surfingfrance.com

Verdict(s) à Pipeline

L'épilogue de la saison 2019 du Championship Tour messieurs débute ce dimanche à Hawaii. Le Billabong Pipe Masters sera cette année le théâtre du dénouement final pour le titre mondial, les 6 places délivrés pour les Jeux Olympiques 2020, et le maintien dans l'élite. Sans oublier le gain de la victoire sur la plus prestigieuse des compétitions de la planète surf et celui de la Triple Crown. 


Le titre mondial
Ils sont cinq prétendants au titre de champion du monde WSL 2019. Leader du classement avant la dernière levée de la saison, le Brésilien Italo Ferreira est dans une très grande forme. Finaliste à Hossegor, vainqueur au Portugal, il sort d'une campagne européenne quasi parfaite. Champion du monde ISA en septembre au Japon, il pourrait devenir le premier surfeur de l'histoire à être doublement couronné la même année (depuis la création d'un circuit pro en 1976). Champion du monde en titre et tenant du trophée à Pipeline, Gabriel Medina (Brésil) est deuxième du classement à 1.000 points derrière. Medina lorgne sur un 3e sacre mondial. Dans son sillage, à 20 unités exactement, le Sud-Africain Jordy Smith espère un premier titre derrière lequel il court depuis des années. Blessé au dos depuis des mois, Filipe Toledo (Brésil) est 4e du ranking et reste lui aussi dans la course même s'il n'est pas un foudre à Pipeline. Longtemps en tête du classement et désormais redescendu à la 5e place, l'Américain Kolohe Andino rêve coiffer tout ce petit monde au poteau mais il lui faudrait un énorme concours de circonstances.



f0f9b3774d628538d2ad3d6d862cf53bGabriel Medina


Les 6 places olympiques
Quatre surfeurs sont d'ores et déjà assurés de voir Tokyo (sous réserve de validation par leur comité national olympique) : Jordy Smith (AfS), Kainoa Igarashi (Jap), Kolohe Andino (USA) et Jérémy Florès (Fra). Avec la règle de deux surfeurs maximum par pays et par genre, ces quatre là sont assurés de finir dans le Top 10 éligible pour les Jeux. Reste donc six places à délivrer qui reviendront à coup sur à 2 Brésiliens, 2 Australiens, 1 Américain et 1 Français. La lutte va être intense entre Ferreira, Medina et Toledo pour le titre mondial mais aussi, donc, pour les Jeux. Avec John John Florence de retour à Pipeline, Kelly Slater et Seth Moniz, les USA voient trois candidats pour le second et dernier ticket nord-américain. Owen Wright et Julian Wilson devraient être les deux Aussies dans l'avion pour Tokyo. Et enfin, Michel Bourez est à trois tours de la qualification qu'il pourrait obtenir quoi qu'il lui arrive si Joan Duru ne s'impose pas à Pipeline.



as surf jjf steele 2048John John Florence


Le maintien
On vient de le citer, le Français Joan Duru est dans une situation très inconfortable. Actuellement 26e du ranking, il lui fait gagner quatre places pour se maintenir pour une quatrième saison consécutive dans l'élite. Un scénario qu'il connaît depuis trois ans. A Pipeline, le Landais devrait signer au moins un quart de finale (comme l'an dernier) quant une demi-finale lui assurerait à coup sur sa place pour le CT 2020. Les Hawaïens Sebastien Zietz (27e) et Ezekiel Lau (28e) sont dans la même situation précaire. A noter que si Deivid Silva (Bré), actuellement 21e, venait à glisser au classement et passer au-delà du Top 22, il conserverait sa place car il a terminé la saison QS à la 10e place. Ce cas de figure fermerait alors la porte de l'accession à Morgan Cibilic (Aus), 11e du QS et dans l'attente du classement définitif de Silva. 



e507e52f15f6dcaa8a5b29f3ec880bf5 XLJoan Duru


La victoire à Pipeline
On en oublierait presqu'il s'agit de la plus prestigieuse des compétitions de surf professionnel. Tous les plus grands ont gagné au moins une fois dans leur carrière le Pipeline Masters. Sauf Tom Curre, JJ Florence ou encore le retraité Mick Fanning malgré leurs deux finales. Kelly Slater détient le record de victoires (7) devant le regretté Andy Irons (4) à qui la compétition est dédiée depuis sa disparition. Double vainqueur en 2010 et 2017, Jérémy Florès pourrait rejoindre Tom Carroll (Aus) dans la légende en devenant le 3e surfeur à l'avoir gagné au moins trois fois. Sacré en 2016, Michel Bourez rêve lui aussi de boucler sa saison sur la plus belle note.



50299028 max 3419673Jérémy Florès


La Triple Crown
Elle couronne le meilleur surfeur des trois compétitions hawaïennes de fin de saison : le Hawaïan Pro et le Vans World Cup of Surfing, les deux QS 10.000 de Haleïwa et Sunset Beach, et, donc, le Billabong Pipe Masters (CT). Le jeune australien Ethan Ewing est pour l'heure en tête du classement provisoire après ses deux finales (4e et 3e places) devant le Portugais Frederico Morais (33e et vainqueur à Sunset). Michel Bourez (5e et 25e), un des rares surfeurs à avoir gagné les trois compétitions hawaïennes mais jamais la Triple Crown, pointe à la 9e place du classement de la TC et a fait de cette compétition une priorité pour conclure une saison moins performante que les précédentes. 



leadMichel Bourez

 

LE CLASSEMENT MONDIAL
[avant le Billabong Pipe Masters]

Capture décran 2019 12 08 à 07.07.38
Capture décran 2019 12 08 à 07.07.44

 

 

 

Dernière modification le : 08 décembre 2019
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Retour en haut

Les partenaires de la Fédération

  ministere18 Région Nouvelle Aquitaine Conseil General des Landes  L'Equipe France Bleu Logo mycoachsport noir Logo Sojasunallianz