Les vagues se sont espacées et dès la première vague banquable Moz a réussi une vague 7,83 passant à 14,26 pts contre 13,94 pts à 10 minutes de la fin. Alan Munoz n'a pas pu rattraper son retard, surtout dans les cinq dernières minutes où Amaury avec une vague magnifique à 9,10 pts a mis le Chilien "combo" c'est à dire distancé de plus de 10 points, donc hors jeu pour des dernières minutes.
Mais beau joueur, Alan Munoz a tenté une jolie dernière vague à 7,33 pts deux minutes avant le gong, histoire de laisser le public chilien l'applaudir une dernière fois et de s'incliner avec panache. Amaury a été ovationné et assailli par les médias locaux, il est en effet très populaire en Amérique Latine, d'abord par ses performances et ses podiums au Péru et au Chili mais surtout car il est le seul non-latino du Tour mondial à parler parfaitement espagnol. "J'ai mené la finale en laissant monter la pression, j'ai scoré de plus en plus fort, car la confiance s'installait au fur et à mesure. Les man on man de trente minutes sont des conditions idéales pour s'exprimer et scorer haut."

Heureux de son résultat qu'il espérait au fond de lui, Amaury va prendre l'avion lundi 14 direction Arica, plus au Nord, à deux pas de la frontière Péruvienne. Là-bas, c'est du lourd qui l'attend: le Grand Slam et ses "tueurs" dont Amaury, qui se battront sur la vague mythique d'Arica , une dalle affleurante redoutable mais diablement efficace car battue par la houle pacifique qui arrive du large sans avoir rencontré le moindre obstacle. Une des vagues préférées d'Amaury. Sur laquelle il a déjà fait des podiums, dont une magnifique seconde place en 2010.

Rendez-vous au pays des vagues d'acier.
Avec Pipe Line à Hawaï, sans doute les plus difficiles à vaincre sur le Tour IBA.

La Réunion fait son show

Yoan Florantin est sorti au Round 5 et Charly Chapelet au Round 6, éliminé par Damian King (leadaer du Classement GQS).
Le jeune Pierre Barthelier a continué la compétition avec brio. Premier dans les séries des Rounds 5 et 6 il s'est retrouvé en quarts de finale contre Amaury.

Et là les deux Réunionnais se sont livré une rude bataille qui a entousiasmé le public, profitant des bonnes séries de vagues pour s'intimider mutuellement. Amaury a marqué son territoire dès le début, Pierre a tenté de répondre, ainsi de suite pendant cette série digne d'une finale qui s'est terminée par la victoire d'Amaury avec 18 pts (8,33 et 9,67pts) à 16,43 pts (8,93 et 7,50 pts). Les commentateurs emballés ont largement parlé de l'île de La Réunion, comme une usine à surfeurs de haut vol, comme Amaury ou encore Florès en surf et de la solide présence Réunionnaise sur le Tour. "Il y a quelques années encore, on n'imaginait pas un champion du monde Européen, encore moins Réunionnais. On apercevait parfois quelques Réunionnais sur certaines étapes.

Avec un leader comme Amaury, La Réunion devient un point de mire. C'est une île au potentiel énorme.
Ce rider est réellement une source d'inspiration." commentait Terry McKenna le directeur général du Tour IBA.

Dernière modification le : 04 août 2012
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

AF ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France BleuLogo mycoachsport noir