Merci et bravo Marco !

Marc lacomare a démontré ce jeudi au Penon qu'il avait véritablement le niveau du WCT. Et si les juges ont préféré donner la victoire à Parkinson dans un final incompréhensible, le Landais s'est hissé au niveau du champion du monde. Marc lacomare a démontré ce jeudi au Penon qu'il avait véritablement le niveau du WCT. Et si les juges ont préféré donner la victoire à Parkinson dans un final incompréhensible, le Landais s'est hissé au niveau du champion du monde.  © Photo FFS

Wild card de la compétition, Marc Lacomare est passé tout près de l'exploit ce jeudi soir au Penon. Après avoir été logiquement battu par Taj Burrow au 1er tour, le Landais a dominé Joel Parkinson mais celui-ci a pourtant été donné gagnant par le jury.

« Il y a de la déception évidemment car je suis rentré à l'eau en essayant de faire de mon mieux, de faire des scores, commente Marc Lacomare. Je pensais que je l'avais jusqu'au bout. J'y étais presque. Mais voilà, c'est Parko. Il n'a pas été champion du monde pour rien. » On appellera ça la dure loi de la wild card. Invité pour la compétition, Lacomare n'a pas été donné vainqueur d'une série qu'il a pourtant gagnée. 

Allez expliquer ça au public averti des Landes
Quand toute une plage siffle le verdict cruel, on ne peut pas parler de chauvinisme. Pas avec les spectateurs landais de la fin septembre. Ce serait une insulte à leur culture. On a affaire ici à de vrais spécialistes du surf et non à des touristes aoûtiens. Comment leur expliquer maintenant qu'une vague de série de Lacomare avec cinq gros rollers et un énorme reentry vaut 7,67 pts, et qu'une succession de cut back légers avant un tout droit de Parkinson conclu par un petit air à peine complété en vaut 8 ? Comment mettre un 8,23 pts à Lacomare pour quatre énormes rollers de dos, et un 8,50 à Parko pour deux cuts backs carvés ? Comment être crédible aux yeux d'un public dont une partie a préféré s'en aller après ce nouveau coup de Trafalgar ?
Quant à Parko, avec tout le respect que l'on doit au champion du monde en titre et au magnifique surfeur qu'il est, on aimerait voir, enfin, un surfeur sortir de l'eau et aller dire aux juges que sa vague ne vaut pas les points accordés et que le vainqueur n'est pas lui mais son valeureux adversaire. Rêvons toujours… Une poignée de mains, un "good job" avec le sourire, emballé, c'est pesé.

Lacomare reviendra
Plus tôt dans la matinée, après que le brouillard se soit levé, Lacomare avait déjà failli créer la surprise en menant devant les Australiens Taj Burrow et Bede Durbidge. Avant que le vainqueur du récent Hurley Pro de Trestles ne se réveille et règle la série. « Je pensais avoir de l'avance mais j'ai oublié que je surfais contre certains des meilleurs mondiaux ! Taj (Burrow) a pris deux vagues pour me passer devant… »
En fin de journée, Lacomare est revenu et a démontré qu'il frappait bel et bien à la porte du WCT. Actuel 28e mondial au world ranking, le jeune homme (22 ans) a déjà battu Parko, en début d'année, en quarts de finale à quatre à Burleigh Heads (WQS 5 stars). Sur la longue gauche du Penon, il n'a pas pris plus de risque qu'à l'accoutumée. Il a juste surfé à son niveau : envoyant de gros turns de face, fracassant les fins de vagues. Mais voilà, ça n'a pas suffit. Pas encore dirons-nous car le potentiel de Lacomare nous donne la certitude qu'il sera de retour sur l'étape française l'an prochain dans la peau d'un Top 32 mondial.

Au Penon, Stéphane Sisco

 

Round 1, série 3

1. Taj Burrow (Aus) 16.80

2. Bede Durbidge (AUS) 15.17

3. Marc Lacomare (FRA) 13.60

Round 2, série 3

1. Joel Parkinson (AUS) 16.50

2. Marc Lacomare (FRA) 15.90

Dernière modification le : 26 septembre 2013
Évaluer cet élément
(6 Votes)
Retour en haut

Les Partenaires Officiels  de la Fédération

BPdacia