Il n'y plus de Français aux Mondiaux

Michel Bourez n'a pu s'exprimer totalement dans de telles conditions. Michel Bourez n'a pu s'exprimer totalement dans de telles conditions.  © ISA

Jérémy Florès et Michel Bourez ont été éliminés des ISA World Surfing Games ce vendredi matin au Japon. L'équipe de France termine sans briller les World Surfing Games 2019, lesquels ont été émaillés par les éliminations surprises et précoces de plusieurs surfeurs du CT (Julian Wilson, Owen Wright, Jordy Smith…). 
Le Brésil, les Etats-Unis et le Japon vont se jouer le titre mondial des nations alors que Kolohe Andino, Kelly Slater, Gabriel Medina, Italo Ferreira et Filipe Toledo sont toujours en lice pour le titre individuel.


Les World Surfing Games 2019 se terminent dimanche à Kisakihama Beach et il n'y aura aucun Tricolore pour ces deux dernières journées de compétition. Ce vendredi, Jérémy Florès et Michel Bourez, tous deux en repêchages, ont passé un tour (le 3e) avant de tomber au suivant (4e). Sur un plan d'eau illisible, les deux Français ont peiné. Eux qui sortaient du Tahiti Pro dans des conditions parfaites et qui sont avant tout taillés pour les vagues de récif puissantes, n'ont jamais su dénicher la bonne ondulation et s'incline fort logiquement face à des adversaires moins prestigieux mais méritants. A l'image du vétéran espagnol Aritz Aranburu, de l'Américain naturalisé israélien Eithan Osborn ou encore du Japonais Hiroto Ohhara.
Bourez retient le positif
FRA Jeremy Flores ISA Ben Reed 7« Je déteste perdre, c'est vraiment ch…, pestait Michel Bourez quelques minutes après sa série. C'était très dur, c'était mou. Je suis tombé contre des surfeurs du QS qui connaissent ces conditions. C'était compliqué. » L'actuel n.13 mondial préfère toutefois retenir le positif et notamment sa première sélection en équipe de France : « C'était une bonne expérience pour moi. Je sais sur quoi il va falloir travailler. J'ai vu comment fonctionnait une équipe. J'ai l'habitude de voyager tout seul et là, on était encadré avec des coachs, un médecin, un kiné… »
Comme tout le monde, Bourez a aussi vu ce qui attend tous les surfeurs qui participeront aux Jeux Olympiques dans un an à Chiba, sur un spot qui ressemblera à celui de Miyazaki. Un spot de QS qui demande un surf de QS. Cet avant-goût ne peut être que bénéfique afin d'adapter une préparation spécifique pour les JO.
Les Jeux vont se jouer sur le CT
Evidemment déçus de leur parcours sur ces Mondiaux ISA, les deux pensionnaires de l'élite mondiale professionnelle sont toutefois toujours en course pour les Jeux Olympiques 2020 car le tour WSL est hiérarchiquement prioritaire (lire ici) En venant au Japon, ils ont tamponné leur passeport au cours d'une escale obligatoire sur le chemin des Jeux. Pour eux, la qualification pour les Jeux se jouera évidemment sur les quatre dernières étapes du tour WSL. Ils vont d'ailleurs vite devoir se focaliser avec la prochaine manche qui arrive très vite : le Freswater Pro débute jeudi prochain sur la vague artificielle de Lemoore, en Californie (19-21 septembre). Bourez de conclure : « Le plus important c'est d'avancer dans le classement CT et de rentrer dans les 10 premiers pour se qualifier pour les Jeux Olympiques. » Tout est dit.


Slater, Medina, Morais et … Boukhiam !
MAR RAMZI BOUKHIAM JIMENEZ 2A l'issue de la 7e journée de compétition, la quatrième pour les messieurs, il reste 6 surfeurs dans le tour principal : les Américains Kolohe Andino et Kelly Slater, les Brésiliens Italo Ferreira et Gabriel Medina, le Portugais Frederico Morais et le Marocain Ramzi Boukhiam (photo). Lesquels avancent directement vers la finale de dimanche. La belle opération est pour le moment pour Boukhiam qui termine premier africain du classement des Mondiaux et décroche son ticket pour les Jeux Olympiques.
Dix-huit autres surfeurs sont en repêchages, dont Filipe Toledo (Brésil) et la méga-star nippone Kanoa Igarashi (Japon). Mais aussi l'Espagnol Vicente Romero, l'Allemand Leon Glatzer, l'Italien Angelo Bonomelli (vainqueur de Kelly Slater en série ce matin !) et le Britannique Jay Quinn; ces cinq-là sont toujours en course pour le ticket olympique en qualité de meilleur Africain.
Alors que Kanoa Igarashi (Japon) tient sa place pour les Jeux via le tour professionnel WSL (il est actuellement 7e), le match entre le Japon et l'Indonésie sera très serré pour la place de meilleur Asiatique. Les Japonais Shun Murakami et Hiroto Ohhara sont au coude à coude avec les Indonésiens Ketut Agus Aditya et Rio Wada.
Mission remplie pour la Nouvelle-Zélande qui voulait placer un de ses 3 surfeurs au premier rang de l'Océanie : Billy Stairman décroche le billet pour les JO (mais devra attendre les Mondiaux 2020 pour le composter*)
Rappelons que pour le continent américain, l'affaire est entendu depuis les Jeux Panaméricains de juillet dernier à Lima (Pérou) avec la victoire du local Lucca Mesinas.


Mondiaux 2019 : quels qualifiés pour les JO ?
L'enjeu de ces championnats du monde ISA est d'offrir aux meilleurs surfeurs homme et femme de chaque continent (hors Amérique) un ticket pour la première compétition de surf olympique. Le meilleur surfeur et la meilleure surfeuse d'Asie, d'Afrique, d'Europe et d'Océanie obtiendront ainsi une place pour les JO… Même s'ils devront attendre les résultats des Mondiaux 2020 pour la valider.
A ce stade de la compétition, la Sud-Africaine Bianca Buitendag (Afrique), la Japonaise Shino Matsuda (Asie), la Néo-Zélandaise Ella Williams (Océanie) et l'Israëlienne Anat Lelior (Europe) ont terminé N.1 de leur continent. Quant à la Péruvienne Daniella Ross (Amérique), elle a remporté les Jeux Panaméricains de Lima en juillet.
Pour ces 5 filles, la règle est simple : elles iront aux Jeux si deux de leurs compatriotes ne se qualifient pas lors des Mondiaux 2020.

* Pour en savoir plus sur le processus de qualification olympique, cliquez ici : http://bit.ly/2MPm94R

USA Kelly Slater ISA Ben Reed 1 2

LE PROGRAMME DES MONDIAUX
Samedi 14 septembre
Compétition messieurs
Dimanche 15 septembre
Compétition messieurs (finale)

LES MONDIAUX EN DIRECT
Live : https://isasurf.org/wsg/2019/en/live/
NB : il y a 7 heures de plus sur la France. Quand il est 8h00 à Miyazaki, il est 1h00 le même jour à Paris.

L'EQUIPE DE FRANCE
Johanne Defay, Vahine Fierro, Cannelle Bulard, Jérémy Florès, Michel Bourez, Hira Terinatoofa
Staff : Stéphane Corbinien, Patrick Florès, Frédéric Robin, Hira Terinatoofa, Aymeric De Bouyn, Thierry Durantel, Stéphane Sisco

 

 

Dernière modification le : 13 septembre 2019
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 LOGO AQUITAINE 2016 Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz